MADALAND


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Voiture malgache

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
laurentmazan
Mbre TOP
Mbre TOP


Masculin Nombre de messages : 342
Age : 52
Localisation : mazan - vaucluse
Date d'inscription : 24/03/2006

MessageSujet: Voiture malgache   Dim 26 Sep - 19:11

http://www.rtlinfo.be/info/rtl_auto/industrie/740519/la-voiture--made-in-madagascar--redemarre





RTL AUTO - INDUSTRIE 12:51
A Madagascar, un projet de réinsertion économique a redonné vie, 20 ans après, à la "marque au Zébu", une gamme de voitures rudimentaires et solides, source de fierté nationale et symbole à l'époque des ambitions du président Didier Ratsiraka.
La Karenjy, lancée par le président Didier Ratsiraka en 1987, avait disparu quasiment du jour au lendemain en 1992, quand le régime politique avait été renversé.

Laissé sur le carreau comme tous ses collègues, Elia Antsianiana avait dû alors abandonner son travail à l'usine. Depuis quelques mois, il tente avec d'autres anciens et le concours de l'association Relais Madagascar, une émanation d'Emmaüs, de faire revivre le mythe Karenjy, la voiture "vita malagasy", "Made in Madagascar".

"On peut finir le travail qu'on avait commencé il y a déjà longtemps. Il y avait des véhicules qu'on n'avait même pas terminés", sourit Elia en astiquant une carrosserie vert pomme.

Lorsque le vaste hangar installé à Fianarantsoa (410 km au sud d'Antananarivo) a été rouvert au début de l'année, les outils étaient encore presque sur les établis: ayant échappé aux pillages malgré deux crises politiques violentes (2002 et 2009), tout le matériel et la plupart des archives étaient encore utilisables.

L'usine renfermait même "des véhicules en état de fonctionner, d'autres qui nécessitent seulement d'ajouter la carrosserie et d'autres encore à l'état initial, avec le moteur encore dans sa boîte", témoigne Clément Warnier, ingénieur français en charge du projet pour le Relais Madagascar.

L'association s'est d'abord installée dans la Grande Ile pour développer une activité de friperie puis, avec les bénéfices, a pris le pari audacieux de relancer l'usine automobile pour créer des emplois et renforcer le tissu industriel de cette grande ville des hauts plateaux.

Il faut aujourd'hui environ un mois à la quinzaine d'ouvriers pour sortir une voiture de l'usine, que ce soit le modèle tout terrain Mazana (La Robuste), le Iraka (le Messager), dont les moteurs sont à l'arrière, ou la plus classique Faoka (la Transporteuse).

"Nous sommes heureux de voir nos voitures rouler partout, notre style est unique", témoigne avec émotion Gabriel, un autre ancien, désignant avec fierté une carrosserie effectivement des plus originales.

"Ce sont des voitures très robustes, adaptées au terrain malgache pas toujours évident, avec une mécanique simple des années 80", détaille Clément Warnier.

Bientôt, les moteurs de Renault 18 qui équipent actuellement les véhicules de la marque seront cependant tous écoulés et il faudra repenser toute la mécanique.

"On va faire une étude économique pour voir si le projet est viable en créant de nouveaux partenariats", explique M. Warnier.

De fait, l'initiative n'offre que peu de garantie, même si l'objectif est davantage social que commercial.

"On a plus tendance à fêter un nouveau salarié qu'un nouveau client qui achète une voiture", rappelle le responsable, alors que le Relais, aujourd'hui deuxième employeur de la ville, a aussi mis en place toute une série de services pour ses salariés (mutuelle de santé, caisse de microcrédit).

Pour le moment, alors que l'entreprise se fait discrète pour ne pas être débordée, seule une demi-douzaine de véhicules ont été vendus (de 4.800 à 6.800 euros), tous a des étrangers séduits par l'originalité du produit.

Mais les ouvriers sont persuadés que les acheteurs malgaches vont bientôt affluer, "fierté nationale" oblige.

Une fierté qui a culminé en 1989 pour le voyage de Jean-Paul II à Madagascar: c'est une Karenjy aménagée spécialement pour l'occasion qui lui servit de papamobile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.new.facebook.com/profile.php?id=1280046024&ref=na
Langevine974
V.I.P.
V.I.P.


Féminin Nombre de messages : 1211
Age : 59
Localisation : Ile de la Réunion
Date d'inscription : 21/11/2005

MessageSujet: Re: Voiture malgache   Jeu 30 Sep - 20:46

Et bien moi elle me tente bien cette Karenji !!!
Pour environ 4000 euro, elle est solide, se comporte bien sur la piste et pas de soucis pour trouver un pièce.
A suivre cela de près !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Langevine.uniterre.com
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Voiture malgache   Sam 30 Avr - 20:16

30 avril 2011

source : http://www.afrik.com/article22190.html


Citation :
Economie - Afrique Australe et Océan Indien - Madagascar - Sport automobile
Karendjy : des véhicules made in Madagascar
Le constructeur automobile est de retour grâce à une entreprise à but économique et social
vendredi 29 avril 2011 / par Stéphanie Plasse



Karenjy reprend du service. Après dix sept années d’absence, la marque au zébu revient avec trois modèles : l’Irika, la Mazana, modèle 4x4 Diesel (MAZANA), décliné en cabriolet et berline et la Faoka, modèle 2x4 essence camionnette. Une renaissance que la marque doit au Relais de Madagascar, une entreprise à but économique et social.
La voiture malgache de la marque Karenjy « la vadrouilleuse » renait de ses cendrest. Les véhicules de la marque au zébu sont de nouveau de retour grâce à un projet économique et social. L’association Le relais à Madagascar, entreprise d’aide à la réinsertion créé en 2007 a décidé de reprendre les ateliers abandonnés du constructeur automobile de Karenjy situés à Fiaranantsoa. « Pour nous, c’était une opportunité technique suite à la visite de ce site. Il y avait encore beaucoup de matériel dans cette usine », explique le chargé de projets au Relais de Madagascar, Luc Roussin. Le but était pour lui et son équipe de « créer des emplois et développer de nouvelles activités, réinvestir les fruits du premier projet, relever un challenge pour Fianarantsoa ».

Une marque célèbre et à succès

Ces voitures mythiques ont vu le jour grâce à Rabearivelo Andriamalagasy, ingénieur et proche de l’ancien président malgache Didier Ratsiraka, et ont connu leur moment de gloire de 1985 à 1993. Au début, Karenjy fabriquait ses véhicules à partir de pièces de Renault 18, ils étaient destinés aux particuliers et aux entreprises publiques. Mais en 1993, le changement de régime a marqué l’arrêt de cette ascension et la faillite de Karenjy. Il a fallu la mise en place du Relais, créé par l’association Emmaus, normalement spécialisé dans la friperie, afin de relancer l’activité.

http://www.dailymotion.com/video/xflhbf_karenjy-au-roulage_auto
Karenjy au roulage
envoyé par Tartuffone. - Voiture, camion et deux roues en vidéo.
Pour le Relais de Madagascar, « l’année 2010 a été le challenge de la remise en route de l’outil industriel et de la formation des équipes, au travers un retour d’expérience de 10 véhicules vendus ». D’après les dernières prévisions fournies, d’ici deux ans une centaine de véhicules devraient être assemblés sur la base d’un châssis mécano-soudé, d’une carrosserie en fibres ainsi que l’électricité, capitonnage et sellerie faits localement. Actuellement, trois modèles allant de 4000 à 7000 euros sont commercialisés : l’Irika, la Mazana, modèle 4x4 Diesel, décliné en cabriolet et berline et la Faoka, modèle 2x4 essence camionnette. A en croire Luc Roussin, la Mazana remporterait tous les suffrages. « Elle connait un assez grand succès auprès des ONG et des églises et peut aussi intéresser les étrangers pour con côté ludique. Maintenant les Malgaches ne peuvent pas réellement en profiter car 99% d’entre eux peuvent à peine s’acheter un vélo », observe le chargé de projets.

Aider à la réinsertion

L’atelier mécanique à démarche socio-économique Soatao qui fait revivre l’ancienne usine Karenjy d’assemblage et de conception de voitures malgaches compte aujourd’hui vingt personnes et prévoit pour l’année 2012 de revoir l’effectif à 50. « L’objectif premier est d’embaucher et créer des emplois pour des personnes en grande exclusion, leurs histoires et leurs parcours sont bien tristes », confie Luc Roussin.

Du côté des Malgaches, le retour de la marque Karenjy marque un tournant. « Ces voitures sont le symbole de la Grande Ile, les voir revivre nous donne espoir. L’espoir de relancer une économie incertaine avec des productions locales ! », s’enthousiasme Mahery, jeune étudiant en commerce.





Madagascar
• Madagascar : Les étudiants manifestent pour la reprise des cours


• SMS : le premier syndicat de producteurs de cinéma malgache


• Lumière sur le cinéma de Madagascar


• Tous les articles Madagascar


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Voiture malgache   Aujourd'hui à 11:55

Revenir en haut Aller en bas
 
Voiture malgache
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» VOITURE ANGLAISE
» Chien malade en voiture.
» Quelle voiture pour tracter ?
» voiture a compression, non poluante???
» Transport en voiture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MADALAND :: *******DIVERS******* :: DE Tout et de Rien-
Sauter vers: