MADALAND


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Sept 2011 - Tourisme: Le besoin d’une nouvelle stratégie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Sept 2011 - Tourisme: Le besoin d’une nouvelle stratégie    Ven 30 Sep - 19:32

dans la Gazette du 30 septembre 2011

source : http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=15941:retombees-du-tourisme-le-besoin-dune-nouvelle-strategie&catid=45:newsflash&Itemid=58


Citation :
Retombées du tourisme: Le besoin d’une nouvelle stratégie
Vendredi, 30 Septembre 2011 05:38
La moitié des recettes d’entrée dans les parcs nationaux est affectée aux riverains de ces aires protégées. Mais apparemment, ces retombées ne répondent pas correctement aux besoins de ces populations. La preuve en est que dernièrement, la célébration de la journée mondiale du tourisme à Ranohira a été peu courue par la population locale. Le massif ruiniforme de l’Isalo intégré dans la commune de Ranohira est toutefois le premier site touristique le plus visité dans le pays. En fait, les investissements financés par la part de recettes touristiques de la commune ont souvent tourné dans la mise en place d’infrastructures publiques comme l’école, le centre de santé… Ce qui veut dire que dans la plupart des cas, l’investissement est affecté dans des besoins sociaux. La production économique n’est guère concernée et ce problème n’affecte pas seulement Ranohira. D’autres communes et villages riverains des aires protégées privilégient les investissements sociaux et délaissent les besoins économiques. En fait, le manque ou l’insuffisance du dialogue entre les dirigeants locaux et la population aboutit à cette distorsion entre les besoins réels de cette dernière et les investissements réalisés.
Or, si les investissements sociaux sont importants, ceux pour la production économique ne doivent pas être négligés. Si la production économique via des solutions alternatives à la déforestation et aux trafics de ressources naturelles s’améliore, les problèmes sociaux et environnementaux seront résolus par la même occasion. Autrement dit, la gestion des ressources financières affectées aux communautés riveraines des aires protégées a besoin d’être améliorée ou de faire l’objet d’une nouvelle stratégie. Celle-ci devrait répondre aux soucis de conservation de la biodiversité, aux besoins des riverains des aires protégées et au financement durable de celles-ci. Selon une étude réalisée au début des années 2000 par l’Agence française de développement et la Banque mondiale, 1 hectare d’aire protégée devrait apporter en moyenne 10 dollars par an de bénéfices nets. Sur ces 10 dollars, 3 dollars sont pour la conservation de la biodiversité, 4 dollars pour l’industrie de l’écotourisme et 3 dollars pour la protection des bassins versants.

Particulièrement pour l’écotourisme, une hypothèse d’augmentation des visites des parcs nationaux de 5% par an sur 15 ans donne un bénéfice net de l’écotourisme de 8 dollars par hectare et par an. Ce secteur est appelé à se développer car c’était seulement pendant le 1er semestre 2009, période empreinte de violences politiques, que le tourisme a reculé. Les arrivées ont repris assez rapidement. Comme quoi, le secteur incluant l’écotourisme devrait avoir des retombées plus importantes, lesquelles devraient aussi profiter pleinement aux riverains des aires protégées. C’est nécessaire voire indispensable car c’est inadmissible de voir, par exemple, évoluer dans la pauvreté le village d’Evatraha près de Fort-Dauphin, alors qu’il compte des belles plages fréquentées par les touristes.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Sept 2011 - Tourisme: Le besoin d’une nouvelle stratégie    Sam 12 Nov - 1:58

11/11/2011

dans le Courrier : http://votemfm.com/mg/index.php?option=com_content&view=article&id=20902:tourisme--le-compte-satellite-bientot-operationnel&catid=34:politique&Itemid=60

Citation :
Tourisme : Le compte satellite bientôt opérationnel Écrit par Sitani Le compte satellite de Madagascar sera bientôt opérationnel, confie Riana Andriamandavy, vice-président de l’OMT. Un compte coûteux et inaccessible au pays sans le financement de l’OMT. Il s’agit d’une sorte de tableau de bord, avec des données chiffrées et les statistiques sur le secteur tourisme général de Madagascar. Une veine offerte sur un plateau d’argent qui permettrait de corriger les faiblesses du secteur tourisme malgache. En effet, nous demeurons toujours inconnus des visiteurs internationaux. Le compte est actuellement en cours de validation, à savoir que le compte de démarrage coûte plus de 670 000 euros, pris en charge par l’OMT.

Placé membre du conseil exécutif de l’OMT (Organisation Mondiale du Tourisme) pour quatre ans (2011-2015) et élu au sein du comité pour l’examen des demandes de candidatures à la qualité de membre affilié, Madagascar vient récemment de gagner une nouvelle carte à jouer pour l’avancement et le développement du secteur tourisme à Madagascar. Notre pays a été représenté par Riana Andriamandavy qui n’a pas manqué de se démarquer lors de la dix-neuvième session de l’assemblée générale de l’OMT qui s’est tenu à Gyongju ; place nominative de vice-président qui lui permettra de veiller au bien être du secteur tourisme à Madagascar. Optimiste et prêt à participer activement aux sessions à venir et aux activités du programme de travail de l’OMT, Riana Andriamandavy lutte pour les intérêts de la Grande île, tant au niveau des infrastructures que sur les besoins matériels. Intégrer cette branche des Nations unies spécialisée dans le secteur tourisme est une aubaine, confie-t-il. Les programmes de mises en œuvres sont intéressants et profitables, ainsi que les activités et programmes de travail. Pour la promotion technique et matérielle de Madagascar, cette nouvelle place implique également une orientation des investisseurs et consommateurs vers la Grande île. Les formations seront également de mise pour de meilleures prestations et plus d’attractivité. Il s’agit désormais de se battre pour ce qui est profitable et concret, laissant de coter les lames à double tranchant qui risqueraient plus de nous faire couler que de nous sauver la mise, confie Riana Andriamandavy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Sept 2011 - Tourisme: Le besoin d’une nouvelle stratégie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» besoin d'aide! nouvelle maison, nouvelle déco!
» Gabbana, chaton né 8 sept 2011 refuge du mordant
» Articles dans "Atout Chien" Sept. 2011 + 30 Millions d'Amis Oct. 2011
» Championnat d'Europe _ Pays Bas _ Sept.2011
» Suite opération, Casper et blue x huskys ont besoin d'une nouvelle famille! (sarthe)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MADALAND :: *******SEJOURS ET VOYAGES******* :: Pour ceux qui veulent y aller-
Sauter vers: