MADALAND


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Coût de la vie sous TGV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Coût de la vie sous TGV   Mar 5 Mai - 19:08

INTRODUCTION au débat par l'Express du 05 mai 2009 , sur le panier de la ménagère

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=26211

Citation :

Produit de première nécessité
Flambée des prix sur le marché
Les consommateurs s'étonnent depuis quelque temps de la flambée des prix sur le marché. Le coût du kilo de sucre, de l'huile et de la farine s'envole.

Une contrainte pour les ménages. Les prix des produits de première nécessité connaissent une hausse vertigineuse sur le marché. D'Analakely à Andravoahangy, les grossistes et détaillants ont augmenté le prix de certaines denrées indispensables au quotidien.
La hausse concerne surtout le sucre, la farine et l'huile en vrac. Le premier se vend dorénavant à Ar 1 800 contre Ar 1 500 il y a une semaine. Pour la farine, le sac de 50 kg est de Ar 70 000 contre Ar 59 000. « Une telle situation est provoquée par la perturbation des importations et nous n'avons pas encore été approvisionnés », explique Jean Claude, grossiste à Andravoahangy.
Cela n'est pas étonnant selon les concernés. « Les importateurs jouent la prudence du fait de la conjoncture actuelle et hésitent à spéculer. Il y a aussi le problème de sécurisation des marchandises car le transport intérieur n'est pas encore garanti ».

Stock non renouvelé

Notre interlocuteur qui veut garder l'anonymat, cite ainsi les vols subis par les chargements de Tiko sur la RN2 et qui ont traumatisé les importateurs. Il ajoute que le signal envoyé par la Haute autorité de la transition n'est pas encore rassurant.
Aucune prévision de renouvellement des stocks n'est signalée jusqu'ici. En attendant, les consommateurs demeurent les principales victimes.
« Je suis étonnée de voir combien les prix peuvent changer de manière flagrante en une semaine. Apporter Ar 5 000 au marché ne suffit plus car le sac risque d'être à peine rempli », affirme une mère de famille qui faisait ses provisions mensuelles aux pavillons d'Analakely hier.
Pour l'instant, l'huile en vrac coûte Ar 2 600. Mais des techniciens avancent déjà que la situation risque de se généraliser d'ici quelques semaines si la hausse persiste.
Fanja Saholiarisoa
Date : 05-05-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Jeu 7 Mai - 23:58

Du pain pour tous?

Un article de l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=26239

Citation :

Toliara
Les boulangers se plaignent du prix de la farine


L’Association professionnelle des boulangers de Toliara (APBT) monte au créneau en tirant la sonnette d'alarme sur la situation qui prévaut dans le secteur. Elle s’inquiète de la hausse fulgurante du prix de la farine dans la Cité du Soleil.
Si le sac de « Fanion vert» se vendait à 59 000 ariary il y a deux semaines, il est proposé depuis quelques jours à 80 000 ariary.
Cet état de fait contraint certains boulangers à revoir à la baisse le volume de leur activité, tandis que d'autres menacent tout simplement de baisser rideau.
«Les coûts de fabrication du pain ont augmenté, entraînant des conditions de travail de plus en plus précaires pour les boulangers. Ils produisent quasiment à perte, alors que l'État propose de baisser le prix du pain, lequel demeure un produit stratégique », précise Hanif Hedaraly, président de l’APBT.
Soutien direct
Pour faire face à une situation pouvant prendre des proportions inattendues, les boulangers de Toliara appellent à «une intervention des pouvoirs publics tendant à régler ce problème, et éviter ainsi une mort programmée de ces artisans du pain».
Actuellement, le pain bâtard de 250 grammes s'écoule à 400 ariary et ce depuis cinq ans. Un tel tarif, explique l’APBT, empêche les artisans boulangers de faire face à l'augmentation du prix de la farine.
Pour eux, « tout s'enchaîne, sauf pour les boulangers qui se retrouvent quasiment à produire à perte avec toutes leurs charges professionnelles ».
L’APBT souhaite « obtenir un soutien direct du ministère du Commerce, si ce dernier tient coûte que coûte à garder le prix actuel du pain bâtard ». Les boulangers de Toliara ont pu maintenir jusqu’à présent le prix du pain, en dépit des différentes hausses enregistrées ces dernières années, dont celle des prix de l'eau et de l'électricité de la Jirama.
Afin d’éviter le bras-de-fer, ils ne revendiquent pas l'augmentation des prix, « mais juste des mesures devant permettre d'améliorer ou de maintenir leur marge bénéficiaire ». A noter que la ville de Toliara compte six boulangeries.
Francis Ramanantsoa
Date : 07-05-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Mer 13 Mai - 19:41

aujourd'hui dans l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/display.php?p=display&id=26391

Citation :

Consommation
Le taux d'inflation à 10,2%


Les prix résistent tant bien que mal à la crise politique. Selon les derniers chiffres de l'Institut national de la statistique (Instat), le taux d'inflation est actuellement de 10,2%. Ce taux était à 11% l’an dernier. Une évolution moins inquiétante que prévu.
Mais le pays aurait pu faire mieux, car les conditions étaient réunies pour ramener l'inflation au-dessous de 10%, comme c'était le cas en 2007. La baisse du prix du pétrole, des denrées alimentaires et des matières premières étaient des facteurs favorables à une baisse de prix géneralisée. Le Fonds monétaire international l'avait d'ailleurs prévu lors de la visite d'une mission d'évaluation, en septembre 2008.
La tendance risque cependant de s’inverser. La dépréciation rapide de l'ariary va influer sur les prix des produits importés et semi-importés, et même locaux. À commencer par le carburant que le pays importe à 100%. Mais il y a également les produits de première nécessité et les matières premières. Hier, la monnaie nationale frisait 2800 pour un euro. Elle était à 2500 ariary lorsque la crise a commencé.
Mahefa Rakotomalala
Date : 13-05-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Mer 20 Mai - 10:12

l'indice du jour relevé dans l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=26579

Citation :


Hausse du prix du sucre.


Le prix du sucre connaît une hausse sur le marché. En quelques jours, le prix du kilo est passé de 1500 à 1800 ariary pour la marque Sud Africaine, et de 1300 à 1700 ariary pour le sucre importé du Brésil. La réduction des importations constitue un des facteurs principaux de cette hausse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Ven 22 Mai - 18:39

une info de l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=26595


Citation :

Sainte-Marie, privée de farine. La farine devient un luxe dans la ville de Sainte-Marie. Depuis quelques temps, les Saint-Mariens sont privés de cette denrée et de tous les produits qui en dérivent. Le pain est de ce fait introuvable, sauf à des kilomètres du centre-ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Dim 21 Juin - 17:38

une brève de l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=27271

Citation :

La margarine Tiko hors de prix. Les consommateurs éprouvent des difficultés à trouver de la margarine produite par Tiko, ces dernières semaines. Certains magasins qui en disposent encore, la vendent très cher. Une brique de margarine est vendue à Ar 5 000 contre Ar 3 000 avant la crise.



et une autre

Citation :
Carburant
Flambée des prix à la pompe


Après une semaine de divergence, les compagnies pétrolières ont aligné les prix de leurs produits. Un alignement accompagné d'une hausse. Hier en début d'après-midi, les consommateurs ont été surpris par les nouveaux tarifs affichés dans les stations. Seules les stations Jovenna n'ont pas encore changé leurs prix.
Dans les stations Shell, Total et Galana, le litre du gasoil est maintenu à 2120 ariary. Par contre, le litre du super sans plomb 95 est passé de 2450 à 2720 ariary, soit une hausse de 270 ariary. Pour l'essence tourisme, il est passé de 2380 à 2680 ariary, soit 300 ariary de hausse. Pour le pétrole, l’augmentation est de 50 ariary. Le litre est passé de 1500 à 1550 ariary.
Selon les explications d’un gérant de station, cette hausse était prévisible compte tenu de la dépréciation de l'ariary par
rapport au dollar. Le dollar est passé de 1913 ariary le 10 juin à 1937 ariary dans la journée d'hier. « Cette nouvelle cargaison a été achetée à un prix plus élevé par rapport au stock qui vient d’être épuisé », explique le gérant.

Lantoniaina Razafindramiadana
Date : 20-06-2009

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=27366
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Mar 30 Juin - 18:47

30 juin cette brève de l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=27583

Citation :

Le prix de l'huile descend à Ar 3 000. Le prix du litre d'huile sur le marché commence à baisser de façon significative. La diversité des marques et des origines du produit instaure un climat de concurrence sur le marché. Le prix de vente d’une bouteille cachetée est sur le point de tomber à 3 000 ariary. L'huile raffinée est taxée d'un droit de douane de 20% contre 5% pour l'huile brute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Mer 1 Juil - 20:12

c'est à cause du mauvais temps !

brève de l'Express du 1er juillet 2009

source : http://www.lexpressmada.com/display.php?p=display&id=27608

Citation :


Consommation
Hausse du prix des légumes verts

Les prix des légumes verts, notamment la ciboulette, le persil, ainsi que ceux accompagnant généralement les viandes de porc et de boeuf, connaissent une hausse actuellement. Cette flambée des prix se traduit par la réduction de la quantité auprès des détaillants. « Pour le même prix de 100 ariary, on n'obtient que la moitié d'une botte d'auparavant », fait remarquer Antoinette Ravelotiana, une mère de famille. Elle signale en outre que l'achat d'une demi-botte, soit pour la somme de 50 ariary, est désormais refusé.
Selon les explications des revendeurs, la hausse des prix revient, dans un premier temps, aux fournisseurs de ces produits. « La quantité livrée a nettement diminué dernièrement et les cultivateurs ont tendance à augmenter les prix », indique Ralaivao, un grossite de légumes à Anosibe. Il rajoute qu'une quantité réduite de moitié de ciboulette s'achète actuellement à 10 000 ariary.
Les paysans se plaignent également. «Les plantes vertes ont du mal à pousser convenablement à cause du froid. D'où la diminution de la productivité », indique un cultivateur d'Andoharanofotsy.

Noro Haingo Rakotoseheno
Date : 01-07-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Jeu 2 Juil - 19:38

Dans l'Express du 02 juillet 2009


source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=27623

Citation :
Brèves
Indices


Hausse des prix du gasoil et du pétrole. De nouveaux tarifs sont appliqués au niveau des stations-service, cette fois-ci pour le gasoil et le pétrole. Le litre du gasoil est désormais vendu à 2400 ariary contre 2120 ariary, soit une hausse de 280 ariary. Pour le pétrole, il est passé de 1500 ariary à 1600 ariary, soit une hausse de 100 ariary. La dernière augmentation du prix du gasoil remonte au 12 juin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Jeu 9 Juil - 20:00

ce matin dans l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/display.php?p=display&id=27837

Citation :


Le prix du riz continue de baisser.

Le prix du riz blanc continue de baisser sur le marché de la capitale. Le « vary gasy » commence à descendre au dessous de 800 ariary le kilo tandis que le makalioka blanc se situe entre 980 à 860 ariary le kilo. La période des récoltes explique cette tendance, mais l'abondance du riz importé contribue également à l'augmentation de l'offre sur le marché.

Date : 09-07-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Ven 24 Juil - 18:55

24 juillet 2009

Brève de l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/display.php?p=display&id=28268

Citation :


Baisse du prix du carburant. Les stations-service Shell viennent d'afficher une baisse de tarif du carburant hier. Le coût du litre de l'essence tourisme est descendu à Ar 2630 contre Ar 2680, auparavant. Le prix du litre du gas oil à la pompe a également connu une baisse. De Ar 2400, il est à Ar 2350 depuis hier.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Sam 1 Aoû - 18:08

samedi 1er août dans l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/display.php?p=display&id=28457

[quote]
Hausse du prix du riz.
Citation :
Depuis quelque temps, le prix du riz a évolué. Au niveau des producteurs, le prix du kilo est passé de 360 ariary à 600 ariary. Sur le marché, le kilo de riz blanc est passé de 980
ariary à 1000 ou 1100 ariary selon la qualité. Pour la variété « riz rouge », le prix du kilo oscille entre 860 et 950 ariary.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Ven 21 Aoû - 19:25

21 août dans l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/display.php?p=display&id=28896

Citation :


Baisse généralisée des carburants.

Il y a quelques semaines, seule la compagnie Shell a réduit ses prix. Actuellement, Jovenna suit la tendance. L'essence 95 est passé de Ar 2720 à Ar 2680 le litre, le 91 de Ar 2680 à Ar 2620, le gazole de Ar 2400 à Ar 2250 et le pétrole lampant de Ar 1600, est passé à Ar 1550.


Date : 21-08-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Sam 12 Sep - 21:53

13 septembre dans l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=29464

Citation :


Le prix du riz grimpe.

Le prix du riz commence à enregistrer une hausse. De 900 ariary il y a deux semaines encore, le prix minimum du kilo du vary gasy est aujourd'hui de 1 000 ariary, et va jusqu'à 1 200 ariary pour le makalioka. Ce changement illustre l'approche de la période de soudure qui commence logiquement vers la moitié du mois de novembre. Mais l'approvisionnement du marché ne connaît pour l'instant aucune tension.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Lun 14 Sep - 18:54

dans le courrier du 14 septembre

source : http://www.courriermada.com/spip.php?article1471


Citation :



Prix du Riz : Hausse de 100 Ariary, depuis samedi


14 septembre 2009 par Domoina M.
Version imprimable, Format PDF,

Le prix du riz a enregistré une hausse de 100 ariary depuis samedi. De 1000 ariary, le kilo du riz est passé de 1100 ariary et peut aller jusqu’à 1600 ariary. A ce rythme, la flambée de prix ne fait que commencer et on ne sait jusqu’où s’arrêtera t-elle ?

Il y a juste quelques mois, les acteurs de la filière riz ont soulevé le débat autour de l’absence d’une politique alimentaire claire laquelle serait à l’origine de tous les problèmes que le pays n’a cessé de connaître depuis des années. Par la même occasion, ils ont alerté les autorités quant à la présence réelle du risque de pénurie, le pays ne disposant pas de stock et l’importation étant en suspens à cause de l’insécurité des investissements et les incertitudes politiques.

Aujourd’hui, ces hypothèses semblent se confirmer. Pourtant, aucune mesure n’a été prise ni pour prévoir ni pour faire face à une telle éventualité. Cette hausse du prix qu’elle relève d’une simple spéculation ou pas est un signe à ne pas prendre à la légère puisque les indicateurs tendent à montrer que la pénurie serait inévitable.

"L’abondance rizicole dans un contexte d’incertitude politique n’augure rien de bon" a-t-on mentionné à la session dédiée à la filière riz il y a juste deux mois. Visiblement, l’absence du riz importé sur le marché a donné libre cours aux comportements spéculateurs. Dans certaines régions (Alaotra, Vakinankaratra, Boeny), les collecteurs auraient acheté le riz à des prix dérisoires (entre 200 à 400 ariary le kilo du paddy) arguant que les banques ne leur donnent plus de l’argent.

Les commerçants ont justifié cette augmentation par la hausse du prix qui leur aurait été imposé par les grossistes ou grands distributeurs de la denrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Mer 16 Sep - 19:44

Dans le courrier de Mada

source :http://www.courriermada.com/spip.php?article1545

Citation :

PPN : Hausse de prix non généralisée


16 septembre 2009 par Rabearison Livah



Contrairement à l’impression qu’on a eue ces derniers temps comme quoi tous les prix de PPN se voient flipper, il n’est pas trop juste de généraliser les choses. Récemment le prix du riz s’est haussé d’environ 100 ariary. De leur coté les légumes secs comme les haricots et les poids du cap ont eu une légère baisse. Si la semaine dernière leur prix s’est tenu à 1200 ariary le kilo dans le marché d’Anosibe, cette semaine ce prix se fixe entre 1060 ariary le kilo pour les haricots et 1100ariary pour le pois du cap.
Les marchands questionnés sur les éventuelles montées de prix rassurent tout de même que ce tarif sera maintenu jusqu’à la fin de cette année. "Il n’y a aucune raison qui puisse justifier la montée de prix de ces produits comme nous gérons des stocks qui ne datent pas d’aujourd’hui. Ce serait de l’arnaque si des opérants manifestent une telle initiative" explique Marcel, un des vendeurs du marché d’Anosibe. De son côté, le litre de l’huile cachetée trouve lui aussi une légère baisse.
Si pour beaucoup de marchands, il s’échange à 3500 ariary, dans bon nombre d’échoppes du centre ville, on trouve déjà des plaques qui affichent un prix de 3000 ariary.
Une chose est sûre, la variation de prix des produits de première nécessité dans la situation actuelle ne peut en aucun cas être généralisée. Aussi, on ne peut attribuer ces changements insécurisants seulement au contexte politique qu’on traverse en ce moment.
Rabearison Livah (stagiaire)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Jeu 17 Sep - 19:16

dans l'Express du 17 septembre 2009

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=29564

Citation :

Consommation
Le prix du riz grimpe de 10%


Le prix du kilo de riz a connu une hausse depuis le début de cette semaine. Chez les grossistes d'Anosibe, d'Isotry ou d'Andravoangy, la hausse fluctue entre 80 à 120 ariary pour le riz rouge et de 100 à 130 ariary pour le riz long « Makalioka ». Chez les détaillants, le riz rouge s'affiche à 1 000 ariary et plus le kilo, contre 900 ariary la semaine dernière. Quand au « Makalioka », de bonne qualité, le kilo s'achète à 1 300 ariary au lieu de 1 150 ariary. C’est également le cas à Itaosy ou à Andoharanofotsy.
Ce qui crée la frustration pour beaucoup de ménage qui ne s'attendaient pas à une augmentation brusque. « Souvent, la hausse du prix du riz s'annonce progressivement et change d'un endroit à l'autre. Là, c'est incroyable », rouspète Felaniaiana Martine, une mère de famille s'approvisionnant régulièrement dans les pavillons d'Analakely.
Pour l'heure, aucune explication n'est donnée par les entités responsables de la filière concernant cette hausse. Mais d'après l'analyse de certains opérateurs « la période actuelle, malgré la conjoncture n'est pas propice à une telle hausse des prix ». D'autres opérateurs ont même conclu que le phénomène a trait à une mauvaise intention de créer la psychose. « Les spéculateurs profitent de la situation à la moindre information diffusée dans les médias ».
Afin de trouver une issue à la situation, la plateforme de concertation et de pilotage de la filière s'unissent pour agir.
Noro Haingo Rakotoseheno
Date : 17-09-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Jeu 17 Sep - 20:08

dans Tribune du 17 septembre 2009

source : http://www.madagascar-tribune.com/Le-ministere-du-Commerce-veut,12747.html

Citation :


Hausse du prix du riz
Le ministère du Commerce veut rassurer


jeudi 17 septembre 2009, par Ben

Le prix du riz blanc sur le marché a connu une hausse de 100Ar/kg. Cette hausse n’est pas exceptionnelle et n’est pas inquiétante en cette période indique le ministère du Commerce de la Haute Autorité de transition (HAT). Par rapport à l’année dernière et à la même période, le prix du riz oscillait aux environs de 1350Ar/kg contre 1100Ar/kg actuellement ; et pour rassurer les consommateurs, le ministère du Commerce ajoute qu’actuellement les initiatives des groupements d’opérateurs en riz se libèrent. Ainsi, ils prévoient d’importer quelque 80 000 tonnes de riz blanc pour la période de soudure. Par ailleurs, poursuit le ministère du Commerce, 10 000 tonnes de riz blanc sont déjà en cours d’importation. On prévoit également pour le Sud, précisément pour l’Androy et l’Anosy, l’arrivée sous peu de 2500 tonnes de riz et une autre cargaison de 2000 tonnes pour la partie orientale de l’île.
De toutes les façons, a-t-on compris des informations fournies par le ministère du Commerce et confirmées par celles du ministère de l’Agriculture, la production locale en riz a été cette année bonne. Il suffit de bien les acheminer dans les grands centres de consommation.
Toutes ces informations n’enlèvent pas certaines inquiétudes fondées sur les prix pratiqués par les collecteurs à la collecte du paddy ; des prix qui sont très bas car de l’ordre de 400 à 500Ar/kg et qui ne satisfont pas du tout les producteurs qui se sont endettés dans les opérations de production et qui n’arrivent pas à rembourser convenablement leurs créanciers. Le risque encouru est donc d’une part, la rétention des stocks jusqu’à ce que le prix à la collecte soit rentable ou convenable ; d’autre part qu’en raison de leur déception, les riziculteurs abandonnent la riziculture de marché pour se replier vers la riziculture de subsistance et le pays dépendrait alors de nouveau des importations massives en matière de riz.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Mer 27 Jan - 23:39

Dans le Courrier de Mada

SOURCE : http://www.courrierdemada.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=3446:ppn--hausse-generalisee-des-prix&catid=36:societe&Itemid=62



Citation :
PPN : Hausse généralisée des prix
Écrit par Ravaka
Mercredi, 27 Janvier 2010 12:28
Le prix des PPN flambe de jour en jour. Pour le sucre, Le prix est passé de 1.600 à 2400Ar. Pour le riz, le prix se situe actuellement entre 1.300 à 1.700Ar. Même chose pour la farine qui est passé de 1.300 Ar à 1. 600 ou 1.700Ar.

Pénurie

A part ces produits, l'on enregistre aussi des envolées de prix pour les légumes secs. Le prix du haricot est passé de 350Ar à 500Ar le kapoaka, le pois de cap de 250 à 400Ar, la lentille de 700 à 1.000Ar. Les détaillants remarquent des pénuries de haricot et pois de cap. Un marchand nous a fait comprendre que depuis quelque temps, les grossistes n'arrivent plus à satisfaire les demandes habituelles des clients. "C'est à peine s'ils nous donnent 10kg par jour alors que je vends en moyenne 500kg d'haricot par semaine " déclare un détaillant.

"Les grossistes annoncent l'insuffisance de l'offre. Nous craignons la pénurie" déplore ce marchand.

Faly Rasamimanana exportateur et Directeur Général de Faly export nous a avoué que même les exportateurs ont actuellement du mal à trouver des légumes secs.

Farine

En 2009, les consommateurs ont déjà vu grimper le prix de la farine allant jusqu'à 100.000Ar le prix d'un sac de 50kg. Cette année, le prix d'un kilo de farine est en passe de frôler la barre de 2.000Ar. Cette hausse du prix de farine aura des conséquences sur le pain. Rappelons que même si la Haute autorité de transition a imposé la vente d'une baguette de pain à 200Ar, peu de temps après la hausse du prix de farine, la baguette de pain à 200Ar s'est fait rare sur le marché.

Avec la hausse de prix de sucre, les pâtisseries et les viennoiseries sont les premières à en souffrir. Malgré cela, l'on constate qu'il n'y a pas encore d'augmentation de prix que ce soit pour le pain ou les viennoiseries.

Riz

Le prix du riz a connu une légère hausse depuis un certain temps, en raison notamment du mauvais état des routes reliant la capitale au premier grenier à riz de Madagascar. Les grossistes accusent les producteurs d'être à l'origine de cette hausse. " Pour le moment, cette hausse tourne autour de 60Ar par kilo, nous craignons que ce prix s'envole pour le mois de février qui est la pleine période cyclonique. " déclare un grossiste.

Le bien-être de la majorité de la population malgache est lié au prix du riz qui est la principale culture agricole (10% PIB) et qui représente de 30-45% de la valeur du panier alimentaire suivant les quintiles de pauvreté.

Pouvoir d'achat et sécurité alimentaire

Les enquêtes récentes ont mis en évidence une extrême précarité dans l'alimentation et l'équilibre nutritionnel des régimes alimentaires actuels des malgaches. La forte prédominance du riz et les habitudes alimentaires mal équilibrées expliquent partiellement l'état nutritionnel inquiétant de la population. Les problèmes économiques et plus particulièrement la croissance insuffisante de la production agricole, ainsi que de mauvaises habitudes alimentaires sont les causes les plus profondes de l'insécurité alimentaire des populations. Avec la crise actuelle qui a affaibli le pouvoir d'achat des ménages et la hausse de prix des produits de première nécessité, on craint un accroissement de l'insécurité alimentaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Jeu 29 Avr - 21:09

28 AVRIL 2010 dans l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=35808


Citation :
Coût de la vie
L'inflation maîtrisée
Les prix à la consommation se sont appréciés de 7,9 % en moyenne par rapport à l'année dernière, à la même période.

Les prix des produits de première nécessité augmentent. Mais au vu des derniers chiffres de l'Institut national de la statistique (Instat), la hausse reste raisonnable, aussi bien en terme de glissement mensuel qu’annuel. Entre mars 2009 et mars 2010, l'Indice de prix à la consommation (IPC) a augmenté de 7,9 %. Il était de 0,6 % entre le mois de fevrier et mars 2010. L'augmentation de prix des principaux produits de premières nécessité explique en grande partie cette tendance.
« Le taux d'inflation se maintient à un niveau relativement bas, malgré la crise politique qui influe également sur l'économie. Mais l'évolution pour les mois à venir dépendra de la résolution de la crise », commente un économiste que nous avons interrogé.
Taux variable
La plus forte hausse est enregistrée dans l'ex-province d'Antsiranana. En une année, l'inflation atteint 16,6 % de cette ville du nord de la Grande île. Par contre, la ville de Toamasina n'a pas été très affectée avec un glissement annuel de 2,1 %, 8,1 % pour Antananarivo et 7 % pour Toliara. Plusieurs paramètres peuvent expliquer cette différence entre les différentes localités. Le coût du transport intérieur est un des facteurs majeurs, mais il y a également des facteurs économiques comme l'existence de grand projet minier qui entraine une inflation.
L'indice des prix à la consommation ( IPC ) est l'instrument de mesure de l'inflation. Il permet d'estimer, entre deux périodes données, la variation moyenne des prix des produits consommés par les ménages. C'est une mesure synthétique de l'évolution de prix des produits, à qualité constante. Madagascar, sous la houlette des bailleurs de fonds, s'est fixé comme objectif d'atteindre, d'abord, et puis maintenir, ce taux d'inflation au-dessous du seuil de
10 %. Cet objectif a été atteint pour la première fois en 2007, mais la crise alimentaire et la flambée du prix du pétrole en 2008 avait anéanti les efforts. En 2009, le régime de transition, malgré le contexte difficile, a réussi à maintenir l'inflation à 9% avec une prévision de 10 % pour 2010.
Les paramètres locaux et internationaux, pour l'instant, laissent prévoir une maîtrise du taux d'inflation, pour cette année. Avec l'arrivée de la grande récolte, le prix du riz devrait baisser. La monnaie nationale regagne de points tandis que le prix du pétrôle sur le marché international se stabilise.

Mahefa Rakotomalala
Date : 29-04-2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Ven 18 Juin - 9:58

lu cette brève de l'Express :

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=37252


Citation :

Le kilo du riz frise les 700 ariary. La tendance est à la baisse pour le prix du riz. Le kilo s'achemine lentement mais sûrement vers les 700 ariary depuis quelques jours. Le vary gasy est à 750 ariary sur les étals de certains détaillants. La bonne récolte rizicole de cette année avec une importation régulée en sont la cause.

Recueillis par
Mahefa Rakotomalala
Date : 18-06-2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SIFAKA

avatar

Masculin Nombre de messages : 342
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Lun 15 Nov - 11:32

au 15/11/2010


Citation :
Produits de Première Nécessité : Des prix vertigineux Écrit par Herizo A. Le prix de la majorité des produits de première nécessité (PPN), en allant du sucre, à l'huile ou encore à la farine, a connu une hausse depuis quelques jours. Au marché d'Anosibe, le kilo de sucre blanc se vend à partir de 2 700 Ar, et le sucre rouge à partir de 2 400 Ar. Quant à la farine, le kilo est à 1 800 Ar contre 1 650 Ar, il y a encore quelques semaines. Par ailleurs, le litre d'huile est désormais à 3 400 Ar contre 3 200 Ar. Il en est de même pour l'œuf dont la pièce coûte actuellement 350 Ar, et selon les propos d'un revendeur, les tarifs risquent encore d'augmenter à l'approche des fêtes de fin d'année. En effet, dès que le mois de décembre pointe son nez, les prix de PPN augmentent systématiquement.

"Il ne faut pas oublier qu'avec la crise et la conjoncture politique actuelle, la situation est loin de s'arranger", affirme un grossiste de la capitale. Habituellement à cette période de l'année, "les PPN se font rares puisque les détaillants préfèrent laisser de côté quelques sacs de riz, sucre et autres, afin de les revendre un peu plus cher vers la fin de l'année", continue-t-il. En effet, ce petit stratagème est de coutume chez les grossistes et détaillants de la capitale. De leurs côtés, les fournisseurs manquent de marchandises car les commandes augmentent. Un fournisseur d'œufs de la capitale confie qu'il réalise quatre fois plus de recettes vers fin décembre. "C'est la saison où les associations et clubs divers organisent des levées de fonds, comme les opérations bûches de noël etc", ajoute-t-il.

En somme, les nouveaux prix sur le marché ne sont que le début de la hausse.



çà coule de source : http://votemfm.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=10821:produits-de-premiere-necessite--des-prix-vertigineux&catid=35:economie&Itemid=61
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Mer 20 Juil - 10:36

20 juillet 2011


source : http://www.madamatin.com/articles/economie/hausse-de-prix.html

Citation :
Hausse de prix
Écrit par S.Razafitsoa
Mercredi, 20 Juillet 2011 06:30
Fini la pause ! La vie reprend son rythme
Le mois d’avril et le mois dernier, les prix des produits formant le panier de consommation des ménages ont enregistré une baisse par rapport aux mois qui les précédent, selon les données de l’Instat, mais depuis le mois de juin dernier, la hausse des prix a commencé à apparaître et ne cessera de s’accélérer dans les mois à venir. Selon les indices des prix à la consommation produits par l’Instat pour le mois de juin, les prix de ces produits ont commencé à hausser par rapport au mois précédent, soit une hausse constatée de 0,1 pour cent contre une baisse de -0,7 pour cent enregistrée le mois de mai. La hausse de prix sera plus marquante dans les mois à venir selon la prévision de l’Instat. En Effet, une hausse prévisible de 0,6 pour cent pour le mois de juillet, de 1,0 pour cent pour le mois d’août prochain et de 1,5 pour cent pour le mois de septembre. Le directeur Général de l’Instat, Paul Gérard Ravelomanantsoa, dans une interview a affirmé que cette accélération prévisible des prix des produits formant le panier de consommation des ménages n’est rien d’autre que la tendance saisonnière normale.


Impact de la grève des douanes


L’évolution des prix des deux produits stratégiques à savoir le riz et le pétrole constitue la base des estimations des techniciens de l’Instat dans la prévision des indices des prix à la consommation des ménages avec d’autres facteurs susceptibles d’influer les prix comme le taux de change, selon l’explication d’un technicien de l’Instat. Le technicien a ainsi expliqué que la récente grève des fonctionnaires des douanes n’aura pas d’effets significatifs sur les prix des produits, du moins à court terme. Même si la Grande île a eu de bonne récolte de riz, on constate déjà que le marché commence à devenir demandeur, ce qui engendre cette accélération prévisible des prix. La période de soudure pour la région centrale, selon les techniciens, est prévue du mois de septembre au mois de décembre, ce qui explique également la tendance des prix. Il semble que la pause se termine déjà et que la vie dure reprend son rythme. La population malgache va encore devoir s’y adapter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Jeu 1 Sep - 11:05

1er septembre 2011


source : http://www.linfo.re/-Economie,392-/Hausse-de-10-des-prix-a-Madagascar

Citation :
Hausse de 10% des prix à Madagascar
Publié : mercredi 31 août 2011 à 10:31 - Modifié : 31/08/2011 à 10:32
--------------------------------------------------------------------------------





Les consommateurs malgaches endurent la plus forte hausse des prix sur le marché depuis quelques années. Avec les produits de première nécessité (PPN), la viande bovine connaît également une hausse.



9.4%, c’est la hausse de prix des produits de première nécessité à Madagascar issue des études de l’Institut National des Statistiques (INSTAT) entre Juillet 2010 et Juillet 2011.


Jamais, Madagascar n’a connu une telle hausse des prix sur le marché. Il est difficile d’avoir accès à la variété de riz appelée « makalioka » (qualité supposée supérieure), le prix ayant dépassé le pouvoir d’achat de la population. Il reste la variété dit « vary gasy » dont le prix a également connu une hausse.


Le sucre se vend à 3.200Ar (1,1 euros) le kilo, le litre d’huile est à 6.000 Ar (2.06 euros). Le prix du savon de ménage en morceau est passé de 500Ar à 600Ar. Même la viande de zébu suit la tendance à la hausse. Le kilo est à 6000 AR (2,08 euros) contre 5600 Ar (1,9 euros) auparavant. Les légumes et les fruits suivent également cette tendance.



Par ailleurs, en cette période où la rentrée scolaire approche, les parents se plaignent du prix des fournitures qui coûtent largement plus chère que l’année précédente. Avec la situation qui prévaut, La Gazette de la Grande île se demande, dans sa parution de ce jour : « que fait le ministère du Commerce ? ».



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Mer 16 Nov - 18:10

16/11/2011

Dans Midi : http://www.midi-madagasikara.mg/index.php?option=com_content&view=article&id=17368:riz--le-cap-des-ar-1-500-depasse&catid=3:societe

Citation :
Riz : Le cap des Ar 1 500 dépassé
Mercredi, 16 Novembre 2011 00:00
Jusqu’à la fin de la période de soudure, le prix du riz connaîtra sans doute une série de hausses, avant l’arrivée des premières récoltes de la prochaine saison.


La barre des Ar 1 500 le kilo de riz vient d’être dépassée. Il s’agit de la variété « makalioka » qui stagnait pendant plusieurs semaines à Ar 1 400 le kilo. La courbe des prix maintiendra sans doute sa progression croissante durant plusieurs semaines. Les autres variétés de riz suivent également la même tendance : entre Ar 1 300 et Ar 1 400 le kilo.

Cette tendance vers la hausse est annonciatrice d’une période de soudure, située entre le mois de novembre et mars, assez difficile à traverser. La culture rizicole de contre-saison permet, cependant, de compenser une baisse saisonnière de la quantité de produits disponibles sur le marché et de stabiliser sensiblement le prix du riz. Les récoltes sont attendues vers la fin du mois de décembre.



Inquiétudes. Quoi qu’il en soit, les consommateurs commencent déjà à s’inquiéter de la hausse actuelle du prix du riz. Celui-ci, on s’en rappelle, a déjà atteint la barre des Ar 2 000 le kilo durant la période de soudure, ces dernières années. Pourtant, la production reste largement suffisante pour satisfaire le marché local, mais force est de constater que les manœuvres spéculatives et autres erreurs de stratégie des opérateurs de la filière riz ont conduit à une tendance haussière des prix. Le phénomène tend à se répéter ces dernières années, amenant les consommateurs à penser que des hausses « artificielles » des prix ne seraient peut-être pas impossibles. En tout cas, les ménages envisagent, sinon appliquent déjà des mesures alternatives en modifiant leurs habitudes alimentaires et en réduisant leur consommation de riz pour privilégier d’autres aliments tels les tubercules, le manioc et le maïs.

Hanitra R.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coût de la vie sous TGV
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Associations de plantes sous le tremble
» Sous vos jupes...
» video d'un bac sous biopellets
» Volière sous cabane
» Scoubidou et zazie sous la neige

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MADALAND :: *******VIE POLITIQUE MALGACHE******** :: comparaison Ra8 - TGV-
Sauter vers: