MADALAND


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Naufrage d’un bateau à Faux-Cap fin août 2009

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Naufrage d’un bateau à Faux-Cap fin août 2009   Mer 2 Sep - 0:01

1er septembre dans l'Express


source : Naufrage d’un bateau à Faux-Cap

Citation :


Naufrage d’un bateau à Faux-Cap

Menace de désastre écologique


Alerte rouge à Faux-Cap, où le bateau turc Gulser Anna a échoué depuis quelques jours. Sa cargaison composée de 383m3 de fuel et 7000 litres de lubrifiants se déverse en mer. La pêche est suspendue dans cette partie sud de l’île.

Le danger plane à Faux-Cap. Si une semaine auparavant, l'échec du bâteau turc Gulser Anna transportant 39 000 tonnes de phosphate ne présentait pas un danger, l'alerte est déclenchée, depuis hier. Les déchets du bateau se déversent dans la mer et touchent la plage de Faux-Cap.
«Depuis quelques jours, la plage s'est noircie. Aussi, des petits poissons sans vie gisent sur place», raconte un habitant à Faux-Cap contacté par téléphone.
Le tourisme en danger
Les chiffres parlent d'eux-mêmes. En plus des phosphates, 383m3 de réserve de fuel et plus de 7000 litres de lubrifiants sont actuellement déversés dans la mer, touchant une partie de la plage à Faux-Cap. Pour y faire face, une cellule interministérielle a été créée.
Elle se charge surtout des mesures administratives et judiciaires à l'encontre des membres de l'équipage du bateau. Depuis hier, la riposte gouvernementale, pilotée par la primature a été déclenchée. Un décret ministériel est sorti pour interdire toute activité de pêche sur place. Une mesure qui risque de pénaliser les pêcheurs, majoritaires dans cette partie de l'île. D'où l'indemnisation des concernés. Mais les risques sur les ressources maritimes s'annonçent graves.
«Les phosphates ne sont pas nocifs mais leur abondance peut accélérer la décomposition des algues, favorisant la production de toxine chez les espèces marines», explique Laurent Ampilahy, un environnementaliste au sein du parti Hasin'i Madagasikara.
Mais le danger ne s'arrête pas là. «Le déversement d'hydrocarbures au Cap Sainte-Marie risque d'engendrer une pollution marine grave dans cette partie de l'île. Pour ne citer que la destruction des récifs coralliens. Mais son impact sur le tourisme doit être mesuré aussi», explique Roland Rakotondrasata, coordinateur de l'organe de lutte contre l'évènement de pollution marine par l'’hydrocarbure (OLEP).
Une équipe est partie sur terrain pour constater de visu les dégâts et procéder au nettoyage. «Neuf experts étrangers en refoulement sont attendus pour apporter leur aide matérielle anti-pollution marine».
Il souligne que l'intervention ne doit pas être difficile. «Le premier objectif est de limiter les surfaces attaquées».

Encadré
Échouage fréquent
Les mers malgaches sont assujetties à des échouages de bateaux. Pour ne citer que ceux de Maintirano, de Tolagnaro et d'autres. Jusqu'ici, l'OLEP a pu intervenir à temps pour éviter que les déchets d'hydrocarbures ne soient déversés dans la mer. Mais cet échouage au Cap Sainte Marie s'avère comme un cas sans précédent, selon les responsables.

Fanja Saholiarisoa
Date : 01-09-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Naufrage d’un bateau à Faux-Cap fin août 2009   Mer 2 Sep - 18:36

Ce matin dans la presse :

A la pointe Sud de Madagascar, des centaines de personnes pêchent à la langouste. Les autorités malgaches tentent d’évaluer les dommages environnementaux de ce naufrage.

à la Réunion : http://www.zinfos974.com/Madagascar-Les-plages-du-Sud-touchees-par-des-depots-d-hydrocarbures_a9928.html


et ailleurs
source : http://www.romandie.com/infos/news2/090901102718.lqrylnr8.asp




Citation :


Madagascar: pollution de la côte sud à la suite d'un naufrage



ANTANANARIVO -

Une pollution aux hydrocarbures touche la pointe sud de Madagascar à la suite du naufrage dans la nuit du 25 au 26 août d'un navire marchand battant pavillon turc, a-t-on appris mardi de source officielle.

"Les hydrocarbures se répandent sur 60 km de côtes à la pointe sud de Madagascar. Il y a déjà des traces physiques sur les plages" entre le Cap Sainte-Marie et Faux Cap, a déclaré à l'AFP le directeur de cabinet du ministère des Transports Alain Rabefaniraka.

Le Gulser Ana, un vraquier de 189 mètres de long battant pavillon turc, transportait 39.000 tonnes de phosphate non transformé, mais c'est essentiellement le carburant du navire qui provoque la pollution.

Le navire, qui avait chargé sa cargaison à Lomé (Togo), avait fait escale à Durban (Afrique du Sud) et se dirigeait vers l'Inde.

On ignorait mardi les raisons de son naufrage à deux km des côtes malgaches.

Selon les informations fournies par l'armateur aux autorités malgaches, le Gulser Ana disposait dans ses cuves de 568 tonnes de fuel lourd, 65,8 tonnes de carburant, et 7.950 litres de lubrifiant.

"C'est une quantité maîtrisable", a assuré M. Rabefaniraka, qui a reconnu cependant le manque de moyens et d'expertise de Madagascar.

Un remorqueur néerlandais devait arriver sur les lieux mardi et une demande d'assistance a été envoyée auprès de la France.

Le ministre malgache des Transports se trouvait sur place mardi alors qu'une forte délégation ministérielle menée par le Premier ministre était attendue mercredi.

Les 21 membres d'équipage turcs ainsi que deux Indonésiens embarqués ont pu être sauvés, mais "il semblerait qu'ils aient perdu les documents de bord qui auraient notamment permis d'expliquer la trajectoire", a expliqué M. Rabefaniraka.

L'extrême-sud de Madagascar est une zone de pêche à la langouste: 630 pêcheurs travaillent directement dans la zone du naufrage et 1.825 dans la zone élargie.

Des responsables du Gulser Ana sont en pourparlers avec les autorités malgaches pour évaluer les dommages environnementaux de ce naufrage.

(©AFP / 01 septembre 2009 12h27)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Naufrage d’un bateau à Faux-Cap fin août 2009   Jeu 3 Sep - 20:03

DANS L'EXPRESS DU 03 SEPTEMBRE 2009

SOURCE : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=29238

Citation :
Pollution marine


Les baleines en danger à Faux Cap


Comme il fallait s'y attendre, la commune de Faux Cap près du Cap Sainte Marie a subi les dégâts écologiques de l'échouage du bateau turc la semaine dernière. Un spectacle désolant accueillait la forte délégation composée de cinq ministres qui s'est rendue sur place mardi.
Si les hommes sont épargnés, les espèces marines ont souffert de la pollution. Notamment les baleines qui agonisent sur la plage. « Le bateau a complètement coulé, ce qui a engendré la propagation rapide du fuel et du gasoil sur les environs. Quatre communes en sont touchées avec une grande partie de la plage noircie », explique Masimana Manantsoa, ministre de l'Intérieur, chef de la délégation, témoin lui-même de l'état de détresse des baleines.
Des vétérinaires et des médecins sont déjà sur place pour suivre de près l'état de santé des espèces marines et de la population locale.

Fanja Saholiarisoa
Date : 03-09-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Naufrage d’un bateau à Faux-Cap fin août 2009   Dim 6 Sep - 12:18

dernières infos

Citation :
Début du nettoyage de la côte sud de Madagascar après un naufrage
NAIROBI - Les opérations de nettoyage de la pointe sud de Madagascar, polluée par le naufrage fin août d'un navire transportant des hydrocarbures, ont commencé, a annoncé l'armateur turc du bateau, Mardeniz Denizcilik, dans un communiqué reçu par l'AFP samedi à Nairobi.

Le navire Gulser Ana, qui transportait 40.000 tonnes de phosphate non transformé, avait fait naufrage le 26 août au large de Faux Cap, sur la côte sud de l'île.

"Les experts ont commencé les opérations de nettoyage (...) et travaillent avec les résidents locaux qui reçoivent une formation et un paiement", selon le communiqué.

La pollution, essentiellement provoquée par le carburant du navire, ne menace pas l'environnement, selon l'armateur.

"Les courants marins emportent les hydrocarbures vers l'est, loin de la réserve marine du Cap Sainte Marie et du récif de corail, ce qui devrait permettre d'éviter tout dommage environnemental à moyen ou long terme", assure le communiqué.

Les 23 membres d'équipage du Gulser Ana ont été sauvés par les garde-côtes malgaches et sont à terre, ajoute-t-il.

Madagascar abrite 2% de la biodiversité mondiale. La majorité de sa faune et de sa flore est unique sur la planète.

(©AFP / 05 septembre 2009 10h29)

source :http://www.romandie.com/infos/news2/090905082923.xlosgjmi.asp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Naufrage d’un bateau à Faux-Cap fin août 2009   Ven 11 Sep - 18:25

Dernières infos

source : http://www.lexpressmada.com/display.php?p=display&id=29434

Citation :
Faux-Cap
Des maladies cutanées sévères
Faute d’intervention, la population de Faux-Cap nettoie elle-même la plage polluée par le bateau turc. Les gens sont victimes d’une grave maladie de la peau.

Une situation alarmante. Deux semaines après le naufrage du bateau turc « Guster Ana » transportant 39 000 tonnes de phosphate, la population de Faux Cap subit les dégâts des produits chimiques déversés sur la plage.
Une affection ronge la peau des habitants. « Des taches noires se forment sur nos pieds. Comme nous n’avons pas d’eau, nous les lavons avec du pétrole, mais cela s' aggrave, car la peau se déchire », se plaint Rosa Marie, une mère de famille qui fait partie de ceux qui procèdent tous les jours au nettoyage.
« Les déchets chimiques déversés par le bateau engendrent ces réactions. Pour faire le nettoyage, nous leur avons distribué du plastique, à se mettre sur les mains et les pieds. Nous avons beau demander des gants à l’État malgache, ils ne sont jamais arrivés », explique un expert français de la catastrophe marine arrivé à Faux Cap depuis le début de la semaine pour surveiller cette situation de près. Cet expert a été dépêché sur place par la compagnie d'assurance qui couvre le bateau turc.
Seul moyen de survie
« Nous utilisons des seaux et des tamis pour séparer des plaques de goudron du sable et des sachets en plastique pour collecter les déchets », raconte Maria Zela, présidente de l’association des femmes du village de Faux-Cap chargée de la coordination du nettoyage.
Selon elle, l’expert étranger paie Ar 5 000 par jour aux habitants jusqu’à ce que la plage soit propre. « C’est le seul moyen pour nous de survivre, car jusqu’ici, l’aide que l’Etat nous a promise n’est toujours pas arrivée. Et pourtant, nous sommes privés de notre activité de survie, suite à l’interdiction de pêcher en mer », se plaint Fanjaria, un pêcheur, père de quatre enfants.
Cet homme a risqué sa vie pour sauver les 14 membres d’équipage du bateau turc, lors de son naufrage. « J’était en mer lorsque le bateau a été sur le point de couler. Je l’ai suivi en le voyant s’engloutir dans la mer », raconte-t-il.
Une vingtaine de familles ont trouvé une autre source de revenus malgré les risques auxquels elles sont exposées. Une situation qui risque de s’aggraver dans les prochains jours, faute d’hygiène. «Aucun médecin n’est disponible sur les lieux. Aussi, l’eau manque à Faux Cap car les habitants doivent parcourir des kilomètres avant de trouver une source d’eau potable.

Encadré
Un renfort de l’Afrique du Sud
Jusqu’à hier, le bateau turc est resté suspendu en mer. Les autorités de l’organe de lutte contre les évènements de la pollution marine, par les hydrocarbures (OLEP) ne pouvaient rien faire car la mer est très forte à Faux-Cap. Les matériels dépêchés sur place étaient inutiles , l’intervention étant très difficile. Un autre bateau venant d’Afrique du Sud est attendu, pour pomper la cuve afin d'évacuer les déchets restants du bateau.

Fanja Saholiarisoa
Date : 11-09-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Naufrage d’un bateau à Faux-Cap fin août 2009   Ven 18 Sep - 20:05

19 septembre dans l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=29614

Citation :


Environnement


Des baleines échouées à Faux-Cap
Les conséquences du naufrage du bateau turc à Faux-Cap commencent à se voir. Deux baleines ont échoué sur la plage, mais la situation peut empirer.

L'alerte générale est déclenchée à Faux-Cap. Cette semaine, le déversement des déchets toxiques du bateau turc commence à avoir un impact sur la vie des animaux. La population a vu deux baleines échouées sur la plage, mortes. Les habitants les ont enterrées par peur de les consommer et d'être intoxiqués.
Toutefois selon les informations émanant de l'Organe de lutte contre l'évènement de pollution marine par les hydrocarbures (Olep) à Ambatobe, une baleine de 12 mètres de long a échoué sur la plage, dimanche. C'est le deuxième mammifère mort depuis l'échouement du navire.
Enquête en vue
« Mais la population l'a abattue pour une raison qu'on ignore jusqu'à maintenant. L'autre baleine a heurté le bateau et le choc a provoqué sa mort », souligne Aurélien Andrianarison, coordonnateur adjoint de l'Olep.
Il affirme que des scientifiques du Centre national de recherche environnementale et de l'Institut supérieur de recherche halieutique seront dépêchés sur place pour entamer l'enquête. De son côté, la direction de l'Environnement joue l'apaisement face à ce grand fléau qui tend à devenir un désastre écologique. Elle affirme
qu'elle enverra une délégation à Faux-Cap la semaine prochaine pour voir de près les impacts environnementaux de cet accident maritime.
Depuis le début de la semaine, la population locale participe au nettoyage de la plage noircie par les déchets chimiques. Trois associations chapeautent l'opération.
Une enveloppe de 215 000 dollars a été versée par les armateurs du bateau pour assister les habitants.
« Nous appliquerons d'ici peu un plan de nettoyage pour mener à bien cette mission. Nous attendons sa validation », précise Aurélien Andrianarison.

Fanja Saholiarisoa
Date : 18-09-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Naufrage d’un bateau à Faux-Cap fin août 2009   Jeu 24 Sep - 20:11

dernières infos de Mer et marine

[quote]
24/09/2009


Une cargaison de 39.000 tonnes de phosphate et des cuves contenant 568 tonnes de fuel lourd... C'est ce que contenait le vraquier turc Gulser Ana lorsqu'il a fait naufrage, dans la nuit du 25 au 26 août, devant la pointe sud de Madagascar. Coque brisée à 2 kilomètres du rivage, le navire, long de 189 mètres, a laissé s'échapper une importante pollution, qui s'est répandue sur des dizaines de kilomètres de côtes. La semaine dernière, la marée noire n'était toujours pas contenue. Depuis, peu d'informations circulent mais la faiblesse des moyens dont disposent les autorités malgaches laisse craindre une catastrophe écologique dans une zone très riche, notamment en matière de langoustes. Alors que le pays à demandé l'aide internationale, notamment celle de la France, un remorqueur néerlandais devait rejoindre le lieu du naufrage.
C'est au cours d'un transit entre le Togo et l'Inde qu'est survenu l'accident. Les 21 membres d'équipage du Gulser Ana s'en sont sortis sains et saufs.





Citation :
Le vraquier Gulser Ana s'est échoué à 2 kilomètres des côtes


source : http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=111196
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Naufrage d’un bateau à Faux-Cap fin août 2009   Ven 25 Sep - 20:15

25 septembre dans Madamatin

source : http://www.madamatin.com/articles/economie/gulser-ana.html


Citation :

« Gulser Ana » parmi les navires dangereux -

Des zones d’ombre sur son naufrage


Écrit par F. Ramiaramanana
Vendredi, 25 Septembre 2009 00:30

Des zones d’ombre planent sur le naufrage du navire « Gulser Ana ».


Dans la nuit du mardi au mercredi 25 et 26 août 2009, le M/V Gulser Ana , un cargo d’une longueur de 188m sur 3m de large battant pavillon turc avait chargé sa cargaison de phosphate à Lomé (Togo) et faisait route vers l’Inde après avoir fait escale à Durban (Afrique du Sud), s’est échoué à environ 3km des côtes du Cap Sainte-Marie, à la pointe sud de Madagascar, loin des routes maritimes. Ayant reçu le SOS, deux bateaux, le San José et le Jigoni Tropic, ont pu secourir les 23 membres d’équipage (21 turcs et 2 indonésiens) pour les débarquer plus tard au port de Tolagnaro. Les membres de l’équipage ont été tous sain et sauf. Le bateau a transporté une cargaison de 39.000 tonnes de phosphate et des cuves contenant 568 tonnes de fuel lourd... Le navire a donc transporté des produits toxiques. Ce navire est parmi les 66 pavillons dans la liste noire de la Commission Européenne. Cette Commission a rendu
public la liste des navires dangereux. Dans cette liste, 26 navires battent pavillon turc dont « Ana Gulser », 12 de Saint-Vincent & Grenadines et 9 du Cambodge. Dans sa publication, la Commission européenne a classé le navire Gulser Ana « vraquier 174 detentions/3 years Turkey very high risk ».
Mauvais souvenir
Les observateurs posent la question pourquoi un tel navire échoue près du large de Madagascar ? En effet, tout le monde se souvient du déversement toxique dans les années 90 à Manakara. Ces déversements ont conduit à des désastres écologiques. En ce temps, Madagascar était dans une situation semblable qu’aujourd’hui. Plusieurs milliers de poissons sont morts, des personnes qui ont consommé les poissons contaminés sont tombés malades, il y aurait eu même des morts.
Beaucoup d’argent
D’après le ministre Alain Andriamiseza, Madagascar a pu obtenir 250.000 de dollars de la compagnie d’assurance de ce navire. La moitié de cette somme est déjà débloquée. Les pêcheurs auront évidemment des assistances avec l’HIMO. Malgré cela, ils se plaignent du manque de ressources car un décret ministériel interdit désormais la pêche dans la région.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Naufrage d’un bateau à Faux-Cap fin août 2009   Ven 30 Oct - 20:59

quelques semaines plus tard ......


UN ARTICLE DE L'EXPRESS : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=30711

Citation :


Faux-Cap

Vingt mille personnes affectées

Les répercussions du naufrage du « Gulser Ana », continuent. Le WWF parle de 20 000 personnes affectées et de neuf baleines mortes.

Le village de Faux-Cap n'est pas encore sorti du désastre écologique. Après des semaines de silence sur le sujet, l'échouage du bateau turc « Gulser Ana » le 26 août, est de nouveau pointé du doigt.
« Le WWF est très préoccupé par les impacts négatifs causés par cet incident à Faux-Cap. Outre les menaces sur l'écosystème et sur la biodiversité, la population en subit aussi les effets néfastes, par la perte de ses moyens de subsistance », explique Olivier Harifidy Ralison, coordinateur du programme Marin du WWF à Madagascar et dans l'océan indien occidental.
Catastrophe écologique
Après une étude sur place réalisée par huit scientifiques du WWF, le rapport sur les impacts écologiques et humains est accablant. Les scientifiques avancent que 20 000 sur les 40 000 habitants sont affectés par les conséquences du naufrage. Ils sont restés sans travail pendant trois mois, suite à l'interdiction de la pêche. Plus grave, la population locale souffre de problèmes respiratoires et de maladies diarrhéiques et cutanées.
« Comme les humains, les baleines souffrent de problèmes respiratoires, en raison de l'odeur insupportable. Le fuel et les lubrifiants sont très nuisibles à ces espèces », avance Yvette Razafindrakoto, spécialiste des mammifères marins de l'ONG WCS. Pour étayer ses dires, elle cite le cas des neuf baleines échouées dans la région pour le seul mois de septembre, contre trois au plus chaque année. Ainsi, les scientifiques ont noté la quasi-disparition de certaines espèces marines, suite à l'absorption de métaux lourds en quantité élevée.
Le experts concluent leur rapport en signalant les effets néfastes sur la chaîne alimentaire dans la région de Faux-Cap : « Les impacts de cette catastrophe écologique sur la population et sur tout l'écosystème côtier et marin ne pourront être effacés qu'après quelques années. » Cette étude du WWF doit interpeller le ministère de l'Environnement qui, lui aussi, a dépêché sur place une équipe pluridisciplinaire pour évaluer la situation.

Fanja Saholiarisoa

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Naufrage d’un bateau à Faux-Cap fin août 2009   Ven 30 Oct - 21:16

et dans Tribune

source :http://www.madagascar-tribune.com/Le-Gulser-Ana-a-fait-des-ravages,12974.html
[quoteFaux Cap
Le « Gulser Ana » a fait des ravages dans la chaîne alimentaire
vendredi 30 octobre 2009

Les déchets toxiques provenant du naufrage du « Gulser Ana », au large de Faux Cap, à l’extrême sud de Madagascar, ont eu des impacts graves sur la santé de la population locale, ainsi que sur les milieux marin et côtier de la région, selon une étude financée par le WWF.

Le « Gulser Ana », battant pavillon turc, a fait naufrage au large du village de Faux Cap, le 26 août dernier. Ce vraquier transportait 39.000 tonnes de phosphate brut, 568 tonnes de carburant, 66 tonnes de fuel et 8000 litres de lubrifiant. Peu après le naufrage, ces produits se sont déversés dans l’Océan Indien. Le naufrage s’est produit dans un couloir migratoire des baleines lors de leur période de reproduction.

Le rapport a été élaboré par une équipe pluridisciplinaire, composée de huit scientifiques, qui a effectué des études à Faux Cap, sur financement du WWF.

Dans une année normale, une à trois baleines s’échouent dans la région, une zone que ces cétacés fréquentent pendant la saison migratoire, Or, au cours du seul mois de septembre 2009, neuf baleines s’étaient échouées dans la région de Faux Cap. Par ailleurs, les plages ont été envahies par la marée noire. Les habitants souffrent de problèmes respiratoires, et de maladies cutanées et diarrhéiques.

« Le WWF est très préoccupé par les impacts négatifs possibles de cet accident sur la biodiversité marine et côtière, les menaces sur les écosystèmes et la perte de moyens de subsistance pour la population locale dont la plupart vivent de la pêche, a déclaré Olivier Harifidy Ralison, Coordinateur du programme Marin du WWF à Madagascar et dans l’Océan Indien Occidental, et c’est pour toutes ces raisons que le WWF a décidé de financer ces études », a-t-il dit.

De grosses plaques d’hydrocarbures ont couvert les plages sur 30 km à l’est de Faux Cap, mais aussi dans les zones situées à l’ouest de l’épave. Les personnes qui ont été embauchées pour le nettoyage des zones polluées n’ont pas été équipées de façon appropriée, en termes de vêtements de protection, et d’outils adéquats. Par ailleurs, les plaques de pétrole ramassées, et mises dans des sacs en plastique, jonchent sur les plages au risque de provoquer d’autres dégâts écologiques, souligne le rapport.

Plus de 20 000 personnes, sur les 40 000 que compte la région, ont été affectées par les conséquences du naufrage. L’étude a notamment mis en exergue les effets de l’interdiction de la pêche, pour une période de trois mois, sur la subsistance des familles. La pêche constitue en effet la seule source de revenu pour 25 à 40 pour cent d’entre elles.

Les impacts sur les espèces marines sont également tragiques

« Comme les êtres humains, les baleines souffrent de problèmes respiratoires en raison de l’odeur et du fuel lui-même. La baleine revient en surface de temps en temps pour respirer et, lors de cette remontée, si elle rencontre des couches de fuel ou de lubrifiant, elle pourrait en mourir », a déclaré pour sa part Yvette Razafindrakoto, spécialiste des mammifères marins de l’ONG WCS.

Bien que le phosphate brut ne soit pas un poison, une quantité énorme de ce produit déversée d’une seule traite dans l’océan provoque inéluctablement des effets en chaînes. L’équipe d’experts a notamment relevé des signes d’eutrophisation dans les environs immédiats de l’épave du « Gulser Ana ». L’eutrophisation étant la modification et la dégradation d’un milieu aquatique. Ceci est lié en général à un apport exagéré de substances nutritives, qui augmentent la production d’algues.

« Dans le cas de Faux Cap, le phosphate agit comme un engrais mais à très forte intensité. Cet état de chose a provoqué une prolifération d’algues. Le phénomène débute donc par une prolifération anormale de certaine algues et se termine par l’asphyxie et la destruction de l’ensemble de l’écosystème », a indiqué Olivier Ralison du WWF.

Par ailleurs, certaines espèces, comme le crabe des sables, sont devenues rares dans la région. Quant aux différents gastéropodes qui ont été étudiés, il a été constaté qu’ils contenaient une quantité élevée de métaux lourds, ce qui explique un fort taux de mortalité.

Des premières conclusions de ces études, il ressort que la chaîne alimentaire dans la région de Faux Cap est gravement affectée. Ceci signifie, selon l’étude, que les effets de cette catastrophe écologique sur la population et sur l’écosystème marin et côtier de la région de Faux Cap ne pourront être définitivement établis qu’après quelques années.

Il faut relever enfin que le vraquier « Gulser Ana » se trouvait parmi les 66 navires-poubelles inscrits dans la liste noire des bateaux jugés dangereux au sein de l’Union Européenne, depuis 2002. Ces bâtiments sont interdits d’approche des côtes européennes.

Recueilli par Bill[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Naufrage d’un bateau à Faux-Cap fin août 2009   Mar 5 Jan - 20:40

dans l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=32569


Citation :
Anosy - Du goudron sur la plage de Faux-cap
Les séquelles de Gulser Ana sont encore là.


La belle plage de Faux-cap est encore couverte de goudron même si des travaux de nettoyage ont été entrepris. Les pêcheurs qui ont bénéficié de la compensation de l'armarteur, le 10 décembre 2009 poussent un nouveau cri.
« C'est alarmant. Nous sommes obligés de nettoyer nous-mêmes la plage. Malheureusement, le goudron ne cesse d'inonder la plage aussitôt après l'intervention», martèle un responsable d’hôtel à Faux-cap.
Les gens de l’entourage affirment que quelques jours après ce nettoyage, le bateau Gulser Ana s’est scindé en trois. Ce qui a de nouveau provoqué la marée noire.
« Les touristes désertent les hôtels au vu d'un moindre environnement malsain. Cela constitue un risque majeur pour l'avenir de notre secteur », se lamente notre interlocuteur.
Faux-cap est renommé par sa plage au sable fin et la barrière naturelle qui protège le site balnéaire constitué d'une piscine naturelle.
Selon les habitants de Faux-cap, plus de 200 tonnes de goudron sont déjà transportées à Antananarivo pour être recyclées.

Rado Andrianantoandro
Date : 05-01-2010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Naufrage d’un bateau à Faux-Cap fin août 2009   Ven 5 Fév - 12:54

Dans Tribune du 05 février 2010

source : http://www.madagascar-tribune.com/Negociation-honteuse-par-le,13463.html

Citation :


Affaire Gulser Ana Faux Cap
Négociation honteuse par le Ministère du Transport de la Transition pour un crime contre l’environnement


samedi 30 janvier 2010

Après avoir tergiversé pendant des mois en interdisant la pêche dans la région de Faux Cap puis en la rouvrant et en la refermant après que le Gulser Ana s’est cassé en deux, le ministre des transports annonce qu’une négociation sur les indemnisations est en cours.
Pour rappel, le parti Vert Hasin’i Madagasikara a toujours demandé au ministère du transport la transparence sur cette affaire mais cette demande est restée sans suite. Et maintenant ce même ministère s’achemine vers une soit disant négociation.
Le parti Vert Hasin’i Madagasikara pointe du doigt cette négociation ou disons-le carrément cet arrangement obscure par un gouvernement ou un ministre de la transition. Si le ministère des transports recherche une réelle indemnisation, il ne devrait pas recourir à une négociation mais entamer fermement une action en justice devant les tribunaux compétents pour une sanction juste et transparente envers ces pollueurs.
Autrement, cette négociation n’est qu’une braderie supplémentaire de notre espace maritime pouvant servir de dépotoir aux navires interdits de port ailleurs.
Le parti Vert Hasin’i Madagasikara réclame ainsi que :

  • Le dossier soit réglé au niveau de la juridiction internationale compétente pour obtenir des dommages en vertu des conventions internationales sur la responsabilité en vigueur, ratifiées par Madagascar.
  • L’audition des responsables en cause, qu’ils s’agissent des membres de l’équipe navigante ou de l’armateur, soit de la responsabilité de la juridiction compétente et non de la responsabilité d’un membre du gouvernement.
  • Les estimations des pertes et dépenses causées par le naufrage soient transparentes et certifiées par des experts mandatés par la juridiction internationale compétente, et non par un pouvoir transitoire, notamment sur :

    • le nettoyage,
    • les dommages causés aux poissons et crustacées,
    • les dommages causés à la biodiversité marine et côtière et autres dommages environnementaux,
    • les pertes dues à la diminution du tourisme,
    • et les autres pertes directes et collatérales immédiates, dans le moyen terme et le long terme.
    </LI>

Par ailleurs, le parti Vert Hasin’i Madagasikara rappelle que des mesures de justice existent pour les « complices » d’actes de destruction de l’environnement.
La Présidente Nationale
Saraha Georget Rabeharisoa
sy ny Birao Politika
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Naufrage d’un bateau à Faux-Cap fin août 2009   

Revenir en haut Aller en bas
 
Naufrage d’un bateau à Faux-Cap fin août 2009
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Kit de survie] Tour du monde en bateau pour mars 2009...
» Faux Lupin- Baptisia Australis
» Taille sur Faux Poivrier
» Duchesna indica - Faux fraisier
» 2 questions sur le faux poivrier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MADALAND :: *******DIVERS******* :: ACTUALITES-
Sauter vers: