MADALAND


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Etat des routes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Etat des routes   Lun 12 Aoû - 13:02

12 août 2013

source :http://www.midi-madagasikara.mg/economie/foulpointe-la-rn5-et-le-delestage-tuent-le-tourisme

Foulpointe : La RN5 et le délestage tuent le tourisme






Soumis par admin le lun, 12/08/2013 - 08:00




: Le Manda Beach Hôtel, avec ses bungalows aux normes internationales privilégie un rapport qualité-prix imbattable à Foulpointe.




Malgré tout, Foulpointe demeure une destination préférée des touristes étrangers et nationaux.

« Ce n’est plus le grand rush, mais il y a quand même des gens qui viennent et cela nous permet de survivre ». Ce propriétaire d’un petit restaurant gargote de la fameuse plage de Foulpointe se réjouit quand même de pouvoir servir les quelques clients venus apprécier cher lui de plats de maïs au coco manioc au coco et surtout les délicieux fruits de mer savamment préparés avec des produits fraîchement pêchés par des pêcheurs qui, eux aussi vivent du tourisme surtout en pleine saison où les vacanciers viennent non seulement pour du soleil et de la mer, mais également pour goûter aux délices de la cuisine de Foulpointe. Juste à côté de la plage, le Manda Beach Hôtel, très connu pour son rapport qualité-prix, très attrayant affiche plein, surtout le week-end. Et là encore l’occasion est donnée aux vacanciers d’apprécier de la bonne cuisine faite de fruits de mers préparés par des cuisiniers professionnels dont le seul souci est de satisfaire une clientèle exigeante.

Destination attractive. Le seul constat qui se dégage en ce mois d’août, période des grandes vacances c’est que Foulpointe, en raison de sa proximité avec la capitale mais surtout, en tant que destination très attractive comme site balnéaire et de découverte est encore très prisée par les vacanciers. Les vacanciers nationaux, mais également et surtout les touristes étrangers y viennent pour passer de bons moments. Le week-end notamment, la grande plage de Foulpointe avec sa mer très calme protégée par une barrière naturelle est bondée. En couple, en famille et en groupe, ces vacanciers prennent le plaisir de la baignade ou encore, font la découverte de la faune marine à travers des ballades au large en pirogue à balancier.

Petits métiers. En tout cas, cette affluence relativement importante de vacanciers fait quand même le bonheur, non seulement des hôteliers, mais également de ceux qui exercent les petits métiers qui tournent autour du tourisme. Petits restaurateurs, plagistes, petits revendeurs de pain crevettes, pain coco, ou encore des bijoux de pacotille, photographes et même masseurs, constituent autant de gens qui vivent du tourisme à Foulpointe. En incluant les employés des grands, moyens et petits hôtels qui exercent à Foulpointe, le tourisme local fait vivre des milliers de gens. Mais ces derniers sont de plus en plus inquiets, face au grand méfait provoqué par le mauvais état de la RN 5reliant Toamasina, ainsi que le délestage qui fait aussi des ravages.

Défaillance. En effet, ces derniers temps, et en raison de la défaillance de l’Etat et de Mainland, la société chinoise d’exploitation d’ilménite, la RN subit une dégradation avancée. Mainland censée assurer la réhabilitation de cette route dont elle est le premier responsable de la dégradation, n’a pratiquement rien fait jusqu’ici. Cette société a juste déposé des gravats sur les points noirs du trajet. Résultat : cette route est parsemée de nids d’autruche où il est évidemment difficile de passer. Le trajet de 54 km s’effectue actuellement en 2 heures et demi. Mais l’autre fléau pour la population de Foulpointe s’appelle la Jirama. Le délestage relativement fréquent fait aussi des ravages pour la population en général, mais pour les professionnels du tourisme en particulier. En tout cas, c’est l’ensemble de Foulpointe qui souffre des effets néfastes du mauvais état de la route et du délestage.

Paupérisation. Deux grands méfaits qui contribuent, malheureusement à la paupérisation déjà aggravée de la population. « Les autorités compétentes doivent prendre les mesures qui s’imposent pour la réhabilitation des infrastructures afin d’éviter que Foulpointe tombe aussi dans la pauvreté extrême » reconnaît un opérateur économique local. Mais il n’est pas le seul puisque c’est l’ensemble des Foulpointois qui réclament un retour à la normale afin d’éviter le pire. Car Foulpointe continue encore de vivre par le tourisme, mais si la RN 5 n’est pas rapidement refaite et si la Jirama n’assure pas convenablement ses services, cela risque de tuer définitivement le tourisme dans cette région.

R.Edmond.
.- See more at: http://www.midi-madagasikara.mg/economie/foulpointe-la-rn5-et-le-delestage-tuent-le-tourisme#sthash.MghPHNkt.dpuf



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Etat des routes   Mar 13 Aoû - 12:35

13/08/2013

source : http://www.newsmada.com/index.php/economie/22697-fonds-dentretien-routier-141-milliards-dariary-dimpayes-des-petroliers#.Ugn9OGZOLcs

Fonds d’entretien routier : 141 milliards d’ariary d’impayés des pétroliers

Écrit par Les nouvelles
Lundi, 12 Août 2013 14:38





La politique d’entretien routier est déficiente. Avec 141 milliards de gap sur ses ressources, le fonds d’entretien routier (Fer) dispose de peu de moyens pour agir, se désole un responsable de l’entité.

Le paiement des redevances d’entretien routier (RER) est boycotté par les pétroliers.



Depuis le gel des prix du carburant, les pétroliers ont refusé de s’acquitter des RER qui financent à hauteur de 80% l’entretien des routes nationales. La situation est inquiétante puisque selon un technicien du Fer, l’entretien de celles-ci accuse un retard de trois années. Selon lui, si cela continue les routes risquent non seulement de ne plus être entretenables mais pire, il faudra avoir recours à des réhabilitations qui coûtent encore plus cher.

D’après toujours notre interlocuteur, « Jusqu’à maintenant, les RER s’élèvent à 141 milliards d’ariary, dont 89 sont enregistrés au titre de l’année 2012. Le pire est que si auparavant, le montant des RER équivalait à 10% du prix à la pompe, depuis l’année 2010, celui-ci est devenu forfaitaire ». « Ainsi, à l’heure actuelle, le montant dû est fixé aux environs de 7 milliards d’ariary par mois, théoriquement car dans la pratique, il n’y a pas de paiement concret », ajoute-t-il.



Le mauvais état des routes déteint sur la population

L’état des routes nationales se dégrade depuis des années et personne ne réagit. Pourtant, la structure de prix à la pompe devrait permettre aux usagers qui s’acquittent de cette redevance d’entretien routier de bénéficier de l’entretien des routes. Au vu de la situation actuelle et avec la dégradation manifeste du réseau routier, elle ne jouit pas dudit service.

D’après ce responsable au niveau du Fer, l’entité n’est plus en mesure d’assurer sa principale mission, notamment l’entretien pour l’ensemble des routes regroupées au sein du réseau structurant, à savoir la RN2, la RN7, la RN4 et la RN6…



Madagascar à la traîne comparée à l’Afrique

Selon les chiffres de la Banque mondiale, 44% des routes nationales sont jugées en mauvais état. La densité des routes revêtues dans le pays est de 9,7 km par millier de kilomètres contre 31 km en moyenne en Afrique Sub saharienne.

Selon les études effectuées par la banque, Madagascar accumule un retard à cause d’un réseau national de transport désuet et mal entretenu qui nuit au développement des échanges entre les régions. C’est également la principale raison pour les transporteurs de pratiquer des marges excessives quant au transport de biens ou de personnes. Pourtant, pour relever son économie, l’Etat devrait se pencher un peu plus sur les investissements publics. Si l’on prend le cas des routes nationales, la situation empire d’année en année.

Noella Rakoto



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Etat des routes   Jeu 12 Sep - 14:28

12/09/2013

dans l'Express : http://www.lexpressmada.com/route-madagascar/46433-les-8200-usagers-8200-de-8200-la-8200-rn7-8200-s-inquietent.html

Route

Les usagers de la RN7 s’inquiètent


« Il faut au moins une heure pour relier Ambohi­mahasoa à Fianarantsoa, contre une trentaine de minutes auparavant, à cause de la dégradation de la RN7 », interpelle Aimé Ralison Nakolo, opérateur économique de la région Atsimo-Andrefana. 
À l'entendre, cette situation a accru les attaques des bandits de grands chemins sur cet axe menant vers le Sud de la Grande île. Aussi les usagers de cette portion de route doivent-ils rouler à moins de 10km à l’heure pour éviter les nids-d'autruche sur cette portion de route. 
« Le bitume a même disparu en plusieurs endroits de la chaussée. Profitant de cette faible allure des véhicules, les coupeurs de route érigent des barrages pour braquer les voitures, notamment au niveau du camp Robin », ajoute l'opérateur économique. 
Ce dernier n'est pas le seul à tirer la sonnette d'alarme face à cette dégradation progressive de cette portion de la RN7. 
« Bien que les taxis-brousse roulent en caravane, les bandits armés osent toujours nous attaquer. Nous ne pouvons pas faire demi-tour avec célérité à cause des nids-de-poule », témoigne Solofohery Randriatiana, un chauffeur de taxi-brousse de la coopérative Kofifi. 
« Cet axe sera impraticable et les voitures deviendront les proies faciles des bandits de grands chemins si des travaux de réhabilitation ne sont pas faits avant l'arrivée de la pluie», conclut  Aimé Ralison Nakolo.

Vonjy Radasimalala

Jeudi 12 septembre 2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Etat des routes   Sam 9 Nov - 10:09

District de Vangaindrano : appel pour la réhabilitation de la RN


Vendredi, 08 Novembre 2013 06:36

Vangaindrano, une localité du Sud-est située à 700 km de la capitale.

La route y menant est coupée à 30km à l'entrée de la ville, faisant ainsi que les passagers sont obligés de faire du transbordement dans le village de Lohagisa. A cet effet, la population locale rencontre plusieurs problèmes entraînant des perturbations et des dysfonctionnements dans leur vie quotidienne. La région est connue par sa production en agricole, ses produits maritimes ainsi que le secteur tourisme. Les informations publiées indiquent que le manioc représente une grande place dans la production, plus de 75%. La majorité de la production est à vendre mais, très peu de collecteurs ou très peu des habitants locaux arrivent à liquider leurs produits ailleurs. A part le manioc, les habitants cultivent également de la patate douce, de la banane et le café.

En plus de l’agriculture, la région est réputée pour ses richesses écologiques dont, à titre d’exemple le parc national Befotaka Midongy (à 94 km de Vangaindrano), très prisés par plusieurs touristes locaux. Mais le nombre des touristes diminue petit à petit à cause du très mauvais état routier. C’est l’une des zones d’intervention du programme du patrimoine mondiae de l’Unesco à Madagascar. Sa superficie est de 192.198ha. L’altitude à l’intérieur du parc varie de 689 m à 1.679 m. Le parc national de Befotaka Midongy présente plusieurs types d'habitats représentatifs de l'Ecorégion du Centre et de l'Est. Outre ces habitats, il abrite aussi des forêts ainsi que des habitats aquatiques dont les rivières, lacs, marécages et autres. Face à ce problème routier, les habitants locaux et les transporteurs ainsi que les opérateurs économiques qui travaillent sur cet axe de la RN 12 lancent un appel à l'Etat pour constater de visu et réhabiliter cette route nationale.

R.V.

source : http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=35481:district-de-vangaindrano--appel-pour-la-rehabilitation-de-la-rn&catid=45:newsflash&Itemid=58
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Etat des routes   Mer 13 Nov - 0:57

12/11/2013

source : http://www.lexpressmada.com/rn5-madagascar/48062-refection-de-la-route-de-foulpointe.html

RN5


Réfection de la route de Foulpointe
Près de 40 % de la RN 5 a déjà un aspect neuf et particulièrement roulant
Près de 40 % de la RN 5 a déjà un aspect neuf et particulièrement roulant
L’axe routier reliant Toamasina et Foulpointe était quasi impraticable. Mais les travaux de réhabilitation ont repris, pour le grand bonheur des usagers.
Les vacanciers peuvent à nouveau programmer Fouplointe pour leur prochaine destination. La réhabili­tation de la Route nationale 5 (RN 5) a déjà repris depuis le 14 octobre. Elle concerne une portion de 55 kilomètres, reliant la ville de Toamasina à ce site balnéaire le plus célèbre du pays. Les travaux devront durer 105 jours et sont assurés par l'entreprise chinoise SMATP. Selon les explications de Rajo Randriafeno, ministre des Mines, le coût du chantier s'élève à quatre milliards d'ariary et 40% des travaux sont déjà réalisés jusqu'à
ce jour. Le chantier devrait être bouclé vers la fin de
l'année.
« Pour l'instant, le permis d'exploitation de Mainland reste suspendu et l'étude des impacts environnementaux ainsi que les consultations publiques pour avoir les avis des riverains se poursuivent. Par ailleurs, des mesures ont été prises afin d'assurer la praticabilité de cet axe, notamment durant la campagne de litchi d'ici le 20 novembre », explique le ministre Rajo Randriafeno.
La compagnie Mainland est titulaire d'un permis d'exploitation d'ilménite dans la région de Soanierana Ivongo.
En 2011, à la suite d'importants dégâts causés par ses activités sur l'environnement, en particulier sur la route reliant Foulpointe à Toamasina, l'État a décidé de suspendre le permis jusqu'à ce que la compagnie répare les dégâts qu'elle a causés, dont, entre autres, la réfection de la RN5.
Un premier chantier a déjà démarré en 2011 mais suite à des problèmes techniques, il a été arrêté, entraînant une dégradation avancée de la chaussée. Lors des dernières grandes vacances, Foulpointe avait été quasi inaccessible pour ceux qui ne voyageaient pas en 4x4.
En tout cas, la reprise du chantier satisfait déjà les usagers de cet axe. La société SMATP a procédé au nivellement des portions les plus touchés, « les points noirs », comme ont dit dans le jargon technique. Ce qui a grandement soulagé le trafic et réduit sensiblement la durée du trajet. Même les habitants de Toamasina recommencent à aller passer un après-midi au bord du lagon de Foulpointe.
Mahefa Rakotomalala
Mardi 12 novembre 2013

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Etat des routes   Lun 30 Déc - 17:48




Route nationale n°5

Réhabilitation bientôt
lundi 30 décembre 2013, par Haingo
Agrandir le texteDiminuer le texteVersion texte

Les problèmes des utilisateurs de la route nationale reliant Soanierana Ivongo et Mananara Nord seront à l’avenir résolus. La route nationale n°5 sera bientôt réhabilitée grâce à la collaboration entre le ministère malagasy des Finances et du budget et le Fond Koweitien. Le coût total des travaux est estimé à 17 millions de dollars soit près de 39 milliards d’ariary. Durant les travaux de réhabilitation, il est également prévu de construire 7 ponts tout au long de cette route nationale, a relevé le ministre des Finances et du budget Rasoloerison Lantoniaina. Ces travaux seront renforcés par un accotement de 1m50.

Les contrôles relatifs aux utilisations de ce financement seront mis en place à l’avance, selon le responsable auprès de la direction de la dette publique au sein du ministère des finances et du budget Cette direction se chargera aussi de la mise en vigueur des accords de partenariat. La signature de cet accord de prêt a été faite vendredi dernier dans la région d’Analanjirofo entre le ministre des Finances et du budget et les membres du Fond Koweitien.

source :http://www.madagascar-tribune.com/Rehabilitation-bientot,19486.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Etat des routes   Jeu 13 Mar - 1:36

12 mars 2014

la Gazette : http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=38386:reseaux-routiers-risque-de-retour-a-letat-delabre-dil-y-a-20-ans&catid=45:newsflash&Itemid=58

Réseaux routiers : Risque de retour à l’état délabré d’il y a 20 ans  

Mercredi, 12 Mars 2014 11:32  

Menace de coupure de la route reliant Toamasina à Fénérive-est, suite à une détérioration d’un pont situé au sud de Foulepointe.

Etat plus que délabré de la route reliant Fianarantsoa à Ikalamavony, un état qui exige de faire en 5h de temps ce tronçon de 90 km à bord d’un 4x4 … Bref, ce ne sont que des exemples parmi tant d’autres. En fait, le patrimoine routier du pays part en lambeaux et la situation est grave, notamment depuis les 5 dernières années. Les conséquences sont plus que désastreuses. Outre la perte de temps et l’insécurité que cela suscite, le phénomène provoque d’importants problèmes socioéconomiques. Depuis hier par exemple, Fénérive-est doit fonctionner avec le marché au noir pour l’approvisionnement en gasoil et en essence. Les camions-citernes ne passent plus en effet sur le pont évoqué plus haut. Celui-ci est détérioré à cause du dépassement du tonnage de certains véhicules que l’ouvrage peut supporter. Outre ce non-respect de la charge à l’essieu, notons que les réseaux routiers du pays sont dans un état délabré. D’après une étude de la Banque mondiale publiée en 2010, l’accent doit être mis sur l’entretien du réseau national bitumé, de façon à ne pas rejeter 20 ans en arrière des zones récemment désenclavées.

Il faut aussi rappeler que sur la période 1970-2000, Madagascar a perdu en moyenne environ 1 000 km de routes par an. Si au début des années 60 donc, le pays disposait de 50 000 km de routes, il n’en comptait plus que 38 000 km à l’heure actuelle. Mais ce peu qui reste est dans un mauvais état. Même si le coût du transport ferroviaire est 1/3 moins cher que les frais en transport routier, les routes sont pour le moment le principal réseau de transport dans le pays, le réseau ferroviaire étant ce qu’il est depuis la colonisation. Mais bien avant la crise, plus précisément en 2007, un peu plus de 22% des ruraux vivaient déjà à moins de 2 km d’une route circulable toute l’année. La situation s’est sûrement dégradée d’autant plus que l’entretien routier et les travaux routiers de grande envergure laissent beaucoup à désirer sur ces 5 dernières années. Seuls les tronçons fortement dégradés par les cyclones ont reçu des financements des bailleurs de fonds. Quant à l’entretien des routes, notamment nationales, le Fonds d’entretien routier (FER) est victime de la suspension du paiement de la redevance par les compagnies pétrolières. Ce problème fait partie des mesures prises par le régime de la transition pour contenir les prix à la pompe.

Mais les conséquences seront désastreuses. Le nouveau régime devra trouver un financement colossal pour réhabiliter les routes nationales, rétablir la circulation sur de nombreuses pistes rurales, réparer des ponts… Au lieu d’opter pour des solutions comme l’allègement des taxes sur les produits pétroliers (40% du prix) et les hausses des prix à la pompe par palier, la transition a préféré d’autres mesures qui s’avèrent fortement pénalisantes pour l’économie et l’accès de nombreux ruraux aux services sociaux de base comme la santé.

Fanjanarivo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Etat des routes   Ven 13 Juin - 19:29

13 juin 2014

dans l'Express : http://www.lexpressmada.com/blog/actualites/economie/travaux-publics-debut-de-la-rehabilitation-de-la-rn8-12311



Travaux publics – Début de la réhabilitation de la RN8




Développement économique en général, essor touristique en particulier. C’est la retombée attendue de la réalisation des travaux de réhabilitation de la Route nationale temporaire (RNT) 8, reliant le district de Moron­dava et celui de Belo sur Tsiribihina. L’ouvrage comprenant entre autres le terrassement de la chaussée de 178 kilomètres de long, la construction de dalots et radiers a démarré officiellement, hier, après le coup
d’envoi du Président de la Répu­blique Hery Rajaonari­mampianina, en présence du Commissaire européen chargé de développement, Andris Piebalgs lors de sa visite à Morondava. L’Allée des Baobabs, qui fait la renommée de la région Menabe, sera concernée en effet par ces travaux financés à hauteur de 3,27 millions d’euros par l’Union européenne. L’accès vers les Tsingy de Bemahara dans la région Melaky, reliée aussi par cette route, sera également facilité.
Autres routes nationales
« La RN8 est difficilement praticable pendant la saison des pluies. Si en période sèche, il faut quatre jours pour arriver sur Belo sur Tsiribihina, en saison pluvieuse, il faut un jour pour passer cent kilomètres. Les touristes sont contraints de s’arrêter à l’Allée des baobabs ou aux baobabs amoureux, ne pouvant
pas aller jusqu’au Tsingy de Bemahara », témoigne Gilbert Romain, Chef de région Menabe, à la cérémonie de lancement officiel des travaux.
Le Chef de l’État a souligné pour sa part qu’en plus du développement touristique, la réalisation des infrastructures routières entraîne la création de plusieurs emplois dans les régions concernés. Toujours en partenariat avec l’Union européenne, des travaux seront aussi lancés sur d’autres routes nationales. « La réalisation de ces travaux constitue un fer de lance pour le développement touristique et économique, mais elle donne aussi des milliers d’emplois. La disponibilité d’un réseau routier en bon état conduit au développement, c’est pourquoi nous allons lancer des travaux de réparation également sur les RN2, RN6, RN 12, RN13 et au­tres », indique pour sa part Hery Rajaonari­mampianina, saisissant aussi l’occasion pour annoncer l’arrivée de nouveau matériel roulant pour les forces de l’ordre.
Lantoniaina Razafindramiadana
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dad Cool
Mbre TOP
Mbre TOP


Nombre de messages : 243
Localisation : Loir et Cher
Date d'inscription : 16/10/2005

MessageSujet: Re: Etat des routes   Sam 14 Juin - 21:41

Une belle coquille dans l'article  de L'EXPRESS

La RN8 est difficilement praticable pendant la saison des pluies. Si en période sèche, il faut quatre jours pour arriver sur Belo sur Tsiribihina, en saison pluvieuse, il faut un jour pour passer cent kilomètres.

C'est plutôt l'inverse: 1 jour en saison sèche et trois pendant les pluies!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Etat des routes   Lun 29 Sep - 11:51

29 septembre 2014


source : http://www.midi-madagasikara.mg/economie/2014/09/29/route-nationale-5-grands-travaux-nouvelle-route-goudronnee/


Route nationale 5 : Grands travaux pour une nouvelle route goudronnée

sept 29th, 2014






Seuls les 4x4 peuvent servir de taxis-brousse pour l’axe reliant Soanierana Ivongo et Mananara-Avaratra.


Seules les voitures 4×4 les plus robustes et les motocross sont adéquats pour la route reliant Soanierana Ivongo et Mananara-Nord. Mais des travaux de réhabilitation sont désormais lancés. Après des décennies de cauchemars et de promesses décevantes, les usagers de cet axe bénéficieront enfin d’une route nationale digne de ce nom.

Une longue route impraticable et cinq bacs à traverser ! Cela prend 12 heures de temps pour aller de Soanierana Ivongo à Mananara-Nord, si tous les bacs sont en service. La nuit, il est impossible de traverser les rivières. « C’est par un tel enclavement que souffrent la population dans cette région. Tous les taxis-brousse sont des véhicules 4×4 et ce sont eux qui assurent le transport de personnes et de marchandises. A cause de cette situation, les prix de PPN et de produits importés sont très élevés. Les marchandises sont pesées, pour les frais de transport, avec un tarif de 500 Ariary par kilo. En ce qui concerne les personnes, le tarif pour aller de Soanierana Ivongo à Mananara-Avaratra varie de 50 000 à 80 000 Ariary, selon le confort. Généralement, les taxis-brousse sont des pick-up double cabine », a informé le maire de Soanieran& Ivongo, Indiana Alain.

Développement. Jeudi dernier, le ministre des Travaux Publics, Roland Ratsiraka a lancé officiellement le début des travaux, pour la réhabilitation de la RN5. Un évènement qui a enchanté les populations concernées. En effet, les impacts de ce projet sont importants, si on ne cite que l’ouverture économique de la zone bénéficiaire, l’accès au marché des producteurs de la région, l’amélioration du pouvoir d’achat de la population engendrée par le désenclavement, etc. ; bref, un grand changement. D’après les informations, les travaux concerneront l’axe depuis le PK162 de la RN5, jusqu’à Mananara. Cependant, les habitants de Soanierana Ivongo ont sollicité un début de chantier au PK158, pour que la ville soit concernée. « Les travaux commencent déjà. Il nous faut 110 millions USD pour finir le projet. A l’heure actuelle, nous avons trouvé 60 millions USD dont 17 millions USD sont déjà disponibles. Avec l’estimation de l’avancement des travaux, le goudronnage de la route vers Mananara va commencer dans trois mois. En ce qui concerne la ville de Soanierana Ivongo, une somme de 2 milliards d’Ariary du FER (Fonds d’entretien routier) sera allouée à la réhabilitation. Le financement est confirmé, mais il reste les procédures », a annoncé le ministre Roland Ratsiraka, dans son discours, lors du lancement des travaux à Soanierana Ivongo.

Nouvelles tracées. Les travaux ne sont pas une simple réhabilitation car la route sera élargie et de nouvelles tracées sont prévues pour amélioration, surtout en ce qui concerne l’axe reliant Manompana et Mananara Avaratra. A noter que la somme de 110 millions USD recherchée permettra, d’après le ministre, de construire des ponts pour mettre fin à l’utilisation des bacs, de goudronner une bonne partie de la RN5 et de mettre des pavés autobloquants sur d’autres parties. Jusqu’ici, le Fonds Arabe, le Fonds Koweitien et la BADEA (Arab Bank for Economic Development in Africa) sont les bailleurs de fonds du projet.

Antsa R.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Etat des routes   Mar 14 Oct - 21:36

14/10/2014

source : http://www.midi-madagasikara.mg/economie/2014/10/14/rn5-vers-extension-travaux-grace-au-groupe-bilal/

RN5 : Vers une extension des travaux, grâce au Groupe Bilal

oct 14th, 2014




Les représentants du groupe Bilal et les techniciens du ministère des Travaux Publics visiteront ce jour les sites de la RN5.

La route reliant Mananara-Nord et Maroantsetra pourrait être reconstruite, avec l’axe Soanierano Ivongo – Mananara-Nord, grâce à un éventuel partenariat avec le Groupe Bilal. Ce jour, les représentants de ce bailleur de fonds sont conduits sur les lieux par les techniciens du ministère des Travaux Publics, pour étudier le projet.

Une très bonne nouvelle pour les usagers de la route nationale 5 ! Quelques semaines après le lancement des travaux de reconstruction de la route reliant Soanierana Ivongo et Mananara-Nord, un nouveau partenaire affirme pouvoir financer et réaliser les travaux de reconstruction pour l’axe reliant Mananara-Nord et Maroantsetra. Bref, si l’accord est conclu, toute la RN5 sera reconstruite. En effet, le ministère des Travaux Publics ne veut pas se contenter d’une simple réhabilitation. « La reconstruction de l’axe Soanierana Ivongo – Mananara-Nord est déjà en cours, grâce aux appuis financiers du fonds Koweitien et de la BADEA (Arab Bank for Economic Development in Africa). Cet axe est donc divisé en deux lots de 80km et de 40km. La réhabilitation de la partie entre Ambilobe et Vohémar est également prévue dans le cadre du 11e FED (Fonds européen de développement). Mais en attendant les longues procédures, nous pouvons travailler tout de suite avec le Groupe Bilal », ont annoncé les techniciens au sein du ministère des Travaux Publics.

Immédiat. Le groupe Bilal, basé à Dubaï des Emirats Arabes Unis, est spécialiste dans les constructions d’aéroports, de routes, de ports, de digues, et d’immeubles. « Notre avantage est que nous pouvons travailler tout de suite, car nous avons nos moyens disponibles que nous pouvons mettre en œuvre, si l’Etat malgache apporte les garanties nécessaires », a déclaré le directeur exécutif du Groupe Bilal, Rakshit Bombwall, accompagné par Khaldoun Ganam, ingénieur au sein de ProjectsLink. Ce jour, cette délégation est en mission pour voir de visu l’environnement et la situation de la RN5, avec les techniciens du ministère, conduits par le directeur général des Travaux Publics, Ranoelinjanahary Barthe David.

Antsa R.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Etat des routes   Aujourd'hui à 6:05

Revenir en haut Aller en bas
 
Etat des routes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Etat des routes 2009/2010
» Etat des routes au Maroc "beldi"
» Etat des routes et météo
» ETAT DES ROUTES ET PISTES DU SUD MAROC le 1er Décembre
» Maroc : Information sur l'ETAT des ROUTES (neige, pluie)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MADALAND :: *******SEJOURS ET VOYAGES******* :: Pour ceux qui veulent y aller-
Sauter vers: