MADALAND


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Crise à Mada : acte II : l'après Ravalomanana est commencé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Crise à Mada : acte II : l'après Ravalomanana est commencé   Mer 18 Mar - 20:00

une info de l'Express du 18 mars 2009

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=25172


Citation :


Ravalomanana cède
Le pouvoir confié à Andry Rajoelina

Marc Ravalomanana a démissionné hier en fin de matinée confiant le pouvoir au vice-amiral Hyppolite Ramaroson. Dans la soirée, ce dernier a, refilé le bébé à Andry Rajoelina.

La crise politique commence à se décanter. Sentant l'étau se resserrer autour de lui, le président Marc Ravalomanana a conféré les pleins pouvoirs aux militaires. Mais les plus hauts gradés des forces armées ne les ont gardés que quelques heures. Ils les ont transmis à Andry Rajoelina qui assume ses fonctions de président de la Haute autorité de la transition (HAT).
« Nous donnons les pleins pouvoirs à Monsieur Andry Rajoelina pour devenir président de la HAT », a déclaré le vice-amiral Hyppolite Ramaroson, tard dans la soirée, hier à Soanierana. Il était accompagné des généraux Rivo Hanitra Razafindralambo et Ranto Rabarisoa, les plus anciens des plus hauts gradés au sein des forces armées, censés diriger un directoire militaire décidé par le président Ravalomanana.
La journée d'hier a été pleine de rebondissements. Après deux mois de bras de fer, le président Marc Ravalomanana a fini par lâcher prise en début de l'après-midi.
Houleuse séance d'explications
Vers 14 heures 30, l'information a commencé à se répandre comme une traînée de poudre dans le camp de Andry Rajoelina. Certains partisans de l'ancien maire d'Antananarivo se sont congratulés au moment où ce dernier a investi d'une manière symbolique le palais d'Ambohitsorohitra.
L'information a été officialisée lors de la diffusion d'un communiqué sur la Radio protestante Fahazavana. Il annonce l'ordonnance présidentielle donnant les pleins pouvoirs aux militaires. « J'espère prendre la bonne et sage décision par la dissolution du gouvernement et le transfert des pouvoirs à un directoire militaire », a-t-il lancé dans son discours.
A ce moment précis, tout n'était pas encore réglé. La mise en place d'un directoire n'a pas plu aux militaires alliés de Andry Rajoelina. « On ne l'acceptera jamais », a lâché le colonel René Rakotonandrasana, porte-parole des « mutins ».
Le quiproquo né de la publication de l'ordonnance présidentielle a failli tourner au vinaigre. La rencontre censée divulguer les dispositions transitoires en présence de la communauté internationale, à l'Episcopat à Antanimena, a tourné court. Andry Rajoelina, présent sur les lieux, a quitté la salle pour marquer sa désapprobation. Les militaires ralliés à sa cause se sont également mis à gesticuler.
Les « mutins » ont ensuite « invité » le vice-amiral Hyppolite Ramaroson, les généraux Ranto Rabarisoa et Rivo Hanitra Razafindralambo à les suivre au Capsat à Soanierana. Une houleuse séance d'explications a eu lieu entre les deux camps.
Après des échanges assez vifs, les deux parties se sont entendues sur la voie à suivre. Dans un communiqué, le vice-amiral Hyppolite Ramaroson a précisé « le refus catégorique d'un directoire militaire ». Le général Rivo Hanitra Razafindralambo a renchéri en soutenant que « nous n'avons jamais eu l'intention de dribbler ». Et le général Ranto Rabarisoa a conclu: « L'objectif est de donner les pouvoirs à qui le mérite une fois entre nos mains. »

Encadré
Le dernier discours du Président
L'ancien président Ravalomanana a prononcé un discours sur Radio Fahazavana expliquant sa décision avant la diffusion du communiqué instaurant le directoire militaire.
D'un ton grave, les mâchoires serrées, l'ancien chef
de l'Etat a évoqué dans son allocution la « croisée des chemins » où se trouve le pays et qui le conduit à opter pour la voie extra-constitutionnelle afin de sortir de la crise. Il a souligné une « décision difficile » mais « nécessaire face à la situation actuelle », croyant conférer les pleins pouvoirs aux militaires les plus anciens des plus hauts gradés.
Marc Ravalomanana a annoncé avoir pris sa décision en constatant l'« importance du rétablissement rapide de l'ordre public ». Il a ainsi lancé un appel à la population pour qu'elle reste calme. Au final, l'ancien chef de l'Etat a cédé après avoir insisté qu'il n'acceptera pas de démissionner au profit d'une transition. Il a quitté le palais d'Etat d'Iavoloha, mais on ignore sa destination.

Iloniaina Alain
Date : 18-03-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Crise à Mada : acte II : l'après Ravalomanana est commencé   Mer 18 Mar - 20:07

version Madagate :

http://www.madagate.com/politique/951-ravalomanana-enfin-out-place-au-president-de-la-hat-andry-rajoelina-.html


version Tribune : http://www.madagascar-tribune.com/Pleins-pouvoirs-legalises-par,11429.html


source :

Citation :
Haute Autorité de Transition

Pleins pouvoirs légalisés par ordonnance
mercredi 18 mars 2009, par Valis


Andry Rajoelina, président de la Haute Autorité de la Transition, dispose depuis le 17 mars 2009 des pleins pouvoirs légaux pour diriger la nation et le pays entier.


Suite à l’Ordonnance 2009-001 en date du 17 mars 2009 pris par le président de la République Marc Ravalomanana qui confère les pleins pouvoirs à un Directoire militaire présidé par le plus haut gradé, toutes armes confondues, les trois membres de ce Directoire ont procédé par voie d’Ordonnance, dans la soirée du 17 mars au CAPSAT Soanierana, au transfert de leurs pouvoirs au président de la Haute Autorité de Transition, Andry Rajoelina. Ont signé cette Ordonnance, le vice amiral Ramaroson Raharison Hyppolite, le général de Division Rabarisoa Lanto et le général de Division Razafindralambo Rivo, ancien chef d’Etat général des Armées malgaches.

A officié comme juge et greffier, Norbert Lala Ratsirahonana, ancien président de la République, ancien chef de gouvernement et ancien membre de la Haute Cour Constitutionnelle, ancien conseiller spécial du président Marc Ravalomanana, expert international en droit constitutionnel et président du parti AVI. A noter que la veille, Norbert Lala Ratsirahonana a expliqué à la presse qu’il faut que le président Ravalomanana démissionne pour sortir le pays de la crise. Ce fut sa première apparition publique après avoir observé pendant plusieurs mois un mutisme total.

Dès la proclamation faite par le vice amiral Raharison Hyppolite du transfert des pleins pouvoirs à Andry Rajoelina, la horde des militaires a explosé de joie. Les explications du vice amiral sur le malentendu qui a provoqué le chahut dans la cour de l’Episcopat étaient à peine entendues ni considérées. En tout cas, le « président éphémère d’à peine une heure » de ce fameux Directoire a déploré qu’on ne lui avait même pas donné le temps d’expliquer. L’impatience et les idées préconçues en plus des humeurs, aussi légitimes soient-elles n’autorisent nullement des comportements instinctifs. De plus ce sont des soldats. Et la discipline et la maîtrise de soi alors
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Crise à Mada : acte II : l'après Ravalomanana est commencé   Mer 18 Mar - 20:31

une vidéo historique du dernier discours officiel ?


http://www.dailymotion.com/user/webmalagasy/video/x8p9b1_marc-ravalomanana-na-pas-


Durée : 02:06Pris le : 18 mars 2009Ajouter des sous-titresDissolution du Gouvernement, le Président a conféré les pouvoirs à un Directoire militaire

Le Président de la République, Marc Ravalomanana, par le Décret 2009/ 239 du 17 mars 2009, a décidé la dissolution du gouvernement, en abrogeant le décret portant nomination des membres du gouvernement.

Par l'Ordonnance 2009-001 en date du 17 mars 2009, le Président de la République a décidé de conférer à un Directoire militaire les pleins pouvoirs.

- Les pleins pouvoirs sont donnés à un Directoire Militaire dirigé par le plus ancien dans le grade le plus élevé, toutes armes confondues.
- /!\ /!\ Il EN RESTE LE PRESIDENT /!\ /!\
- La composition, l'organisation de ce Directoire Militaire sont laissées à l'appréciation de son Président.
- Le Directoire militaire exerce cumulativement les fonctions du Président de la République et celles du Premier Ministre qui leur sont dévolues par la Constitution.
- Le Directoire Militaire a pour mission de :
o Organiser les Assises nationales aux fins de discuter et d'élaborer les modifications éventuelles de la Constitution
o Préparer la révision du Code électoral
o Préparer la loi sur les partis politiques
o Organiser les élections qui s'imposent dans les délais n'excédant pas 24 mois.

Le Directoire Militaire peut prendre toutes autres mesures qu'il estime nécessaires en vue d'instaurer un ordre public stable, de favoriser une authentique réconciliation nationale permettant un véritable développement économique et social.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Crise à Mada : acte II : l'après Ravalomanana est commencé   Mer 18 Mar - 20:46

LA SUITE SUR RFI

SOURCE :

http://www.rfi.fr/actufr/articles/111/article_79340.asp

Citation :
Récit d'un coup de force «à la malgache»
par RFI

Article publié le 18/03/2009 Dernière mise à jour le 18/03/2009 à 16:15 TU

L'arrivée au pouvoir de Andry Rajoelina aura été une succession de retournements et de coups de théâtre. Récit.







Premier acte : le président Ravalomanana signe une ordonnance qui transfère tous ses pouvoirs à un directoire militaire. Le vice-amiral Philibert Ramaroson, qui doit en prendre la tête, finit par se laisser convaincre avec deux autres généraux qui figurent parmi les plus hauts gradés de l’armée. Selon nos sources, les trois hommes acceptent la formule, non pas pour exercer le pouvoir, mais parce qu’elle permet d’obtenir l’éviction du président. Leur plan est de définir, avec les officiers de l’état-major général, le cadre de la transition et de passer immédiatement le flambeau aux responsables politiques. Mais petit contretemps, le directoire militaire et le chef d’état-major, convoqués à une réunion de la médiation des églises, n’ont pas le temps de se voir et de s’expliquer.




Le deuxième acte se déroule alors à l’épiscopat où la réunion démarre en présence des émissaires de l’ONU et de l’UA, et de plusieurs ambassadeurs. Les officiers de l’état-major et Andry Rajoelina, sont-ils déjà au courant de l’instauration de ce directoire ? Difficile de savoir, mais Andry TGV, furieux, n’attend pas les explications et quitte la salle. Dehors, les militaires qui l’escortent sont informés. Des soldats arment leur fusil mitrailleur, pénètrent dans la pièce et hurlent qu’ils n’accepteront jamais de directoire militaire. Les trois généraux sont embarqués sans ménagement vers le camp CAPSAT (Corps d'administration des personnels et services de l'armée de terre), d’où est partie la mutinerie il y a quinze jours. La fin de ce deuxième acte se termine par une scène saisissante de diplomates s’engouffrant dans leur voiture pour échapper à la furie et de militaires surexcités hurlant dans la cour de l’épiscopat.

Le troisième acte se déroule donc au camp militaire du CAPSAT. C’est là où s’est préparé le dénouement. Les trois généraux installés dans une pièce reçoivent enfin le chef d’état-major. Décision est prise de transférer les pouvoirs qu’ils ont reçus quelques heures plus tôt du chef de l’Etat à Andry Rajoelina. Il faut rédiger une nouvelle ordonnance. Selon nos informations, Norbert Ratsirahonana, l’ancien Premier ministre et surtout ancien président de la Haute Cour constitutionnelle, est à la manœuvre. Il a formé les actuels juges du HCC et dispose d’un réel ascendant sur la Cour. Il faudra plusieurs heures pour peaufiner la formule du transfert des pouvoirs du directoire à Andry Rajoelina. A 21h30, les trois généraux très détendus lisent leur ordonnance aux journalistes qui patientent depuis des heures dans le mess du CAPSAT.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Crise à Mada : acte II : l'après Ravalomanana est commencé   Mer 18 Mar - 20:51

le premier discours du Président de transition


source : http://www.rfi.fr/actufr/articles/111/article_79338.asp


Citation :
Madagascar


Premier discours de Rajoelina en tant que président
par RFI


Article publié le 18/03/2009 Dernière mise à jour le 18/03/2009 à 15:23 TU

Andry Rajoelina affirme que la lutte contre la pauvreté sera sa priorité.
( Photo : Siphiwe Sibeko / Reuters )
Le nouveau président malgache, Andry Rajoelina, a prononcé, mercredi matin, un discours devant ses partisans rassemblés place du 13-Mai à Antananarivo. Il s'est engagé à rédiger une nouvelle Constitution et à organiser des élections d'ici deux ans. Un délai « trop long », estime le ministère français des Affaires étrangères en réclamant que la démocratie s'exprime le plus rapidement possible.


Andry Rajoelina a parlé devant une foule qui n’était finalement pas beaucoup plus nombreuse que lors de ses derniers meetings. Et pourtant, c’était la première fois qu’il venait dans son costume officiel de président de la transition. Quelques minutes plus tôt, la Haute Cour constitutionnelle avait validé le tour de passe-passe de ce mardi soir avec les militaires.

Andry Rajoelina a parlé démocratie, liberté et lutte contre la pauvreté, sauf que cette fois ses responsabilités lui incombent directement. La vente du coûteux avion présidentiel Force one,dont l'achat avait suscité une vive polémique, a forcément été très acclamée. Mais elle ne résoudra pas à elle seule tous les problèmes de Madagascar, toujours parmi les pays les plus pauvres du monde.

Deux ans de transition


Sur le plan institutionnel, Andry Rajoelina est bien président de la transition. Et il a vingt-quatre mois pour organiser une élection présidentielle. Une élection à laquelle, en l’état actuel des choses, il ne peut pas participer. En 2011, il aura 36 ans, donc trop jeune pour briguer un mandat présidentiel classique, puisque les candidats doivent être âgés d'au moins 40 ans. Mais bien sûr, les choses peuvent changer et la constitution peut être modifiée.

Même si Andry Rajoelina avait dit, au début, vouloir juste gérer la transition, qui sait si le pouvoir ne lui donnera pas d’autres idées. On lui prête aussi l’envie de limiter le nombre de mandats d’un président à deux maximum ce qui pourrait écarter définitivement Marc Ravalomanana. Ce dernier n’a cependant fait qu’un mandat et demi, et d’ailleurs pour l’heure, on ne sait pas où il est et on ne connaît rien de ses ambitions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Crise à Mada : acte II : l'après Ravalomanana est commencé   Ven 20 Mar - 18:29

20 mars 2009


l 'info du jour sur la vie politique malgache

lu dans l'Express : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=25225

Citation :
Premier conseil des ministres



La Transition se structure

Andry Rajoelina a tenu son premier conseil des ministres hier. La dissolution de l’Assemblée nationale et du Sénat a été décidée.

Une journée après son officialisation, la Haute autorité de la transition (HAT) dirigée par Andry Rajoelina est à pied d'oeuvre. Ce dernier a dirigé à Ambohitsorohitra son premier conseil des ministres avec les membres déjà désignés du gouvernement. Il a publié une ordonnance et trois décrets pour dresser les contours des structures transitoires.
En gros, celles-ci ressemblent à celles du schéma de 1991. A la place de la Haute autorité de l'Etat se trouve la HAT. Cette dernière est la « garante du fonctionnement régulier des institutions et de la démocratie durant la période transitoire qui ne peut excéder 24 mois », selon l'ordonnance instituant le régime de transition.
La HAT sera composée de 44 membres désignés par Andry Rajoelina. Ce dernier, en conseil des ministres, légifère par voie d'ordonnance et exerce le pouvoir réglementaire. Il nomme et révoque les membres du gouvernement ainsi que les hauts employés de l'Etat. Il organise également les rencontres préparatoires en vue de l'élaboration de la nouvelle Constitution.
A côté de la HAT se trouvent le gouvernement et le Conseil de redressement économique et social (Cres). Ce dernier est composé de 120 membres au maximum. Ils représenteront les goupements sociaux, culturels et économiques. L'organe purement consultatif veille notamment à l'instauration de l'équilibre régional.
Suspension du Parlement
La Haute cour constitutionnelle connaît également des changements, du moins pour ce qui est de sa composition. Ses membres sont portés à 11 au lieu de 9 comme actuellement. Andry Rajoelina nomme quatre membres, autant de quota pour la Garde des sceaux, deux sont désignés par le Premier ministre et le dernier par le Conseil supérieur de la magistrature.
L'Assemblée nationale et le Sénat font les frais de la réorganisation des institutions étatiques. Les deux chambres sont suspendues et leurs attributions sont exercées par la HAT et le Cres.
Le sort des collectivités territoriales décentralisées n'est pas déterminé par l'ordonnance. Mais Hajo Andrianainarivelo, ministre de l'Aménagement du territoire et de la décentralisation, a affirmé que les chefs de région et les maires restent à leur poste. « C'est le secrétaire général qui assure la fonction en cas de vacance de poste au niveau du chef de région ».
Hormis le président de la HAT, seuls quelques ministres sont connus. Le premier conseil d'hier a confirmé la nomination de Monja Roindefo comme Premier ministre. Onze autres membres du gouvernement sont confirmés à leur poste. Seul le général Raonenantsoamampianina, « ministre de la Défense nationale », n'est pas « reconduit ».
Interrogé sur la nomination des autres membres du gouvernement, Andry Rajoelina se montre peu pressé. « Il faut attendre la cérémonie officielle d'instauration de la HAT », a-t-il lancé. Soit après samedi.

Encadré
Le français comme langue d'enseignement
Un vent de changement dans l'éducation. Le ministre de l'Education nationale Julien Razafimanazato annonce que le français sera la première langue d'enseignement du pays. Cette déclaration a été faite lors de sa prise de service à Anosy, hier. A cette occasion, il a été reçu par Romain Klebert Ndrianjafy, secrétaire général de son prédécesseur Stangeline Ralambomanana. "Cette dernière s'est abstenue de venir pour raison de sécurité”, a confié un de ses proches collaborateurs.
Très ferme, le nouveau ministre a rassuré qu'une année blanche n'est pas à craindre. Toutefois, il admet que les dates des examens pourront connaître une modification.

Iloniaina Alain
Date : 20-03-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Crise à Mada : acte II : l'après Ravalomanana est commencé   Ven 20 Mar - 18:35

et dans Tribune : http://www.madagascar-tribune.com/Le-premier-Conseil-des-ministres,11460.html


Citation :
Palais d’Etat Ambohitsorohitra

Le premier Conseil des ministres dirigé par Andry Rajoelina

vendredi 20 mars 2009


Andry Rajoelina, chef de l’Etat et président de la République, a dirigé ce jeudi 19 mars un Conseil des ministres. Il a été décidé la suspension de l’Assemblée nationale et du Sénat.. Leurs fonctions seront attribuées à deux autres institutions : la Haute Autorité de Transition (HAT) et le Conseil pour le redressement économique et social (CRES).

L’ordonnance 002/2009 HAT en date du 19 mars 2009 nomme ou officialise la nomination des membres du gouvernement Monja Roindefo, premier ministre. Les membres de ce gouvernement sont pour l’instant les suivants :

ministre des Finances et du Budget, Benja Johasy Razafimahaleo
ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Christine Razanamahasoa
ministre des Affaires étrangères, Ny Hasina Andriamanjato
ministre de la Sécurité publique, Organés Rémi Sylvain Ramihantarizaka
ministre de l’Aménagement du territoire et de la Décentralisation, Hajo Herivelo Andrianiainarivelo
ministre de l’Education nationale, Julien Razafimanjato
ministre de l’Intérieur, Masimana Manantsoa
ministre du Commerce, Jean Claude Rakotonirina
ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêt, Marie Odon Florent Rakotovao
ministre des Postes, Télécommunications et de la Haute techonologie, Augustin Andriamananoro

Par rapport au gouvernement de la Place 13 mais, on remarquera que Gilbert Raharizatovo, ministre du Tourisme et le Général Raonenantsoamampianina, ministre de la Défense, n’ont pas été confirmés à leur poste. Les consultations se poursuivent selon le premier ministre Monja Roindefo. Pendant ce temps, le Collectif des citoyens réitère qu’il faut un gouvernement persuasif et reconnu par tous et devant rendre des comptes, suivant des objectifs précis, à un organe indépendant composé de plusieurs entités dont la Médiature.

Dans l’après-midi de ce jeudi 19 mars, l’ancien ministre des Postes et Télécommunications, Andriantavison Bruno a procédé à la passation de service au nouveau patron de ce ministère, le ministre Andriamananoro Augustin. C’est la première passation officielle dans le cadre de ce nouveau régime, qui est apparemment d’exception.

Recueilli par Valis

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Crise à Mada : acte II : l'après Ravalomanana est commencé   Lun 30 Mar - 21:39

lu ce soir 30 mars 2009


Citation :
une info de l'agence




Andry Rajoelina, président de la Haute Autorité de transition qui a succédé au début du mois au président Marc Ravalomanana, a annoncé lundi que le gouvernement malgache allait revoir l'ensemble des contrats passés avec les investisseurs étrangers qui, selon lui, rapportent trop peu à la Grande Ile.



ANDRY RAJOELINA VEUT REVOIR LES CONTRATS MINIERS À MADAGASCAR





"Nous devons revoir les contrats signés par les opérateurs. Lorsque l'on regarde le taux des revenus fixes et ce qui doit être acquitté, il existe un grand écart", a déclaré à la presse l'homme surnommé par ses compatriotes "TGV" en raison de son tempérament de fonceur.
"Cela concerne tous les contrats, tout particulièrement dans le domaine minier. Nous avons fait appel à des experts pour établir un audit. Une partie d'entre eux est déjà sur place".
La crise politique, qui couve depuis plusieurs mois à Madagascar, a effrayé les touristes, grands pourvoyeurs de précieuses devises étrangères, ainsi que des investisseurs étrangers dans les secteurs prometteurs de la prospection minière et de l'exploration pétrolière.
Il s'agit notamment du Français Total, de Rio Tinto et du Canadien Sherritt International, dont les opérations n'ont toutefois pas été touchées par les troubles étant donné leur situation en brousse.

Alain Iloniania, version française Jean-Loup Fiévet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Crise à Mada : acte II : l'après Ravalomanana est commencé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Crise à Mada : acte II : l'après Ravalomanana est commencé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La stérilisation : un acte de protection animale
» après la mort...
» crise de morsures, j'en ai marre !
» un chat qui court après sa queue
» Remise à cheval après accouchement?????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MADALAND :: *******DIVERS******* :: ACTUALITES-
Sauter vers: