MADALAND


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Coût de la vie sous TGV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Lun 28 Nov - 23:11

28/11/2011

Dans Midi : http://www.midi-madagasikara.mg/index.php?option=com_content&view=article&id=17727:prix-du-riz-la-hausse-continue&catid=2:economie

Citation :
Prix du riz: La hausse continue
Lundi, 28 Novembre 2011 00:00
Dans les marchés de quartier, le prix du kilo du Makalioka se rapproche de plus en plus des 1 500 Ar. L'Observatoire du Riz craint une remontée dangereuse des prix pour la prochaine période de soudure.

L'un des échecs du régime transitoire aura été sans doute la non-maîtrise de l'inflation. La preuve, malgré les promesses tenues au lendemain de la prise de pouvoir par Andry Rajoelina en 2009, les prix des PPN ne cessent actuellement d'augmenter. Rien que pour le riz, par exemple, le prix de cette première alimentation du Malgache se rapproche actuellement de la barre des 1 500 ariary le kilo, soit 1 000 ariary de plus, par rapport à ce qui était promis en 2009. Faut-il en effet rappeler qu'au début de son règne, la HAT avait promis une opération riz à 500 Ar le kilo.

Période de soudure. En tout cas, comme l'indique l'Observatoire du Riz dans sa dernière édition, cette tendance à la hausse du prix du riz se poursuit. Cette publication constate notamment « une légère hausse de prix du riz blanc

au niveau national ». L'Observatoire du Riz précise que « les variations sont de l’ordre de 3% pour le makalioka », de 2% pour le « vary gasy » et de 1%

pour le riz importé. Quant au tsipala, le prix demeure stable ».

En tout cas, la situation inquiète au plus haut point les consommateurs, surtout en ce moment où l'on entre dans la période de soudure. L'avenir est d'autant plus sombre dans la mesure où le prix du paddy ne cesse pas d’augmenter également. Dans la région Ihorombe, par exemple, une hausse de 13% du prix du paddy a été constatée par l'Observatoire du Riz. Une hausse consécutive à la diminution des stocks et à la difficulté de commercialisation liée au début de la période de pluies dans certaines régions.

Priorités. En ce qui concerne le riz importé, une certaine stabilité, et même une petite baisse des prix sont constatée ces derniers temps. Mais là également, le pire est encore à venir, dans la mesure où les dernières inondations en Thaïlande vont inévitablement provoquer une hausse des cours mondiaux du riz. En somme, la situation risque d'être catastrophique si des mesures ne sont pas prises rapidement pour freiner cette hausse exorbitante des prix du riz. Sur ce point, la nouvelle ministre du Commerce, Olga Ramalason, a décidé de faire de l'approvisionnement en riz, une des priorités de son département. Une tâche qui s'avère difficile, surtout en ce moment où le robinet des bailleurs de fonds reste encore fermé.

R. Edmond

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Lun 5 Mar - 13:44

05 mars 2012

Dans Tribune : http://www.madagascar-tribune.com/Le-sac-de-charbon-a-30-000-ariary,17181.html

Citation :
La crise des combustibles pointe son nez

Le sac de charbon à 30 000 ariary
lundi 5 mars 2012


À croire que la crise politique qui sévit depuis trois ans ne suffit plus pour tuer le petit peuple ; il faut également que la population s’entretue elle même indirectement. Depuis maintenant trois jours, les familles modestes font face à la pénurie de charbon. Les détaillants ont fermé leurs portes ne pouvant plus s’approvisionner, laissant ainsi place aux revendeurs au noir, si on peut le dire ainsi. Revendeurs au noir en plein jour et dans les rues. Les rues du coté d’Anjezika II et le marché des légumes d’Ambodin’Isotry sont actuellement noircis par la poudre de charbon. Les petits revendeurs revendent maintenant une poignée de charbon entre 300 à 400 ariary répartis dans des sacs en plastique.

Vendu à 30 000 ariary le sac, le charbon vient de doubler de prix, voire de tripler même pour la vente au détail. La qualité laisse également à désirer car il s’agit pour la plupart de charbon humide qu’il faut sécher avant usage. Les plats tout faits vendus dans les restaurants ont aussi baissé de volume du jour au lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   Lun 5 Mar - 13:48

Dans Midi : http://www.midi-madagasikara.mg/index.php/component/content/article/4-economie/1574-carburants-eau-et-electricite--hausse-effective-des-prix

Citation :

Carburants, Eau et Electricité : Hausse effective des prix






Samedi, 03 Mars 2012 00:00




Une hausse de 150 Ariary par litre a été appliquée sur les prix à la pompe d’essence et de pétrole lampant. Pour le gasoil, la hausse est de 100 Ariary par litre. Les négociations entre l’Etat et les opérateurs se poursuivent. L’instabilité des prix est encore à craindre. Par contre, pour la JIRAMA, les nouvelles règles sont fixées

L’application de nouveaux prix a été annoncée hier, dans l’après-midi, alors que les hausses ont déjà été effectives, depuis hier matin. D’après le ministre des Hydrocarbures, Bernard Marcel, cette décision est le fruit d’une négociation entre les opérateurs du secteur pétrolier et l’Etat. Néanmoins, il a été évoqué que les discussions pour l’élaboration d’une convention entre ces deux entités et les transporteurs sont encore en cours. Il faut croire que les prix de carburant actuels risqueront encore d’être révisés, d’ici peu. Pour le moment, le prix du litre d’essence est porté à 3 240 Ariary, contre 2 680 Ariary pour le gasoil et 2 000 Ariary pour le pétrole lampant. De leur côté, les gérants libres de stations-service espèrent retrouver leurs marges bénéficiaires de 2011. « Nous n’obtenons plus actuellement que 32 Ariary par litre de bénéfice, alors qu’en 2011, on avait 50 Ariary par litre. Nous voulons juste retrouver ce niveau », a affirmé Jean Martin Rakotozafy, président du GPLSS (Gérants libres de stations-service).

Faible pouvoir d’achat. Il faut noter que ces dernières années, de nombreuses mesures ont déjà été prises par l’Etat pour stabiliser les prix à la pompe. Depuis 2010, près de 240 milliards d’Ariary ont été engagés dans ce sens. Si on se réfère à la vérité des prix, la hausse devrait être de 600 Ariary par litre. Sur le marché international, le baril de pétrole est maintenant à 124 USD contre 100 USD l’année dernière, soit une hausse de 24% en une année. Il faut donc reconnaître que cette hausse des prix à la pompe est normale et légitime. Ce qui inquiète l’Etat, et ce qui pousse les autorités actuelles à faire tout leur possible pour essayer de maintenir les prix, c’est l’incapacité de la population à supporter ces hausses, à cause de l’appauvrissement continu, depuis le début de la crise. En effet, les coûts de carburants constituent les principaux coûts des facteurs de l’économie nationale malgache. Selon les transporteurs, 65% à 70% de leurs dépenses sont allouées aux achats de carburants. Les effets d’entraînement sur les autres biens et services sont donc évidents. Il est difficile de croire que le niveau général des prix ne soit pas affecté par ces hausses de 100 Ariary et de 150 Ariary par litre.

Promesse. D’après le ministre d’Etat, Bernard Marcel, une rencontre entre le Premier ministre et des représentants des transporteurs a permis de savoir que ces derniers sont prêts à maintenir les frais de transport à leur niveau actuel. Par ailleurs, les quelques transporteurs que nous avons questionnés ont affirmé qu’il est très difficile de supporter ces hausses de prix de carburants, sans apporter de modification sur les frais de transport.

JIRAMA. Pour l’eau et l’électricité, les tarifs sont fixés. « Après de longues études, nous avons pu déterminer les hausses convenables. Elles sont de 17% pour l’électricité et de 14% pour l’eau. Mais les couches vulnérables de la population ne seront pas touchées par ces hausses », a déclaré Feno Randrianarison, directeur de la communication de la JIRAMA. En effet, la hausse ne s’applique qu’à partir du 26e KWh consommé pour l’électricité et à partir du 11e m3 consommé pour l’eau. Ceux qui consomment moins de 25KWh d’électricité et moins de 10m3 d’eau par mois ne seront donc pas concernés par la hausse de tarifs.

Antsa R.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Coût de la vie sous TGV   

Revenir en haut Aller en bas
 
Coût de la vie sous TGV
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Associations de plantes sous le tremble
» Sous vos jupes...
» video d'un bac sous biopellets
» Volière sous cabane
» Scoubidou et zazie sous la neige

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MADALAND :: *******VIE POLITIQUE MALGACHE******** :: comparaison Ra8 - TGV-
Sauter vers: