MADALAND


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Mar 4 Jan - 10:47

04/01/2011 dans la Vérité


source : http://www.laverite.mg/economie-a-madagascar/secteur-tourisme-atteindre-200-000-visiteurs.html


Citation :
Secteur tourisme - Atteindre 200 000 visiteurs
Écrit par Donas Hanitriniony Ralay
Lundi, 03 Janvier 2011 00:30


Pour cette nouvelle année, le ministère du Tourisme et de l’Artisanat a pour objectif d’atteindre 200 000 touristes. Pour ce faire, les actions de promotion de la Grande Ile et la mise en confiance des touristes sont à renforcer.

Du 17 au 20 mars 2011, le Mondial du tourisme à Paris - Porte de Versailles promet déjà une forte retombée sur ce secteur. Selon les opérateurs touristiques, cette filière a encore un avenir prometteur. L’objectif est aussi de doubler le nombre de touristes qui visitent la ville d’Antananarivo. Ainsi, il faudrait réactualiser les documents et informations pratiques relatifs à la ville, revaloriser les sites touristiques pour mieux promouvoir la destination. Le marché allemand constitue un des plus gros contingents de touristes au monde. Le marché chinois présente également un énorme potentiel. La reprise du tourisme est aussi attendue cette année. Rappelons que le droit de visa pour les séjours de moins de 30 jours est encore supprimé pour cette année afin d’attirer les touristes et faciliter les procédures administratives.
L’année dernière, la visite du Snav, ou Syndicat national des agences de voyage, en France a marqué le tourisme dans le pays car c’est un atout considérable en faveur de la promotion de la destination Madagascar.
142 300 touristes ont été enregistrés de janvier à septembre 2010. Le ministère du Tourisme et de l’Artisanat, l’Office national du tourisme à Madagascar ont atteint la hausse de 20% des touristes par rapport à l'année 2009. La politique de relance et de promotion ont été fructueuses. Bien que les Français occupent encore la première place dans la nationalité des touristes, les Italiens commencent également à se positionner. La Bourse internationale du tourisme, ou Bit, à Milan en Italie, en est la preuve. Chaque année, de nombreux visiteurs viennent découvrir la Grande Ile. Un complexe hôtelier disposant de 205 chambres, du club italien Venta, est disponible à Andilana Beach, outre le vol hebdomadaire Milan – Nosy Be.
Pour les opérateurs, la promotion du pays par l’Etat ne suffit pas mais il faudrait inciter les gens à investir davantage dans le secteur tourisme et hôtellerie. L’année 2010 a été celle des défis, de la consolidation et de la stabilisation. En 2011, le retour à la normale des affluences des touristes est attendu. Selon l'Organisation mondiale du tourisme, le nombre d'arrivées de touristes internationaux a fléchi de 4% en 2009, tandis que les recettes du tourisme international ont accusé une baisse de 6%, dans le sillage de la crise économique et financière mondiale. Le début de l’année 2010 a cependant montré des signes de reprise. Le fait de vouloir voyager s’est enraciné dans la culture des gens et c’est même devenu un droit.
Donas Hanitriniony Ralay



Dernière édition par R@koto le Ven 4 Mar - 0:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Mar 1 Fév - 10:58




Les membres du programme Eco Tanana, face à la presse, hier




1er février dans l'Expresss

source : http://www.lexpressmada.com/tourisme-madagascar/20503-la-gestion-d-accueil-reste-precaire.html

Citation :
Tourisme
La gestion d'accueil reste précaire




Les membres du programme Eco Tanana, face à la presse, hier.
L'absence de professionnalisme reste flagrante dans le monde du tourisme. Cela constitue un obstacle au développement du secteur.
Beaucoup reste à faire. Les professionnels du tourisme sont sceptiques sur la gestion d'accueil à Antananarivo, voire Madagascar. L'absence de professionnalisme est encore notoire, tant au niveau de la propreté, de l'accès à l'information, de la prévention de la sécurité des touristes et de la facilitation de l'accès au moyen de transport comme les taxis. Une experte en tourisme mentionne « l'absence de culture d'accueil dans la grande majorité des établissements destinés au tourisme ». Elle constate qu'à Madagascar « les acteurs n'arrivent pas encore à bien percevoir la potentialité économique de leur ville ».
Valorisation du métier
« Il ne faut pas non plus mettre tout le monde dans le même sac », défend quant à elle Brigitte Elison, directeur du programme EcoTanana, lors de la cérémonie de clôture du programme à la Chambre de Commerce et de l'Industrie à Antaninarenina hier.
Elle argumente qu'il y a des établissements ayant une excellente gestion d'accueil, mais ceci laisse encore à désirer.
Parmi les points soulevés comme étant les causes des problèmes, elle a insisté sur la formation et la valorisation du métier. « Il est essentiel que la personne qui assure l'accueil ait suivi des études correspondantes. Elle doit aussi avoir les informations requises pour pouvoir répondre à chaque demande des clients ». Et d'ajouter que « la maîtrise totale du produit démontre le respect envers le client ».
Mais la possession de diplôme n'est pas non plus une priorité, affirme une directrice des ressources humaines d'un hôtel de renommée à Antaninarenina. Selon elle, il faut avoir comme qualité « le sens de l'accueil. Sinon l'embauche est inutile. La condition sine qua non:la maîtrise parfaite du français et de l' anglais ».
Judicaëlle Saraléa
Mardi 01 fevrier 2011




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Ven 4 Mar - 0:41

dans Midi du 03 mars 2011

source : http://www.midi-madagasikara.mg/index.php?option=com_content&view=article&id=9875:tourisme--un-objectif-de-255-000-touristes-pour-2011&catid=2:economie


Citation :
Tourisme : Un objectif de 255 000 touristes pour 2011
Jeudi, 03 Mars 2011 00:00
Atteindre un taux de croissance de 15%. Le défi semble être à la portée de la destination.

Madagascar n'atteindra peut-être pas encore les performances de son secteur tourisme de l'année 2008 mais la destination connaîtra une croissance à deux chiffres pour l'année 2011. C'est ce qu'a laissé entendre le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Irène Andréas. Cette responsable de déclarer que pour cette campagne, la Grande île se fixe comme objectif d'accueillir 255 000 touristes.

Confiance

Mme Irène Andréas devait expliquer que beaucoup de paramètres permettent d'avancer que le secteur va connaître une très bonne saison. Celle-ci d'indiquer par exemple que les campagnes de promotion de la destination entreprises par les professionnels du secteur aussi bien sur le plan local qu'au niveau international, à travers leurs participations à des salons professionnels dans les pays émetteurs ont eu des retombées très positives. Ces opérations ont permis, d'après toujours l'interlocutrice de rassurer les professionnels dans ces marchés et de retrouver la confiance de ces derniers en la destination. La preuve, les principaux tours opérateurs français ont reprogrammé la destination Madagascar dans leur catalogue.

196 052 touristes

Faut-il en effet, rappeler que Madagascar a toujours été représentée par des tours opérateurs et des offices régionaux dans les principaux salons professionnels du tourisme. Un opérateur touristique de confirmer : «Dans un contexte de crise, Madagascar ne pouvait se permettre d'être absente de ces rendez-vous professionnels du tourisme mondial»

Malgré la crise, la performance de la destination pour la saison 2010 est encourageante. Les dernières statistiques disponibles auprès du ministère du Tourisme et de l'Artisanat font état de 196 052 entrées touristiques dans la Grande île. Ceci signifie que malgré la crise, il y a quand même des touristes qui choisissent Madagascar pour passer leurs vacances. Pourvu que cela continue.

Didier Rambelo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Mar 14 Juin - 11:34

14 juin 2011

Les Nouvelles : http://www.les-nouvelles.com/spip.php?article1317

Citation :
Tourisme
Léger optimisme des professionnels

Dans une interview publiée dans le bulletin mensuel de la direction générale du Trésor, Miandriarijaona Razafimahefa, directeur exécutif de l’Office régional du tourisme d’Analamanga (Ortana), affiche beaucoup d’optimisme quant aux résultats de cette année dans le domaine du tourisme.

En effet, il déclare : « actuellement, nous ne sommes qu’au début de la haute saison et on espère dépasser les 200.000 touristes pour 2011. Si cette embellie continue, l’année 2012 sera une année normale et on atteindra les chiffres de l’année 2007 ».

Si ces prévisions se réalisent, on pourra dire que le secteur du tourisme n’aura pas traîné pour se redresser après avoir connu une situation dramatique. Effectivement, comme le directeur exécutif de l’Ortana l’a souligné : « En 2008, les statistiques affichaient 375.000 arrivées. Pour l’année 2009, on espérait arriver à 400.000 avec un objectif de 500.000 touristes pour la saison 2012. Finalement, on n’a eu qu’une petite centaine de touristes au moment fort de la crise en 2009 ».

La situation a commencé à s’améliorer à partir du premier semestre 2010. Quant au deuxième semestre 2010, une hausse de 40% a été enregistrée par rapport aux chiffres de 2009. Et cette amélioration s’est poursuivie jusqu’à maintenant. Mais tout dépendra de l’évolution de la situation sociopolitique dans le pays dans les temps à venir.

Ranaivo Lala Honoré
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Mer 15 Juin - 22:39

15 juin 2011

dans l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/vincent-desobry-madagascar/24399--nous-croyons-a-la-destination-madagascar-.html

Citation :
Vincent Desobry
« Nous croyons à la destination Madagascar »

Le représentant de Corsairfly apporte sa perception de l'avenir touristique de la Grande île.
• Comment se présente la haute saison ?
- Les acteurs touristiques sont optimistes pour la haute saison. Pour le cas des hôtels haut de gamme, j'ai appris que pour l'axe Sud de Madagascar, les chambres sont presque toutes réservées. Pour les vols, nos prévisions sont également très positives, c'est pourquoi nous avons par exemple décidé d'augmenter notre fréquence pour la haute saison. Cette augmentation sera d'ailleurs effective à partir de la fin du mois de juin. Mais nous ne croyons pas uniquement à ce qui va venir dans le moyen terme, nous misons aussi sur l'avenir touristique à long terme de Madagascar. C'est la raison pour laquelle nous avons décidé de maintenir trois vols hebdomadaires pendant toute l'année, à partir du mois de novembre prochain.

• Si Madagascar représente une potentialité touristique, comment expliquez-vous les rumeurs selon lesquelles des hôtels vont mettre la clé sous la porte ?
- Madagascar avait prévu d'accueillir le Sommet de l'Union africaine en 2009. Non seulement les yeux auraient été rivés sur la Grande île mais il y avait une forte probabilité de hausse de la demande. Face à cela, certains hôteliers ont decidé d'agrandir leurs établissements. Mais des opérateurs ont carrément procédé à l'ouverture de nouveaux établissements. D'où, au moment où on a créé plus d'offres il y a eu moins d'arrivées de touristes. Ceux qui viennent se répartissent également différemment. Je ne dis pas que c'est normal, mais je dirais que c'est compréhensible si des hôtels décident de cesser leurs activités.

• De quelle manière Corsairfly pourrait-elle contribuer au développement touristique ?
- Pascal De Izaguirre est actuellement le Président directeur général de Corsairfly. Il est également le président directeur général du groupe Nouvelle frontière qui est rattaché au Pôle du tourisme, TUI Travel. Il est déjà venu à Madagascar et a déjà rencontré les autorités locales. Je pense qu'il fait partie de ceux qui croient à la destination Madagascar. Vu le nombre des agences de voyage qui sont membres du groupe Nouvelle frontière, cela ne pourrait qu'être bénéfique pour la destination. Nous comptons également miser sur le concept Îles Vanille qui pourrait développer le tourisme dans l'océan Indien dont Madagascar.

Propos recueillis par

Judicaëlle Saraléa
Mercredi 15 juin 2011
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Mar 21 Juin - 10:09

21 juin 2011

source : http://www.rfi.fr/afrique/20110620-le-tourisme-malgache-crise

Citation :


Le tourisme malgache en crise
Les plages paradisiaques de Madagascar attiraient de nombreux touristes avant la crise qui secoue le pays.
Ville de TuléarPar RFI
A Madagascar, on s’inquiète pour la prochaine haute saison touristique. D’une part, la crise politique n’est toujours pas résolue, ce qui peut freiner les voyageurs. Et puis un autre coup de massue est venu frapper le secteur : la suspension par les autorités européennes des deux Boeing long courrier d’Air Madagascar. La compagnie nationale a ponctuellement résolu le problème en louant deux avions à Air Italy, mais le moral n’est pas pour autant au beau fixe pour les opérateurs touristiques qui représente pourtant un maillon essentiel de l’économie malgache.
C’est à l’Etat malgache que les opérateurs touristiques ont voulu s’adresser à quelques jours du démarrage de la haute saison. La situation est « alarmante », et les groupements professionnels pensent que l’Etat doit prendre « d’urgence » ses responsabilités dans le dossier Air Madagascar.

La compagnie nationale se disait sur la voie du renouveau, mais la suspension de ses deux Boeing à cause d’une maintenance insuffisante est venue tout chambouler. Actionnaire majoritaire, l’Etat est donc sommé de prendre les dispositions nécessaires pour « mettre en œuvre un plan de sauvetage afin que la compagnie puisse assurer ses engagements ».

Ce qui inquiète, c’est la situation des vols intérieurs, que seul Air Mad peut offrir. Les fréquences ont été légèrement réduites. Même si c’est pour être certain de respecter la programmation et de garantir un service de qualité, le signal est négatif.

La saison ne s’annonçait pourtant pas si mal pour le tourisme à Madagascar. Certes, on ne pouvait pas tomber plus bas qu’en 2010, et surtout en 2009, quand des évènements violents secouaient Antananarivo, mais pour cette année, certains prévoyaient un retour à un nombre de visites étrangères équivalent à ceux précédant la crise. On imagine aisément que ce ne sera finalement pas le cas.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Mar 21 Juin - 10:15

21 juin dans l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/transport-aerien-madagascar/24624-les-operateurs-touristiques-angoisses.html


Citation :
Actualité Madagascar » Economie » Transport aérien
Transport aérien
Les opérateurs touristiques angoissés



Sans vols intérieurs, on se demande si les touristes vont accepter de faire tout les déplacements par voie terrestre (Photo Hery Rakotondrazaka)
Le problème d'Air Madagascar menace la haute saison. Les acteurs touristiques privés tirent la sonnette d'alarme.
Le secteur privé du tourisme inquiet. Depuis que Air Madagascar nage en pleine série noire, la destination Madagscar a perdu la confiance de certains de ses habitués ou de ceux qui ont projeté de la découvrir.
« Certains tours opérateurs sont victimes d'une annulation de réservation de 15 à 20 % », révèle un président de groupement qui a voulu garder l'anonymat. Plus grave encore, « certaines agences de voyages à l'étranger refusent carrément de vendre la destination Madagascar », confie quant à lui le président de l'association Tours Opérateurs Professionnels de Madagascar (TOP), Jocelin Ramanambohitra. Ces refus sont engendrés par l'insuffisance, voire l'absence de confiance envers la compagnie nationale. En effet, « les vols intérieurs de la compagnie nationale sont plus perturbés que d'habitude. Certains émissaires venus à Madagascar ont été confrontés à ces problèmes », explique toujours le président du TOP.

La dépendance du développement du tourisme à la bonne santé de la compagnie nationale est ainsi très importante. « Si Air Madagascar ne peut plus assurer de vol intérieur, ce sera la fin du tourisme à Madagascar. Nous ne disposons d'aucun autre système pour assurer les déplacements aériens locaux », avance avec inquiétude le même président de groupement. D'après les explications de Jocelin Ramanambohitra, Madagascar ne sera plus vendable si seul le transport terrestre est disponible pour les touristes. Et même, la prévision de hausse de l'arrivée du nombre de touristes, estimé à 30 % pour la haute saison, pourrait changer.

Plan d’urgence

Pour ces raisons, le secteur privé du tourisme incite vivement l'État à trouver des moyens au plus vite pour sauver Air Madagascar.

À travers la publication d'un communiqué dans presque tous les quotidiens, il exhorte l'État malgache « à prendre d'urgence ses responsabilités en tant qu'actionnaire majoritaire de la compagnie aérienne nationale ». Les acteurs touristiques privés réclament la mise en place d'un plan d'urgence, où ils ne seront pas mis de côté, mais auront leur rôle à jouer.

Judicaëlle Saraléa
Mardi 21 juin 2011

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SIFAKA



Masculin Nombre de messages : 342
Date d'inscription : 07/08/2006

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Mar 21 Juin - 10:34

encore des précisions dans la GGI

Citation :
Secteur tourisme: Le ras-le-bol des opérateurs …
Mardi, 21 Juin 2011 06:01
L’économie malgache semble être menacée par une autre crise plus importante que celle vécue jusqu’à ce jour à cause de la crise politique qui n’arrive pas à trouver son dénouement. Après le problème rencontré par la compagnie aérienne nationale, Air Madagascar, suivie du problème d’approvisionnement en carburant au niveau des stations d’essence provoquant le psychose, voila que les opérateurs touristique menacent d’élever la voix. Certes, ces opérateurs touristiques ne sont pas encore descendus dans les rues des grandes villes de l’île, mais leur ras-le-bol commence à se faire entendre du côté du gouvernement.
Le tourisme constitue l’un des secteurs pourvoyeurs de devises pour les caisses de l’Etat. Malgré la chute du nombre de visiteurs au début de l’année 2009 à cause de la crise politique, ce nombre de touristiques accuse une hausse progressive depuis grâce aux efforts conjugués des opérateurs touristiques et des responsables étatiques. Mais, les opérateurs sont actuellement à un point où leur ras-le-bol menace leurs entreprises et leur gagne-pain. On apprend qu’un opérateur hôtelier installé dans le sud de l’île, dans la zone touristique de grande affluence, compte déposer son bilan prochainement à cause des désagréments entraînés par les annulations et reports des vols de la compagnie aérienne malgache. Cet opérateur affirme que 80% de ces problèmes de remplissages sont dus à la compagnie aérienne nationale. La majeure partie des clients de ces centres hôteliers sont des touristes dont la surface financière est assez importante et ne se déplacent en voiture que très rarement à cause de leur programme (bien établi) et chargé.

En effet, un opérateur économique qui a assisté à une réunion, à Paris, un mois passé, du Syndicat national des agents de voyage (SNAV) regroupant les principaux tours opérateurs et autres agents de voyage conseillait à tous ses membres de boycotter la destination Madagascar en raison des problèmes de la compagnie nationale malgache sur le plan intérieur. Tout récemment, un tour opérateur (TO) britannique qui comptait programmer 20 départs de 20 personnes pour la saison 2011 – 2012, ce qui fait 400 touristes pour un seul TO, a du annuler son programme dimanche dernier parce que la FCO britannique a déconseillé aux usagers de prendre toute la flotte de la compagnie aérienne nationale malgache. La décision de la FCO britannique a causé des préjudices au niveau des assureurs.

Pire, un responsable d’un tour opérateur malgache a invité sa collègue de l’Europe de l’Est pour un voyage d’exploration dans la Grande Ile, dont le but final est d’envoyer plus de 200 touristes dans la Grande Ile pour un circuit de cinq jours ( Antananarivo, Antsiranana, Nosy Be). La femme d’affaires est repartie en Europe et on n’est pas prêt de la revoir de sitôt, les clients se sont envolés avec elle, a affirmé le tour opérateur malgache. La représentante commerciale qui devait se rendre d’Antsiranana à Nosy Be en trente minutes a vu plusieurs désagréments, son vol a été modifié bouleversant tout son programme. Un contrat de plus est perdu.

On apprend que de nombreux opérateurs touristiques comptent se mobiliser prochainement pour manifester publiquement leur mécontentement, même si on apprend du côté de la Primature que le gouvernement se penche sérieusement sur le cas de la compagnie aérienne nationale. Remarquons, en effet, que Air Madagascar a le monopole de l’exploitation des vols intérieurs à l’exception de quelques villes de la Grande Ile. Certains responsables hôteliers dénoncent l’inertie du ministre du Tourisme dans la gestion de ce dossier …, aussi certains hôteliers ont du passer par d’autre canal pour alerter le Premier ministre.

Recueillis par Lambo T.


çà coule de source : http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=13501:secteur-tourisme-le-ras-le-bol-des-operateurs-&catid=45:newsflash&Itemid=58
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Jeu 21 Juil - 11:24

21 juillet 2011

dans l'Express : http://www.lexpressmada.com/tourisme-madagascar/25580-hausse-progressive-du-nombre-des-arrivees.html

Citation :
Tourisme

Hausse progressive du nombre des arrivées

Selon les données émanant de l'Office national du tourisme de Madagascar (ONTM), le nombre d'arrivées touristiques accuse une hausse progressive depuis 2009. Les réalisations des cinq premiers mois des trois dernières années, sont de 63 620 touristes en 2009, 70 354 en 2010 et 82 478 en 2011.
À ce rythme, l'objectif fixé pour l'ensemble de l'année 2011, estimé entre 250 000 à 300 000 touristes, sera probablement atteint, d'autant que la haute saison touristique, débutant ce mois de juillet, pour ne prendre fin qu'en novembre s'annonce bien. « Les touristes commencent à venir. Le taux de confirmation des réservations se situe entre 46 à 50%. A ce stade, il est possible d'atteindre les prévisions pour l'année 2011 », exprime Joel Randriamandranto, président du conseil d'administration de l'ONTM.

L'affluence des réservations auprès de la compagnie aérienne explique aussi la progression des ces arrivées.

« Pour ma part, il m'est difficile actuellement de réserver auprès de la compagnie aérienne. Par conséquent, je conclue que le taux de remplissage des avions est élevé », avance toujours le PCA. Un redressement confirmé par Jocelyn Ramanambohitra, président de l'association des tours opérateurs (TOP) « Suite aux problèmes de Air Madagascar, un frein dans les arrivées touristiques a été constaté, mais maintenant une reprise est constatée. Les touristes sont là, mais la situation n'égale pas encore 2008 ».

En famille

À cette période, entre juillet-août, les touristes étrangers voyagent surtout en famille ou individuellement. L'arrivée des groupes n'est attendue que de septembre à octobre. Les circuits classiques, à savoir la route du Sud, Nosy-be et Sainte-Marie constituent leurs premières destinations, si le tourisme local se focalise surtout sur Mahajanga et Toamasina, où les loyers d'hébergement sont plus accessibles aux bourses des ménages malgaches. Une nouvelle destination, les Tsingy de Bemaraha, intéressent davantage les visiteurs étrangers, en majorité, des Français.

Lantoniaina Razafindramiadana
Jeudi 21 juillet 2011


Dernière édition par R@koto le Jeu 21 Juil - 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jipi zanatany
V.I.P.
V.I.P.


Masculin Nombre de messages : 770
Age : 68
Localisation : bordeaux leognan
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Jeu 21 Juil - 12:04

cet article comme dab c est un peu la methode" coué"
jusqu au 15 juillet aucun pbs pour trouver un place d hotel (tana,ste marie,diego)
pour les avions des le mois d aout et apres le 10 septembre bcp de place libre (air france et air austral ) avec des prix stables ou legeres baisses
donc attention a ce genre de news
s il y a 200000 ce sera un tres bon resultat au vu des pbs de l ile
mais bon l autre jour la presse disait excatement le contraire :bcp de desistement cause : air mad et la securite
donc pas d embalement avec les medias malgaches !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.abm.fr
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Jeu 21 Juil - 12:20

je suis bien d'accord et j'avais remarqué comme toi les contradictions sur les chiffres


peut-être que l' ONTM http://www.madagascar-tourisme.com/article.php?&article_id=341&lang=fr touche une subvention d'après le nombre de touristes arrivés.


L'office qui rit les professionnels qui pleurent !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Mar 26 Juil - 10:39

25 JUILLET 2011

SOURCE : http://www.madamatin.com/articles/breves/quand-le-tourisme-tourne-au-vinaigre.html


Citation :


Quand le tourisme tourne au vinaigre !

Écrit par razanajato M.A.
Lundi, 25 Juillet 2011 19:33
L’euro s’échange actuellement à 2 834,05 Ar et le dollar à 1 972,84 Ar sur le MID, tandis qu’une année auparavant, l’euro était à 2 817,27 Ar et le dollar à 2 181,82 Ar. Pas d’écart sensible en une année. En cette période de vacances, l’arrivée des vacanciers et touristes devait mener à une meilleure appréciation de la monnaie malgache ; et pourtant… à voir la qualité des touristes qui arrivent dans les aéroports internationaux et en regardant de près le remplissage des hôtels et autres lieux d’hébergement considérés comme étant « lucratifs », la situation peut laisser dubitatif quand à l’effectivité de pareille assertion. La qualité des touristes qui débarquent actuellement sont d’un genre autre que ceux qui fréquentent assidument les lieux d’hébergement conventionnels. On se retrouve de plus en plus en face d’addicts du« petit futé » ou du « Guide du routard », des voyageurs qui sortent des sentiers battus, hors des circuits touristiques habituels.Il est plus qu’évident que ces derniers fréquentent des lieux d’hébergement avec des budgets bien déterminés : les hôtels à étoiles sont de plus en plus boycottés, ces touristes d’un « autre » genre privilégiant les lieux d’hébergement à petit budget. Pas étonnant que les hôtels étoilés n’arrivent plus ainsi à remplir convenablement, tournant entre 20 et 30% de leur capacité au grand max. Que ce soit sur leurs sites Internet ou dans les livres de poche, ces guides populaires des globe-trotters rivalisent pour indiquer les bons plans, généralement à moindre coût, pour les visites dans n’importe quel pays accessibles au tourisme.Il est clair que le secteur du tourisme, une des mamelles de l’économie malgache pourvoyeuse de devises, est à bout de souffle. Les acteurs dans le secteur du tourisme savent très bien dans quelle mouise ils sont. La forme de tourisme solidaire qu’on a tant mis en avant par le passé, assurément peu rémunérateur pour le secteur et faiblement pourvoyeuse de devises, a favorisé la désertion des établissements hôteliers, à forte valeurs ajoutées, pour verser plutôt dans des hébergements moins chers voire chez l’habitant même. Les grandes destinations telles Nosy-Be, Sainte-Marie et bien d’autres ont du mal à se maintenir la tête hors de l’eau. Le comble pour ces destinations : le tourisme sexuel y fait des ravages, les accros à ce genre de « tourisme » sortant des chemins battus pour ratisser large chez l’habitant même. Nosy-Be figure même parmi l’une des destinations africaines les plus prisées par les touristes sexuels, selon le site slateafrique.com qui la cite ironiquement en « Nosy-Be, la pudique » !L’euro s’échange actuellement à 2 834,05 Ar et le dollar à 1 972,84 Ar sur le MID, tandis qu’une année auparavant, l’euro était à 2 817,27 Ar et le dollar à 2 181,82 Ar. Pas d’écart sensible en une année. En cette période de vacances, l’arrivée des vacanciers et touristes devait mener à une meilleure appréciation de la monnaie malgache ; et pourtant… à voir la qualité des touristes qui arrivent dans les aéroports internationaux et en regardant de près le remplissage des hôtels et autres lieux d’hébergement considérés comme étant « lucratifs », la situation peut laisser dubitatif quand à l’effectivité de pareille assertion. La qualité des touristes qui débarquent actuellement sont d’un genre autre que ceux qui fréquentent assidument les lieux d’hébergement conventionnels. On se retrouve de plus en plus en face d’addicts du
« petit futé » ou du « Guide du routard », des voyageurs qui sortent des sentiers battus, hors des circuits touristiques habituels.
Il est plus qu’évident que ces derniers fréquentent des lieux d’hébergement avec des budgets bien déterminés : les hôtels à étoiles sont de plus en plus boycottés, ces touristes d’un « autre » genre privilégiant les lieux d’hébergement à petit budget. Pas étonnant que les hôtels étoilés n’arrivent plus ainsi à remplir convenablement, tournant entre 20 et 30% de leur capacité au grand max. Que ce soit sur leurs sites Internet ou dans les livres de poche, ces guides populaires des globe-trotters rivalisent pour indiquer les bons plans, généralement à moindre coût, pour les visites dans n’importe quel pays accessibles au tourisme.
Il est clair que le secteur du tourisme, une des mamelles de l’économie malgache pourvoyeuse de devises, est à bout de souffle. Les acteurs dans le secteur du tourisme savent très bien dans quelle mouise ils sont. La forme de tourisme solidaire qu’on a tant mis en avant par le passé, assurément peu rémunérateur pour le secteur et faiblement pourvoyeuse de devises, a favorisé la désertion des établissements hôteliers, à forte valeurs ajoutées, pour verser plutôt dans des hébergements moins chers voire chez l’habitant même. Les grandes destinations telles Nosy-Be, Sainte-Marie et bien d’autres ont du mal à se maintenir la tête hors de l’eau. Le comble pour ces destinations : le tourisme sexuel y fait des ravages, les accros à ce genre de « tourisme » sortant des chemins battus pour ratisser large chez l’habitant même. Nosy-Be figure même parmi l’une des destinations africaines les plus prisées par les touristes sexuels, selon le site slateafrique.com qui la cite ironiquement en « Nosy-Be, la pudique » !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jipi zanatany
V.I.P.
V.I.P.


Masculin Nombre de messages : 770
Age : 68
Localisation : bordeaux leognan
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Mar 26 Juil - 13:43

merci pour cet article qui me semble etre bcp plus pres de la realite qu un autre paru aujourd hui qui "s extasie sur le nombre de tourites qui arrivent"
de toutes les façons a mada les hotels hauts de gammes sont bcp trop chers pour les prestations proposees
entre un hotel de luxe de diego , nosy be ou fort dauphin et ceux du maroc , tunisie , thailande ou indonesiles les prix sont superieurs de 40 a 80% et de plus a mada les prestations sont bien inferieures
le touriste de 2011 se renseigne avec internet et les forums
a mada les TO et les agences sont vraiment limites "incompetentes" et les touristes avertis savent bien que faire un circuit par agence ou par un chauffeur guide independant avec les memes prestations c est 30 a 40% moins cher (et surtout ne pas passer par des agences vazahas)
de plus les loueurs officiels utilisent eux memes les chauffeurs independants avec des marges de 30% mini
le" tourisme de luxe " ne touchent qu un minimum de gens qui cherchent des prestations tres hauts de gamme inexistantes a mada (a part deux ou trois hotels )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.abm.fr
jipi zanatany
V.I.P.
V.I.P.


Masculin Nombre de messages : 770
Age : 68
Localisation : bordeaux leognan
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Jeu 4 Aoû - 10:00

dans le journal de l economie




http://journaldeleconomie.blogspot.com/2011/07/tourisme-madagascar.html

il est bien confirme que le vrai pb d Air Mad c est les vols interieurs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.abm.fr
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Sam 20 Aoû - 14:38

20 août 2011

dans l'Express : http://www.lexpressmada.com/developpement-madagascar/26544-les-recettes-touristiques-en-baisse.html


Citation :
Développement
Les recettes touristiques en baisse




Madagascar enregistre plus d’arrivées touristiques pour moins de chiffre d’affaires en devises par rapport aux meilleures années d’avant crise (Photo Hery Rakotondrazaka)

Le nombre de touristes internationaux dans la Grande île est inversement proportionnel aux devises apportées par le secteur dans l'économie.
Une situation paradoxale. Les autorités enregistrent l'augmentation des touristes internationaux dans la Grande île, alors que les recettes générées par le secteur connaît une diminution par rapport aux années précédentes.
« Du 1er janvier au 31 juillet 2011, près de 30 millions de dollars (soit 300 milliards d’ariary) de devises, ont été générés par cette envolée du tourisme international dans le pays », a affirmé le communiqué de la Présidence de la transition rapportant le conseil des ministres tenu à Iavoloha jeudi.

Mais cette embellie n'est que relative. Les recettes ne suivent pas la courbe ascendante des arrivées des touristes. Les 30 millions de dollars récoltés constituent un apport en devises de 100 000 touristes pour les six premiers mois de l'année. Or, par rapport à 2008, considérée comme l'une des plus belles saisons touristiques d'avant crise, 255 000 touristes ont rapporté 430 millions de dollars, soit dix fois plus d'apport en devises pour un nombre à peu près doublé de touristes enregistrés.

En effet, le gouvernement se targue de l'augmentation en nombre de touristes entrants. « Celui-ci est de 100 692 entre janvier et juin 2011, contre 86 803 à la même époque en 2010 », selon les chiffres de l'Institut national de la statistique (Instat). Or, la Grande île n'a enregistré que 78 000 entrées durant toute la saison 2009. « Selon l’estimation de l’organisme mondial du tourisme, l’année 2011, au même titre que 2007, reste la meilleure en matière de tourisme international pour Madagascar », rapporte le gouvernement.

Articles de souvenir

Le gouvernement annonce également un taux de remplissage des hôtels à Madagascar de l’ordre de 92 %.

« Ce qui révèle que les touristes internationaux affluent actuellement dans le pays, tout comme le nombre des vacanciers nationaux qui atteint également un niveau élevé », soutient le communiqué de la Présidence.

Rina Andriamandavy VII confirme ce paradoxe et tente d'apporter une explication à la situation. « L'interdiction d'exportation de bois de rose et de bois précieux a un impact sur le secteur. Les touristes n'ont pas le droit d'emporter des articles produits à partir de ces matériaux », soutient le membre du gouvernement. « Or, la vente des articles de souvenir pourrait rapporter 1 000 à 2 000 dollars par touriste », avance-t-il.

Le ministre du Tourisme et de l'artisanat affirme avoir trouvé la parade. « Cette interdiction sera prochainement levée. Le principe est acquis au sein du gouvernement. Il ne reste plus que la finalisation du texte y afférent », promet-il.

Il réfute pourtant la crise politique comme étant la source du problème. « Les conditions sont réunies pour décider les touristes à venir à Madagascar, et elles n'ont aucun lien avec la politique », selon Rina Andriamandavy VII. Il se montre également confiant malgré l'avis émis par le Quai d'Orsay envers les ressortissants français de faire attention en matière de sécurité.

Le membre du gouvernement réfute tout impact de la crise, et encore moins l'aspect sécuritaire comme « la persistance de tensions politiques pouvant très ponctuellement générer des rassemblements à risque dans la capitale », comme un éventuel problème pour le secteur. « Au contraire, cela va nous aider pour renforcer la sécurité », soutient-il.

Iloniaina Alain
Samedi 20 août 2011

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Ven 26 Aoû - 11:46

aujourd'hui 26 août dans la Gazette

source : http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=15005:tourisme-une-hausse-de-16-des-arrivees&catid=45:newsflash&Itemid=58


Citation :
Tourisme: Une hausse de 16% des arrivées
Jeudi, 25 Août 2011 07:50
100 692 touristes internationaux ont visité l’île au cours du 1er semestre 2011, contre 86 803 sur la même période en 2010, soit une hausse d’environ 16%. Comment expliquer ce bond malgré le contexte ? Le président de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) explique : «Le secteur se développe et nous espérons bientôt atteindre le nombre de touristes d’avant la crise. Et si cette crise ne perdure pas, le secteur devrait faire des grands bonds en avant». Notons que l’office a toujours poursuivi ses actions de promotion de la destination Madagascar, même au cœur des périodes troubles de 2009. C’est pour convaincre les professionnels du voyage de ne pas supprimer Madagascar de leur catalogue. Pari réussi car même si le nombre des touristes est passé de 375 000 en 2008 à 160 000 en 2009, le secteur n’était pas sur les genoux. Ce n’était pas le cas pour d’autres secteurs comme l’industrie qui a enregistré une croissance négative en 2009. Dès 2010, le nombre des touristes a repris le chemin de la hausse en affichant plus de 200 000. Cette année, l’office compte sur une performance nettement plus élevée que celle de 2010.
Jusqu’ici, les Français et les Réunionnais arrivent en tête. Ils sont suivis par les Italiens, d’où les nombreuses actions de promotion sur ce marché (lire article par ailleurs). Ils constituent 9% des touristes internationaux qui viennent visiter Madagascar, soit 17 644 en 2010. Les promotions se succèdent aussi sur le marché français et réunionnais. Cette année, l’office participera au salon Top Resa à Paris en septembre et organise un roadshow à La Réunion toujours dans le courant de ce second semestre… Le nouvel essor pris par le tourisme profite évidemment aux différents opérateurs du secteur. Dernièrement, le ministère du Tourisme et de l’Artisanat a avancé que le taux d’occupation des hôtels était de 92%. L’office abonde dans ce sens si l’on prend en compte la haute saison touristique. Car si l’on veut actuellement réserver une chambre dans un hôtel implanté en zone touristique, tout le monde affiche complet. Par contre, la moyenne annuelle du taux d’occupation devrait dépasser quelque peu les 50% pour 2011. Dans tous les cas, la situation sera bien meilleure comparée à celle de 2009 et de 2010.

Le tourisme ne fait pas partie des secteurs à gros budget d’investissement public. Mais il réussit à tirer son épingle du jeu si on le compare à certains secteurs économiques, surtout à la sortie des grands troubles politiques du 1er semestre 2009. C’est le résultat d’efforts soutenus et continus dans les actions de promotion.

Fanjanarivo


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Jeu 17 Nov - 10:55

17/11/2011

dans l'Express : http://www.lexpressmada.com/haute-saison-madagascar/29235-hausse-de-16-des-touristes.html

Citation :
Actualité Madagascar » Economie » Haute saison
Haute saison
Hausse de 16% des touristes


De plus en plus de touristes asiatiques débarquent pour visiter la Grande île (Photo Hery Rakotondrazaka)


Le secteur tourisme relève lentement la tête après les impacts de la crise de 2009. Les bons résultats de l'année 2008 sont pourtant encore loin d'être atteints.
L'année 2011 a été une véritable bouffée d'oxygène pour les professionnels du tourisme. Le nombre des visiteurs a sensiblement augmenté par rapport à 2009. Selon le dernier bilan obtenu auprès du ministère de tutelle, 165 000 touristes ont été recensés à l'entrée de nos frontières à la fin du mois de septem­bre. Ce qui signifie une augmentation de l'ordre de 16% par rapport à l'année 2010 à la même période. Cette tendance haussière devrait encore se poursuivre jusqu'à la fin de l'année si l'on tient compte des arrivées importantes de visiteurs en groupe constatées en ce moment. Cependant, le niveau de l'année 2008 avec plus de 267 000 entrées est encore loin d'être atteint. 
« Les recettes générées par le secteur tourisme à cette période a également connu une augmentation. Elles sont passées de 101,14 millions de DTS en 2010  à 117,8 millions de DTS  cette année », précise Herinirina Rafamatanantsoa, directeur du développement touristique et intérim du directeur général du Tourisme. 
Après deux mauvaises saisons successives, cette amélioration  permet  aux sociétés et établissements qui travaillent directement pour le secteur, de souffler un peu. Les hôteliers, par exemple, prévoit un taux d'occupation moyen qui dépassera largement les 50%, s'il a à peine atteint les 46% en 2010. Et contre toute attente, les investissements et les réinvestissements sont également en hausse. De nombreux établissements ont vu le jour et beaucoup de ceux qui sont implantés dans les zones à fort potentiel, ont effectué des réhabilitations et des extensions.
La qualité pour attirer
« Je pense que la crise a permis aux professionnels  de se rendre compte qu'ils doivent désormais miser sur la qualité  pour faire la différence et attirer la clientèle. Ce qui explique cet essor des investissements », explique Nisa Rakotondra­vohitra, directeur des normes, de contrôle et de suivi au ministère du Tourisme.
Les Français arrivent encore largement en tête concernant la nationalité des visiteurs qui choisissent la destination Madagascar. En 2010, ils étaient 57%, contre 11% de Réunionnais et 3% d'Américains. Grâce au concept « Iles vanilles », des clients en provenance de l'île Maurice poursuivent leur voyage à Madagascar . Le Sud et le Nord de Madagascar sont parmi les sites les plus visités, tandis que la  région Atsinanana attire de plus en plus de touristes d'affaires. 
Concernant les perspectives de la saison 2012, les prévisions sont très optimistes mais restent fragiles car l'année qui arrive, risque d'être une année électorale. Un éventuel retour des violences politiques pourrait réduire à néant les efforts déployés pour la relance. Mais les techniciens du ministère tentent de positiver la situation et argumentent que les crises à Madagascar sont réputées pour leur pacifisme. Les touristes peuvent être tentés de découvrir ce fameux « fihavanana malagasy ».


Mahefa Rakotomalala
Jeudi 17 novembre 2011


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
daniel261



Nombre de messages : 31
Age : 65
Localisation : 17
Date d'inscription : 19/11/2009

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Jeu 17 Nov - 16:43

[quote="R@koto"]17/11/2011

dans l'Express : http://www.lexpressmada.com/haute-saison-madagascar/29235-hausse-de-16-des-touristes.html

[quote]Actualité Madagascar » Economie » Haute saison
Haute saison
Hausse de 16% des touristes


De plus en plus de touristes asiatiques débarquent pour visiter la Grande île (Photo Hery Rakotondrazaka)


je pars vendredi 18 novembre c'est vrai pour les touristes je serais sur place et avec les cybers tu auras des news car je ne sais pas si je reviens!!amitiés à tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Mer 14 Déc - 16:44

Economie
Relance de la destination Madagascar
Publié : lundi 12 décembre 2011 à 14:33


1 réaction
--------------------------------------------------------------------------------
L’intérêt des touristes à la destination Madagascar semble revenir peu à peu. Les agences de voyages locales affirment en effet que leurs recettes de 2011 sont nettement meilleures par rapport à celles des deux années précédentes, selon l’Express de Madagascar.




La destination Madagascar semble se redresser petit à petit après avoir été malmenée sous l’effet de la crise. Selon les agences de voyages locales, le résultat pour 2011 auraient même doublé par rapport à ceux de 2009 et 2010, moments forts de la crise dans le pays.


« Côté ticket, notre vente est aujourd’hui de 150% plus élevée que l’année dernière. On se rapproche de notre recette de 2008 », a précisé une source. Il semble même qu’actuellement, les demandes sont beaucoup plus nombreuses par rapport aux offres, en terme de billets. Parfois, les agences de voyage ont du mal à se procurer des billets pour certaines destinations comme celle de Nosy Be. Ce qui oblige les touristes à faire leur réservation quatre mois à l’avance.


Les actions de promotions initiées par l’association des tour-opérateurs professionnels de Madagascar (Top) ont sûrement contribué à cette reprise des activités touristiques dans le pays. En effet, Top participe à divers rendez-vous internationaux du tourisme pour vanter la beauté de l’île auprès des prospecteurs et les actions se sont même multipliées ces derniers temps.


Parmi les marchés les plus prometteurs, la France est classée en première position. En effet, plus des 56% des touristes qui viennent visiter Madagascar sont des Français selon le site Madagascar-tourisme.


Cependant, la destination Madagascar reste moins accessible pour certains touristes. Les agences de voyage de préciser que le taux élevé des taxes fait que la Grande Ile reste une destination luxe. « Outre la flambée du prix de pétrole qui contribue à la cherté de la destination, le montant des taxes représente presque la moitié du prix du billet. Le coût moyen de la destination Madagascar est ainsi dans les environs de Ar 2.000.000 si elle est presque la moitié hors taxe », a expliqué le directeur commercial du GSA Corsair, Franc Andria­mihaja.


Par ailleurs, au niveau régional, Madagascar s’est associée avec la Réunion, l’île Maurice et les Seychelles à travers un concept dénommé « îles vanilles », une nouvelle offre présentée en octobre dernier lors du 7ème Forum Economique des Îles de l’Océan Indien à Fort Dauphin. Elle vise à mettre en commun les attraits et les ressources des 4 îles à travers une destination combinée.


« Pour 2012, toutes les actions marketing et stratégies seront centrées sur la mise en valeur du concept avec des voyages de presse dans les îles composant la destination, plusieurs eductours et la multiplication des actions de communication », a précisé Joël Randriamandranto, Président de l’ONTM (Office National du Tourisme de Madagascar). Il rajoute qu’un travail à la création d’un visa unique pour les îles de l’océan Indien est actuellement en cours, une autre approche qui permettra à Madagascar de s’ouvrir à de nouveaux marchés.

Partager : facebook
.: Laisser un message :.Vos réactions : il y a 1 réaction.
DEMANDE AVOIR
AVEC UN PEU PLUS DE SECURITER DANS LE PAYS ET PEUT ETRE QUE LES TOURISTES REVIENDRONT VOIR LES ARTICLES DEPUIS 1 AN SUR CE QUI SE PASSE DANS LE PAYS ARTICLES L'INFO.RE
par : ZAZA 13 décembre 2011 - à 08:42


SOURCE : http://www.linfo.re/-Economie,392-/Relance-de-la-destination-Madagascar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Mer 14 Déc - 17:21

dans l'Express : http://www.lexpressmada.com/tourisme-madagascar/29952-reprise-8200-de-8200-la-8200-destination-8200-madagascar.html


Citation :
TOURISME
Reprise de la destination Madagascar





Un peu partout dans le pays, on constate un retour progressif du flux de touristes
Des agences de voyage sont quasi-satisfaites de leurs recettes de 2011. Malgré la crise, la destination Madagascar semble attirer à nouveau les touristes.
Atténuation de l’effet de crise. Parmi les secteurs les plus péna­lisés, le tourisme se porte aujourd’hui beaucoup mieux comparé aux deux dernières années. Des agences de voyages avancent même une recette doublée par rapport à l’année 2010. « La réalité n’est pas conforme à ce que nous prévoyons. Nous pensons que l’année 2011 sera à peu près pareille à 2010. Pourtant, côté ticket, notre vente est aujourd’hui de 150% plus élevée que l’année dernière. On se rapproche de notre recette de 2008 », confie Lylie Randrianarisoa de l’agence de voyages Mercure, Analakely.
Selon toujours son explication, en terme de ticket, il y a même plus de demandes que d’offres. Et même pendant la basse saison, septembre-octobre-novembre, l’agence a parfois du mal à trouver des billets pour certaines destinations comme Nosy Be.
« Pendant les grandes vacances, il y avait beaucoup de demandes. On a eu du mal à trouver des billets pour certaines destinations touristiques. Et même maintenant, il n’est toujours pas aisé de trouver des tickets pour Nosy Be par exemple. Des touristes ont déjà fait leur réservation trois à quatre mois à l’avance », rapporte-t- elle.

Luxe

Outre les sites balnéaires, c’est l’axe Sud qui attire le plus les touristes. Après, ils choisissent, en général, un site balnéaire qui est Sainte Marie ou Nosy Be. Nirina Rasoanaivo, superviseur auprès de l’agence de voyage Henri Fraise, Anosy, explique que les touristes commencent justement à se rendre compte des atouts de la Grande île. « À Madagascar ils peuvent tout trouver : l’ambiance du désert, la plage, la faune et la flore. Ainsi quand ils viennent, ils choisissent d’abord l’axe Sud où ils voyagent en voiture. Après ils reviennent à Antananarivo en avion et prennent la destination d’un site balnéaire. S’ils n’ont pas visité un parc dans le Sud, certains vont, ensuite, dans un endroit tel que Andasibe avant de rentrer », précise ce responsable. Avec dix mois d’activités, cette agence a déjà doublé ses recettes en 12 mois d’activités en 2010.
Malgré cette reprise, la destination Madagascar reste non accessible à tout le monde. Selon l’explication des agences de voyages, elle est très chère. La Grande Île est ainsi une destination de luxe et ce à cause du taux élevé des taxes. « Outre la flambée du prix de pétrole qui contribue à la cherté de la destination, le montant des taxes représente presque la moitié du prix du billet. Le coût moyen de la destination Madagascar est ainsi dans les environs de Ar 2.000.000 si elle est presque la moitié hors taxe », explique Franc Andria­mihaja, directeur commercial du GSA Corsair.
Judicaëlle Saraléa
Lundi 12 decembre 2011



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?   Aujourd'hui à 4:56

Revenir en haut Aller en bas
 
200 000 à 255 000 touristes en 2011 ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tourisme au Mexique : record battu en 2011
» Les Seychelles ont la côte auprès des touristes français .
» fin été 2010 ou début printemps 2011 ? :)
» [N2F] Sanflo-Murat HB, saison 2010/2011
» Une chienne meurt en sauvant deux touristes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MADALAND :: *******SEJOURS ET VOYAGES******* :: Pour ceux qui veulent y aller-
Sauter vers: