MADALAND


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Que penser de ça?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Robinson
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin Nombre de messages : 1186
Localisation : France SUD
Date d'inscription : 29/08/2005

MessageSujet: Que penser de ça?   Ven 23 Sep - 9:29

L'ONU FAIT LA FORCE - RAVALOMANANA DÉPOSE SES MARQUES


Ravalomanana s’est engagé à s’occuper davantage des enfants avec l’Unicef. Le nouveau directeur général de cet organisme onusien, Anne Veneman, en est le témoin.

Le président Ravalomanana façonne l’"image" de Madagascar auprès de la communauté internationale. L’opposition semble être distancée sur le dossier.

Petit à petit, le président Ravalomanana fait son nid. Son voyage à New-York lui a permis de conforter une certaine "image" du pays sur le plan international.
A quelques mois de l’élection présidentielle, l’opposition aura fort à faire pour battre le locataire d’Ambohitsorohitra sur ce dossier. Et ce, d’autant plus que les relations internationales jouent un rôle important, même dans la conduite des affaires nationales, mondialisation oblige.
"Nous bénéficions déjà d’une certaine image auprès de la communauté internationale. Et nous nous efforcerons de la consolider", fait valoir le président Ravalomanana à son retour à Ivato, hier. Cette déclaration présidentielle résume l’effort qu’il a mené depuis trois ans pour asseoir son régime et la politique qui le dirige auprès de la communauté internationale.
Effectivement, le voyage présidentiel à New-York permet de mesurer les efforts qu'il a menés sur le plan international depuis trois ans. Le sommet des Nations unies, qui vient de se terminer, lui donne l'occasion d’endosser la robe de l’"avocat du continent", avec comme cheval de bataille le "Plan Marshall pour l’Afrique". Les différentes rencontres avec les premiers responsables de l’ONU parachèvent ce déplacement en terre américaine.
Le chef de l'Etat a toujours clamé "la place importante donnée à la diplomatie" dans sa politique. Hier, son premier ministre Jacques Sylla rappelle "la portée et le poids de la collaboration de la communauté internationale et des bailleurs de fonds dans l’action du gouvernement".
Pour preuve, le chef de l’Etat ne manque pas de rappeler l’agenda surchargé de ce dernier trimestre en matière de diplomatie. "Le président Horst Kohler sera attendu ce mois de novembre. C’est également à la même époque que nous accueillerons la réunion de l’Association de maires francophones (AIMF)", rappelle le chef de l’Etat. Cette intense activité diplomatique a été inaugurée par la visite officielle du président français Jacques Chirac en juillet. "Si ces personnalités décident de nous rendre visite, c’est qu’ils nous aiment", ne cesse de répéter le chef de l’Etat, en langage simple, auprès de la population, au cours de ses déplacements intérieurs.
A l’inverse, le gouvernement ne se prive pas pour utiliser ce "crédit" alloué par la communauté internationale pour appuyer sa politique. L’atteinte du point d’achèvement, l’obtention du Millénium Challenge Account (MCA) du gouvernement américain ont été annoncés à grands coups médiatiques comme étant la "reconnaissance" de la bonne voie empruntée par le gouvernement.

Face-à-face.



Ravalomanana a été reçu par le directeur exécutif du Pam.

Néanmoins, quelques grains de sable se glissent dans la machine présidentielle. Le contre-temps de la visite de Koffi Annan, annoncée par le chef de l’Etat lui-même, en est l’exemple. Il en est de même pour la déclaration de François Bourguignon, vice-président et économiste en chef de la Banque mondiale, sur la capacité du gouvernement à atteindre le point d’achèvement en juillet 2004.
Le président Marc Ravalomanana prend également à témoin la communauté internationale devant les critiques nourries de l’opposition. Coup pour coup, l’on se souvient encore de la "reconnaissance" d’Ann Kruegger, vice-président du Fonds monétaire international (FMI), au moment où l’opposition a rendu son réquisitoire lors de la conférence nationale.
Le président Marc Ravalomanana semble avoir retenu la leçon de la dernière élection présidentielle. A l’époque, le candidat Ravalo-manana avait accusé un certain retard par rapport à son adversaire, l’Amiral Didier Ratsiraka, sur le plan international avant de se rattraper. Le signe le plus visible de cette faiblesse a été illustré par l’atermoiement de la "Communauté internationale" à reconnaître son régime, malgré "l’évolution de la situation sur le terrain".
Devant cette "percée" diplomatique présidentielle, l’opposition semble afficher la sérénité devant ce "trompe-l’œil" et cette "poudre aux yeux". La communauté internationale décide de proposer son aide, non pas grâce aux efforts du gouvernement, mais plutôt pour la population. Cette reconnaissance de la communauté internationale reste encore à prouver. Je demande à voir, rétorque José Rakotomavo.

Iloniaina A.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/aquisianben06/
 
Que penser de ça?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» que penser vous de cette aquarium
» Quoi penser ?
» Que penser des aires d'étapes demandées par la FFCC
» a quoi penser avant d'accepter de recevoir un cheval?
» A quelle montre vous fait-elle penser ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MADALAND :: *******DIVERS******* :: ACTUALITES-
Sauter vers: