MADALAND


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 MARS 2010 : début de la 4 ème République ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: MARS 2010 : début de la 4 ème République ?   Sam 27 Mar - 15:20

Lu le 27 mars dans Tribune :

source : http://www.madagascar-tribune.com/Le-processus-vers-la-4e-Republique,13793.html



Citation :
CENI

Le processus vers la 4e République enclenché selon la présidence de la HAT
samedi 27 mars 2010
Dans un communiqué diffusé ce 26 mars 2010, la présidence de la Haute autorité de transition (HAT) fait comprendre que le pays est maintenant engagé dans la voie qui conduit vers l’instauration de la 4e République. Ce communiqué rappelle les décisions prises lors des réunions d’Ivato et celles prises par le président de la HAT en conseil des ministres et qui ont abouti à la prestation de serment des 16 membres de la Commission nationale électorale indépendante ou CENI.

La présidence de la HAT estime que la CENI est la panacée pour sortir le pays de la crise et ne peut que conduire vers la 4e République. Ce dont tout le monde souhaite apparemment mais avec des nuances ou des démarches démocratiques, transparentes, inclusives et consensuelles. Des remarques et des critiques ont été émises mais comme il a été dit dans notre dernière livraison, elles n’ont pas été prises en compte (voir l’article de Ninaivo du 25 mars, intitulé : Capacité d’écoute zéro). En tout cas, le cas James Ramarosaona, nommé par le président de la HAT comme représentant de l’Ordre des journalistes est flagrant. Aucune consultation de l’ensemble des journalistes. Est-ce là l’esprit de changement que l’on veut promouvoir ? De nombreux journalistes évoquent par la même occasion, les déclarations du président de la HAT lors de l’inauguration de la Place de la Démocratie : l’accès à cette place, a-t-il signifié ne demande pas d’autorisation. Qu’en est-il de cette déclaration aujourd’hui ? Les temps et la situation ont véritablement changé, n’est-ce pas ?

Ci-après ce communiqué : « La Convention Nationale d’Ivato, dans son article 5 a spécifié qu’il sera institué une Commission Electorale Nationale Indépendance (CENI) qui organisera des élections justes, crédibles, libres et transparentes, conformément aux principes retenus lors de l’atelier « Teny Ifampierana ». Fidèle à ce principe adopté lors de cette réunion de concertation élargie, le Président de la Haute Autorité de la Transition a signé le décret N°2010-120 du 11 mars 2010 fixant l’organisation, le fonctionnement et les attributions de la CENI.

Parallèlement à ce décret, le Conseil des Ministres a également sorti l’Ordonnance N°003-2010 portant loi organique relative au Code Electoral. Celui-ci prévoit justement la formation de la CENI et fixe ses attributions. Il spécifie que la CENI est chargé de gérer, d’organiser et de superviser les opérations électorales et référendaires, de traiter et de proclamer les résultats, de faire respecter la législation électorale à tous les niveaux en vue d’assurer la crédibilité des élections. C’est dans ce sens que la Commission est le garant moral de l’authenticité du scrutin et la sincérité du vote.

Afin de garantir l’indépendance de la CENI, le décret l’instituant a spécifié la nomination de ses membres. Dix sont issus de la société civile pour garantir la neutralité des décisions prises par l’institution. Deux autres sont issus de l’Administration et enfin, sept autres représentent les sensibilités politiques.

Dans le même souci de neutralité et d’indépendance, les membres issus des sensibilités politiques assistent aux séances de délibération de la Commission mais leurs voix ne sont que consultative.

Dans la mesure où seules les consultations électorales permettent au pays de sortir de la crise, le régime transitoire a considéré la formation de la CENI comme une urgence nationale. Ainsi, le Président de la haute Autorité de la Transition, SEM Andry Rajoelina, a signé en Conseil des Ministre le décret n°2010-141 portant nomination des membres de cette institution.

Sur les seize promis, dix sont issus de la société civile. Parmi eux, Rasoatsinampoizina Aubierge Sidonie, Bruno Rakotoarison et Mamy Auguste Andrianirina. Ces trois personnalités ont été proposées par les organisations œuvrant dans l’observation des Elections. Six autres membres de la société civile les complètent : Marie Gisèle Ranampy (Organisation œuvrant dans l’éducation des citoyens), Hanitriniala Rafolisisoa (associations de défendre des droits de l’Homme), Hary Tiana Ralevasion (Syndicat des Administrateurs civils), James Ramarosaona (Ordre des journalistes), Yves Herinirina Rakotomanana (Ordre des Avocats), Gervais Tehindro (enseignants en droit) et Henri Rakotoson (Syndicat des Magistrats de Madagascar).

L’Administration est représentée par deux personnalités au sein de la CENI. Il s’agit de Jean, cadre de la Vice Primature chargée de l’Intérieur et d’Olivier Sylvère Andrianarisata du ministère chargé de la Décentralisation.

Enfin, parmi les politiques, trois membres ont été nommés du fait de leur affinité politique avec le régime (Fanomezantsoa Rakotonirina, Fredon Armand Ratovondrajao et Frediss Alvin Raherison). Les « autres sensibilités » obtiennent un représentant en la personne de Maria Sylvie Raharinarivonirina.

Avant d’exercer la fonction qui est la leur, les seize membres de la CENI a prête serment solennellement devant les juges de la Cour Suprême et en présence du Président de la Haute Autorité de la Transition. Ils ont juré de respecter une parfaite neutralité et indépendance dans l’exercice de leur mission.

En effet, la CENI est le symbole du changement revendiqué lors du mouvement pour la démocratie. Ce changement tant voulut il doit débuter au moment où le peuple choisi ses dirigeants. C’est la raison pour laquelle, le régime transitoire a promis des élections justes, libres et transparentes. La formation de la CENI permettra de faire en sorte que les élections ne deviennent plus source d’instabilité comme c’était le cas auparavant. Elles doivent instituer un système qui apaise les tensions politiques.

Une étape est donc franchie, la prochaine sera la formation du gouvernement d’ouverture telle qu’il a été spécifié par l’Atelier national de concertation. Celle-ci instituera un régime dans lequel est associé la majorité des forces vives de la nation ».

Recueilli par Valis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MARS 2010 : début de la 4 ème République ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tours libres Dijon en Mars 2010
» BARBENTANE 21 MARS 2010
» Les observations du mardi 30 mars 2010
» Photos PR- Bourse de Montréal - Mars 2010
» Course du 27 Mars 2010 a Fourques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MADALAND :: *******VIE POLITIQUE MALGACHE******** :: Les élections présidentielles en 2010-
Sauter vers: