MADALAND


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Avril 2012 : arrivée de 2 Airbus dans la flotte d'Air Mad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Avril 2012 : arrivée de 2 Airbus dans la flotte d'Air Mad   Jeu 12 Avr - 9:37

12 avril 2012

Dans l'Express : http://www.lexpressmada.com/air-madagascar-madagascar/33590-changement-historique.html

Citation :
Air madagascar
Changement historique
L’avion Airbus A 340-300 sera aux couleurs d’Air Mada­gas­car mais son équipage restera encore français (Photo madaplus)
L'arrivée des deux Airbus dans la flotte d'Air Madagascar marque la rupture d'une longue tradition avec Boeing. Mais le choix soulève toujours des débats.
L'Airbus 340-300 est-il le bon choix pour assurer un avenir meilleur à Air Madagascar ? Les débats ne sont pas encore clos à moins de 24 heures de l'arrivée à Ivato des nouvelles acquisitions de la compagnie de transport aérien national, achetées en vente location chez Air France. De nombreuses critiques pèsent sur ce modèle fabriqué de l'avionneur européen, jugé surtout trop gourmand en kérosène à cause de ses quadriréacteurs. De leur côté, les dirigeants de la compagnie ainsi que les autorités de la Transition, initiateurs de ce projet d'achat, mettent en avant  le côté historique de l’évènement. C'est  la première fois depuis sa création qu'Air Madagascar aura son propre gros porteur, qui lui appartiendra définitivement d'ici six ans. 
« Je me sens particulièrement fier qu'Air Madagascar ait enfin se propre avion, qui ne sera plus loué à une autre compagnie. J'irai personnellement effectuer le vol inaugural de ce nouvel appareil », a déclaré Andry Rajoelina, président de la Transition lors d'une intervention télévisée. 
Deux Airbus A 340 sont prévus rejoindre  la flotte 
Air Madagascar. Le premier arrivera jeudi à Ivato et le deuxième au mois de juin. La compagnie a déjà annoncé qu'elle compte beaucoup sur ces deux nouveaux avions pour augmenter sa capacité en termes de fret et de nombre de sièges offerts. 
Nouvelles dispositions
L'arrivée des Airbus lui permettra également d’intégrer l'alliance skyteam qui permettra à Air Madagascar de partager des codes avec Air France, c'est-à-dire de vendre des sièges à la compagnie française. Par ailleurs, techniquement, l'Airbus 340-300  est jugé apte à atterrir et à décoller à Nosy be. Ce facteur a également joué dans le choix du modèle européen. 
De l'autre côté, l'A 340-300 souffre de nombreuses critiques par rapport surtout à son concurrent direct, le Boeing 777, l'autre choix possible qui a fait hésiter longuement la partie malgache. La marque américaine est meilleure sur plusieurs points. D'abord, en termes de ventes car sur 377 A 340 vendus en 20 ans chez 48 compagnies, il y a 1295 triples 7 achetés par 64 compagnies. Pour deux appareils de même capacité, la consommation en carburant du premier a pesé lourd sur le choix des transporteurs aériens. A la fin de l'année 2011, face à ces constats, Airbus a décidé de mettre fin à la construction de l'A 340, même si le service après vente est encore maintenu pour 30 ans. 
« Nous avons accepté la réalité. Nous n'avions plus vendu d'Airbus depuis près de deux ans », déclare Hans Peter Ring, directeur financier d'Airbus, cité par le Monde. 
Ajouté à cela, il y a une restructuration nécessaire pour accueillir ce nouveau type d'appareil dans la flotte d'Air Madagascar : formation des membres d'équipage, réorganisation du département maintenance et industriel ainsi que toute la chaîne logistique sont autant de changements qui ont certainement des coûts. 

Mahefa Rakotomalala
Mercredi 11 avril 2012
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Avril 2012 : arrivée de 2 Airbus dans la flotte d'Air Mad   Jeu 12 Avr - 9:47

12/04/2012

Dans Tribune : http://www.madagascar-tribune.com/Airbus-bien-visible-mais,17336.html

Citation :
Airbus bien visible, mais conditions opaques
jeudi 12 avril 2012, par Patrick A.
Le premier des deux Airbus qui vont intégrer la flotte d’Air Madagascar va donc atterrir aujourd’hui à Ivato. Cela va clore le feuilleton à rebondissements émaillé de fuites, de demi-aveux, de démentis et de révélations au sujet de cette opération. La première confirmation officielle avait été donnée par Andry Rajoelina lors de l’émission « Invité du Zoma » il y a quelques semaines. Ce fut d’ailleurs la seule information fiable à ce sujet de sa part, car sur tous les points connexes, le Président de la transition (PT) s’est emmêlé dans des explications qui n’ont convaincu que lui-même. Il a par exemple affirmé qu’Air Madagascar n’aura rien à payer, alors que c’est ce que l’on appelle une vente-location qui permettra à la compagnie nationale d’acquérir l’avion au bout de six ans. Dans ce cas, si ce n’est pas la Compagnie Air Madagascar qui va casquer, qui va payer la facture ? Et quel est le montant du contrat ?

Les journalistes ont posé cette dernière question au Commandant Hugues Ratsiferana, Directeur général d’Air Madagascar lors d’une conférence de presse il y a quelques jours, mais celui-ci s’est bizarrement réfugié derrière la confidentialité du contrat. Alors qu’Andry Rajoelina avait fait de la transparence un de ses chevaux de bataille au sujet de l’achat d’Air Force One number two ou de l’affaire Daewoo, voilà qu’une fois arrivé au pouvoir il s’empresse d’encourager l’opacité des opérations avec l’argent public. Inacceptable, à moins que ces avions ne soient des cadeaux (mais le généreux Khadafi est mort), ou que l’argent public n’est pas concerné par ces achats : il y a peut-être des opérateurs économiques (par exemple dans le domaine du bois de rose) qui aimeraient faire un geste, en échange d’avantages. Avec ce manque de transparence pitoyable de la part de ceux qui ont critiqué Marc Ravalomanana pour les mêmes raisons, il n’est donc pas étonnant que les rumeurs de commissions fleurissent dans les conversations de salon et sur Internet.

Il y a un autre point qui en a amusé beaucoup lors de l’émission « Invité du Zoma citée précédemment. Tout fier d’annoncer l’opération Airbus, et avec sa manie égocentrique de toujours penser que le Soleil est apparu dans l’Univers uniquement quand il est arrivé au pouvoir, Andry Rajoelina a affirmé que pour la première fois de son histoire, Air Madagascar allait posséder son propre avion, car la Compagnie n’avait fait que des locations depuis. C’est ramener l’histoire d’Air Madagascar à une décennie, et oublier qu’elle a fêté dernièrement ses cinquante ans d’existence. Ceux-ci ont été parsemés de l’achat de nombreux avions qui appartiennent à la Compagnie et dont le nom de baptême ont fait partie de la légende du pays : Boina, Sambirano, Tolom-piavotana, sans oublier les Twin-Otter et l’ATR-42 Victor Tango. Après renseignements pris, les premières locations n’ont eu lieu que vers la fin des années 90, avec les B767 et les B737-300 ; par contre les deux ATR72 acquis du temps de Lufthansa sont également en finance lease, et appartiendront à terme à la Compagnie.

Mais cela ne gêne pas Monsieur Cémoikikaféça de s’enorgueillir de déflorer une porte qui est ouverte depuis longtemps. On imagine avec amusement la joie enfantine des adolescents attardés du régime lors de l’arrivée de ces avions, qui vont contribuer à la propension au paraître des dirigeants pour tenter de cacher leur manque d’être. On se souvient par exemple que, toujours lors de la fameuse et récente interview d’Andry Rajoelina par Onitiana Realy, le Grand Hâtif s’est gargarisé de la construction d’hôpitaux modernes grâce à lui (xie xie pourrait-il dire aux gens de Wisco), alors que le matin même, nos confrères de Les nouvelles révélaient sur leur page une que l’Hôpital militaire (Homi) de Soavinandriana était en risque de situation de cessation de paiement à cause des … arriérés de l’État. Il est vrai qu’honorer les factures de l’Homi ou financer la nécessaire réfection des hôpitaux existants est moins valorisant pour l’ego que l’inauguration d’un hôpital flambant neuf, avec son nom inscrit sur une plaque de marbre dans le hall d’entrée. Même si on sait que cet hôpital risque de fonctionner cahin-caha après, comme plusieurs akanin-jaza (crèches) inaugurées en grandes pompes du temps de Céline Ratsiraka, et vides quelques jours après, si ce n’est le lendemain. Alors de là à garantir que l’achat de ces Airbus est ce qui va convenir à Air Madagascar sur le long terme, il y a un pas que je ne franchirai pas… Par contre, comme le mentionne avec pertinence le forumiste Rakotoson sur le blog Fijery, Andry Rajoelina aurait dû carrément faire acheter un Concorde : cela aurait été bien meilleur pour son prestige vis à vis de la plèbe et de ses griots.

N’ayant aucune compétence dans le domaine du transport aérien, je ne me hasarderai pas à juger le choix des Airbus sur le plan des performances techniques. Toutefois, en tant que client de temps en temps, je constate que les B767 d’Air Madagascar étaient vieillots et désuets, alors que les Airbus d’Air France ou d’Air Mauritius sont beaucoup plus confortables et attirants pour le passager, avec en particulier leurs écrans individuels et leurs fonctionnalités. Ainsi, du point de vue du client, l’A340 pourrait être un bon choix par rapport aux B767 utilisés. Par contre, je me demande si la situation actuelle de la Compagnie malgache lui permet de financer les coûts induits de la reconversion des équipages, des techniciens de maintenance et des outillages nécessaires depuis un système orienté Boeing vers un système Airbus, avec la culture qui va avec. Si déjà elle n’arrivait pas à entretenir correctement les B767, avec les résultats que l’on sait, comment va-t-elle faire avec des avions qu’elle va apprendre à apprivoiser ?

On se souvient des tirs à boulets rouges au nom de la souveraineté nationale sur la Place du 13 mai (et même au Palais de Mahazoarivo lors de cette séance d’ampamoaka organisée par Monja Roindefo) contre le régime Ravalomanana. Celui-ci, parait-il, accordait trop de latitude aux étrangers en attribuant notamment la gestion de deux sociétés nationales (Air Madagascar et la Jirama) à des entreprises allemandes. Aujourd’hui, on ne peut que ricaner en voyant avec quelle frénésie le régime hâtif a finalement marché sur les pas de la vazafication, mais avec l’intelligence (ou la lâcheté) de l’hypocrisie qui tente de bien cacher les choses [1]. Avec un système de code-share (partage de sièges) à parts égales avec Air France ; des avions immatriculés en France (mais travestis sous des couleurs malgaches pour donner bonne conscience aux francophiles de tout poil et humecter l’ego hâtif) ; des équipages français pour (parait-il) garantir l’accès à l’espace aérien européen perdu en avril 2011 avec la mise à l’index des deux B767 [2]… Tout ceci préparé en sous-main depuis des mois par un agent d’Air France Consulting (AFC) qui trainait ses guêtres du côté de la direction industrielle d’Air Madagascar à Ivato. Avec ce genre de poulain pour préparer le terrain et orienter les choix, AFC a misé sur le bon cheval, et Air Madagascar finalement a un avenir fortement dépendant du giron teinté bleu-blanc-rouge. Belle revanche pour ceux qui avaient milité pour une coopération étroite avec Air France en 2002, mais qui avaient été écartés au dernier moment par le choix de Marc Ravalomanana en faveur de Lufthansa Consulting. À la veille de son départ définitif de la Grande Ile, l’Ambassadeur Chataîgnier a maintenant un motif supplémentaire de satisfaction concernant la bonne santé des intérêts français. Ho an’ny tanindrazany… Car finalement, c’est une bonne affaire pour Air France, qui peut se délester de deux avions (le second est prévu en juin 2012) en perte de valeur sur le marché, et qui n’aura pas à les envoyer à la casse.

Ceci étant dit, ce n’est pas nécessairement l’arrivée de cet Airbus qui va résoudre les facteurs structurels d’Air Madagascar, dont les récents problèmes avaient été anticipés sur ces colonnes dès avril 2009. De l’avis de tous les observateurs objectifs de la Compagnie, celle-ci a d’abord des problèmes internes de cohésion du personnel, ce qui nuit à la qualité de ses services. À titre d’exemple, la presse a encore été inondée ces derniers jours de mails écrits manifestement par des agents de la Compagnie peu satisfaits par les acquisitions d’Airbus. Ces individus au courage caractéristique des lâches qui ne sont braves que dans les lettres anonymes, se sont crus intéressants en engageant une campagne sur Internet avec une longue liste de griefs contre les dirigeants de la Compagnie, mêlant dans un même sac des critiques contre la Direction générale et le Conseil d’administration, des tora-po, des pseudo-révélations, des insinuations de promotion-canapé et des ragots de bas étage. Cette pratique méprisable de lettres anonymes révèle de la part de certains membres du personnel, non seulement une mentalité extrêmement basse, mais également une incapacité à comprendre que leur pratique de déstabilisation continue de leur propre entreprise risque de les entraîner dans le gouffre. Cela est dommage, car le passage sur la liste noire européenne des deux B767 d’Air Madagascar aurait dû être un électrochoc qui aurait dû permettre de ressouder le personnel. Avec cette incapacité chronique du personnel de la Compagnie à se remettre en question et à travailler de concert et de façon solidaire vers un objectif commun, faire venir un Airbus, un Tupolev ou un DC3 risque de ne pas changer grand-chose, ni à la situation, ni à la perception des touristes au sujet d’Air Madagascar.

Notes
[1] La vazafication hâtive avait même pris des détours cocasses et ridicules, comme le bwana Rabier déniché de derrière les fagots par le Ministre des sports de l’époque, avec ensuite des résultats calamiteux. Ce personnage, payé par le régime hâtif à prix faramineux (dans le contexte malgache) pour entrainer les Barea, a eu un rendement à l’image du bilan de ceux qui l’ont recruté : nul. Recrutement curieux de la part de ceux qui critiquaient Ravalomanana pour des Allemands à Air Madagascar et Lufthansa, un Mauricien à l’EDBM et des Allemands et Américains dans le collège des conseillers de la Présidence. On verra dans un an si cette initiative hâtive avec les Airbus ne sera pas qu’un bis repetita du recrutement idiot du Dada Rabier (comme l’avait surnommé mon compère Patrick A.).

[2] D’ailleurs je ne comprend pas cet argument. Ce sont nommément les deux avions B767 d’Air Madagascar qui avaient été mis à l’écart par les autorités de l’aviation civile européenne. En quoi le fait d’avoir maintenant des équipages français aux commandes des Airbus va influer dans la résolution du problème ? À moins qu’Air France n’ait réussi à imposer une vazafication à outrance, et que le contrat (dont les clauses sont donc confidentielles) n’impose que même jusqu’à la marque du papier utilisé dans les toilettes doit être made in France. Pour pouvoir continuer à bénéficier du soutien des bwana dans le parcours du combattant vers la reconnaissance internationale, la clique hâtive est bien capable d’accepter n’importe quelle condition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Avril 2012 : arrivée de 2 Airbus dans la flotte d'Air Mad   Ven 13 Avr - 10:53

vendredi 13 avril 2012

Dans l'Express : http://www.lexpressmada.com/transport-aerien-madagascar/33653-air-madagascar-defend-le-choix-du-a340-300.html

Citation :
Transport aérien
Air Madagascar défend le choix du A340-300





La compagnie aérienne nationale attend beaucoup de ses nouvelles acquisitions (Photo Judicaëlle Saraléa)
Le nouvel avion de la compagnie aérienne malgache a atterri à Ivato, hier. Air Madagascar mise beaucoup sur cet appareil pour son redressement.


Air Mada­gascar prend son envol. Baptisé « Elatra » ou « aile », Mada­gascar espère redonner son image d'antan à sa compagnie aérienne à
travers l'exploitation de son A 340. Sorti d'une révision générale et relooké en rouge blanc et vert, l'avion a atterri sur le sol malgache, hier, à
7h 55 précise soit exactement à l'heure prévue. Avec la performance de son moteur et la qualité de l'intérieur, la classe affaire et premium sont aménagées à la dernière tendance, Air Mada­gascar considère son nouveau joujou comme étant « le bon appareil pour la bonne compagnie ». « Nous avons mené des études minutieuses avant d'acquérir ces deux Airbus de Air France (un autre est prévu arrivé le 26 juin). Ces appareils correspondent exactement aux besoins actuels de Air Madagas­car », indique Hugues Ratsi­ferana, directeur général de la compagnie aérienne malgache.
Un avis partagé par Andry Rajoelina, président de la Haute autorité de la transition. « Nombreux sont ceux qui ont déjà pronostiqué la fin de Air Mada­gascar. Mais après sa prise en main, elle s'envolera à nouveau très haut avec son nouvel « Elatra », avance t-il, hier à Ivato, après avoir gouté au grand confort de la classe affaire de l'appareil pendant le vol inaugural Paris-Tana. Les parties concernées semblent ainsi être en osmose quant à l'intérêt de cet appareil. Et selon les révélations de Air Madagscar, l'offre de Air France est celle qui a été la plus attrayante comparée à celles qui ont été reçues par la compagnie. Elle dément ainsi tout dessous politique sur le choix de cette compagnie française et de Airbus.
« Sur le marché de l'avion, un appareil comme ce A 340 doit couter entre 28 millions et 31 millions de dollars. Je ne peux pas donner le chiffre exact à cause du contrat, mais je peux affirmer que le nôtre est largement moins cher. D'autant plus que si notre paiement mensuel pour cet avion varie entre 350 000 et 400 000 dollars, pour un Boeing 777, son équivalent, nous aurions dû payer entre 600.000 et 700.000 dollars par mois », révèle Hugues Ratsiferana. Quant à la question de rentabilité, « en termes de coût et de capacité, il n'y a pas mieux que le A 340. Non seulement l'avion et le coût de voyage sont moins chers comparé à ceux du B 767, utilisé avant par Air Madagascar, mais elle consomme également moins de carburant », rassure Aude Lebas, responsable de la relation avec les médias, lors de la visite de Airbus à Toulouse, mardi.
L’âge ne compte pas
Pour ce qui est de l'âge des avions, elle soutient que cela n'a pas d'importance,
« l'essentiel c'est la maintenance ». Cette question de maintenance est ainsi plus que capital pour la rentabilité de la compagnie. « Le coût de non qualité peut causer la fin d'une compagnie aérienne. C'est pourquoi les ressources humaines doivent périodiquement être formées. La compagnie est financée par le marché et actuellement nous exploitons l'achat de qualité avec la classe affaire et premium. Mais il est aussi essentiel de maitriser le cout de la maintenance, sinon l'avion n'est pas rentable », explique toujours le premier responsable de Air Mada­gascar.

Plus de visibilité
Eric Kohler, à la fois président de l'Office nationale du tourisme à Madagascar (ONTM) et administrateur de Air Madagascar, indique que la possession, la vue de la couleur de Air Madagascar à l'aéroport Charles de Gaulle redonneront à nouveau plus de visibilité à la Grande Île. Selon son explication, l'image de la compagnie aérienne joue beaucoup sur la destination, elle-même.

Biqualification
Douze pilotes et 23 co-pilotes de Air Madagascar vont venir en France pour suivre une formation. Ils vont ainsi bénéficier d'une biqualification, à savoir pour le Boeing et pour le Airbus. Pour l'heure, les membres de l'équipage du A 340 est essentiellement formé par ceux de France. Pour le vol inaugural, il n'y avait ainsi que deux hôtesses et un steward qui sont des malgaches. D'après les explications reçues, tant que Air Madagascar se trouve dans la liste B de la commission européenne, il en sera toujours ainsi. À moins que la compagnie réussisse à persuader la commission européenne de confier la commande à des Malgaches avant la levée de la sanction elle-même.Judicaëlle Saraléa
Vendredi 13 avril 2012

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur


Masculin Nombre de messages : 5875
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Avril 2012 : arrivée de 2 Airbus dans la flotte d'Air Mad   Dim 10 Juin - 10:17

09/06/2012

Citation :
Home > Actualité > Air Madagascar : pas de direct Noisy Be / Paris avec l’A340

Air Madagascar : pas de direct Noisy Be / Paris avec l’A340
Publié le 9 juin 2012 à 15h00 par Isabelle Blanco dans Actualité - 1 commentaire
Le nouvel appareil choisi par la compagnie aérienne malgache l’empêche de reprendre ses vols directs entre Noisy Be et Paris, l’obligeant à faire une escale à Antananarivo.

Comme pour le Boeing 777 qu’elle louait à euroAtlantic Airways jusqu’en avril, le nouvel Airbus A340 acquis par Air Madagascar ne peut atterrir à Noisy Be. En effet, les infrastructures de l’aéroport de Fascene ne sont pas adaptées au gros porteur.

Seul moyen donc pour rejoindre la petite île du nord-ouest : faire escale dans la capitale malgache afin de grimper dans un ATR 42-500 pour un peu plus d’une heure et demie de vol. Mais vu l’arrivée tardive de certains vols en provenance de Paris, l’escale à Antananarivo dure plus de dix heures de nuit certains jours.

Pour rappel, suite à l’inscription de ses deux Boeing 767 sur la liste noire européenne l’année dernière, Air Madagascar a dû recourir pendant un an à l’affrètement d’avions auprès d’autres transporteurs (Air Italy, Air Austral et EuroAtlantic), avant de conclure un contrat de crédit-bail avec Air France pour deux Airbus A340. Un choix décrié par nombre de Malgaches, la compagnie n’ayant jamais opéré que des Boeing.

source : http://www.air-journal.fr/2012-06-09-air-madagascar-pas-de-direct-noisy-be-paris-avec-la340-550472.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Avril 2012 : arrivée de 2 Airbus dans la flotte d'Air Mad   Aujourd'hui à 11:56

Revenir en haut Aller en bas
 
Avril 2012 : arrivée de 2 Airbus dans la flotte d'Air Mad
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Martinets sont arrivés en Alsace 29 avril 2012
» Vos observations du mercredi 18 avril 2012
» Présentation (départ le 28 avril 2012)
» Amsterdam Avril 2012 !
» Sortie à Monthléry le 14 avril 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MADALAND :: *******SEJOURS ET VOYAGES******* :: Pour ceux qui veulent y aller-
Sauter vers: