MADALAND


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Souvenir d'une campagne letchis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Sam 19 Mai - 8:10

dans Tribune du 19 mai 2007 : http://www.madagascar-tribune.com/


Citation :




:: Filière letchis


La traçabilité rend la concurrence rude


La filière letchis fait partie des trois premiers secteurs pourvoyeurs de devises, qui contribuent au développement du pays. Le nombre d’opérateurs dans la filière se multiplie, cependant les exigences en normes sanitaires et phytosanitaires, pourront pénaliser certains exploitants.
Trente deux exportateurs opèrent actuellement dans la filière letchis. Six d’entre eux exportent une quantité supérieure à 1000 tonnes, une vingtaine entre 300 à 1000 tonnes et le reste moins de 300 tonnes. Quelle que soit leur capacité d’exportation, chacun d’entre eux devra respecter les mesures sanitaires pour pouvoir maintenir sa part de marché. Des améliorations sont effectuées au niveau de la normalisation des grands hangars, le traitement de palettes et la propreté des stations. Cependant, des nombreuses actions sont encore à entreprendre en matière de traçabilité dans le cadre de l’Eurep GAP. En 2006, deux sociétés ont adhéré à cette certification. Une initiative qui nécessite un investissement important. Une bonne traçabilité devra se faire depuis le pied de la plante jusqu’à la certification des palettes. Ce qui est réalisable pour de petites exploitations. De plus les conditions de remplissage du bateau, qui doit être rapide, ne permet pas de satisfaire convenablement à ces exigences de traçabilité du moment que la quantité est importante.
La précédente campagne
Selon Freddy Rajaonera, l’idéal serait que le premier bateau soit à quai dix jours avant Noël pour que le produit arrive sur le marché, du 22 au 24 décembre. Mais l’an dernier, le bateau n’a accosté que le 19 décembre. D’où quelques précipitations.
Toujours concernant la dernière campagne, d’autres obstacles ont été rencontrés, dont l’installation au port qui n’a pas été très convenable compte tenu de l’inexistence d’un hangar pour les palettes dans le MOL C du port. Ces remarques ont été soulevées lors de la dernière assemblée générale du Groupement des exportateurs de letchis pour mieux préparer la prochaine campagne.
Un des problèmes partagés par les autres filières d’exportation voire même les importations est la hausse vertigineuse du fret due au transit obligatoire à Maurice, du fait que les grands bateaux ne peuvent accoster au port de Toamasina.
À cela s’ajoute le retard causé par l’adoption du nouveau système Gasy.Net. Un système intermédiaire aurait du être mis en place, a déclaré un opérateur.




.: Imprimer

19/05/07 - Lanto
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Mar 19 Juin - 0:28

A lire dans l'Express du 19 juin 2007
source : http://www.lexpressmada.com/display.php?p=display&id=8577



Exportation


La Banque mondiale soutient les exportateurs de litchis






Une convention de partenariat vient d'être signée entre le Groupement des exportateurs de litchis (Gel) et la Société financière internationale (Sfi), filiale de la Banque mondiale.
Selon le président du Gel, Simon Rakotondrahova, il s'agit d'une initiative visant à appuyer les opérateurs malgaches en vue de la certification Eurep Gap.
L'Eurep Gap est un système de qualité appliqué par quelques pays européens pour l’agriculture. Il est utilisé comme référence par les détaillants.
Il touche un ensemble de pratiques dans toute la chaîne de production. Cette mesure concerne les légumes et les fruits frais, dont le litchi.
La Sfi sera entourée pour cette initiative du Millenium challenge account (Mca) et du Business and market expansion (Bamex). “15 opérateurs seront certifiés pour cette année”, avance le président du Gel.
Le Gel commence déja sa quête de cette certification avec la réhabilitation de quelques stations de souffrage. Notons que trois opérateurs ont reçu leur certification en 2006. L'Allemagne fait actuellement partie des pays européens à exiger cette certification. Ce pays importe 4 000 tonnes de litchis tous les ans.


Doda Andrianantenaina
Date : 19-06-2007
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Mer 22 Aoû - 0:57

çà bouge chez les producteurs d'après l'Express du 22 août 2007


source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=10545

Citation :
Exportation
Le Litchi Action Plan mis en place
Les filières d'exportation sont en pleine réforme. Les opérateurs de la filière litchi se donnent des objectifs pour améliorer l'exploitation de la ressource.


Faly Rasamimanana, président de la plate-forme de concertation de la filière litchi, explique son plan.
La filière litchi se redresse. La Plate-forme de concertation de la filière litchi (PCL) instaure une ligne de conduite pour la restructuration du secteur, avec le Litchi Action Plan (Lap). “L'engagement majeur consiste réorganiser la filière afin de renforcer sa contribution dans la croissance économique du pays”, explique Faly Rasamimanana, président de la PCL, lors d'une rencontre avec la presse à Soanierana.
Comme pour le Madagascar action plan (Map), le Lap se donne des défis qui devront aboutir à une amélioration de l'exploitation et de la commercialisation du litchi. “Il s'agit de redresser l'image du litchi sur le marché mondial afin de mieux le valoriser”, poursuit le président de la Pcl.
Le produit souffre aujourd'hui d'une mauvaise perception de la part des importateurs. “Cette situation a entraîné une baisse du volume exporté, mais surtout une baisse au niveau du prix”, remarque Faly Rasamimanana. Une situation qui est due à l'origine, à une mauvaise gestion de la ressource et au non-respect des règles d'hygiène et de salubrité.
Manque de professionnalisme
“Le litchi de Madagascar est un bon produit, mais il est handicapé par ce manque de professionnalisme”, soutient le président de la PCL. “Il nous faut améliorer notre manière d'exploiter le litchi si nous voulons regagner la confiance des importateurs”, fait-il savoir. “Tous les acteurs devront alors se professionnaliser”, continue-t-il.
La Litchi Action Plan touche d'ailleurs tous les aspects de l'exploitation, depuis la production jusqu'à la commercialisation. Tous les intervenants de la filière sont également sollicités pour mener à bien les défis du Lap. Les exportateurs devront remplir un certain nombre de conditions pour pouvoir opérer dans la saison 2007-2008.

Doda Andrianantenaina
Date : 22-08-2007
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Jeu 15 Nov - 17:25

a lire dans Tribune du 15 11 2007

source : http://www.madagascar-tribune.com/Madagascar-fortement-concurrence,2952.html


Citation :
Exportation de letchis

Madagascar fortement concurrencé par l’Afrique du Sud

jeudi 15 novembre 2007, par Ax’s, Randria N.


Avec 40.000.tonnes de produits, Madagascar est toujours le premier exportateur de letchis au monde. Toutefois, cette place est fortement convoitée par l’Afrique du Sud qui détient le monopole en matière de qualité. Des efforts à l’instigation de la plate-forme de concertation pour la filière letchi et du groupement des exportateurs de letchis ou GEL ont été entrepris pour améliorer la qualité de nos produits pour cette campagne d’exportation 2008 qui débutera le 23 novembre,

Selon M. Simon Rakotondrahova, président du GEL, nous nous acheminons vers une exportation où seuls les professionnels auront leur place. La standardisation, c’est-à-dire, l’établissement d’une norme commune à tous les opérateurs a été de mise depuis 2005, et elle sera renforcée davantage cette année. La rénovation et la mise aux normes des infrastructures ont été également effectuées afin que nos produits ne subissent plus les contrecoups des fluctuations des prix occasionnés par des baisses de qualité comme cela a été le cas lors des précédentes campagnes. Par ailleurs, toujours selon le président du groupement des exportateurs de Letchi, ces mesures ont été prises afin d’intéresser d’autres marchés. En effet, si actuellement, seulement le tiers de la production locale est destiné à l’exportation, l’ouverture vers de nouveaux marchés autres que la France est possible. Ainsi, une plus grande partie des 100.000 tonnes de production annuelle pourraient trouver acquéreur dans un autre pays comme la Grèce, dans le Sud de l’Europe, ou les pays nordiques, et même les Etats-Unis. A ce titre, l’Allemagne a affrété un cargo spécial afin de s’approvisionner directement chez nous. Auparavant, sur les 40.000 tonnes expédiées vers la France, 50% étaient consommées sur place et la France exportait la moitié restante vers d’autres pays européens.

=====================

Le litchi malgache déjà sur le marché européen

Le cargo de la compagnie « Air France » a débarqué en Europe au début de la semaine des primeurs de litchis de la Grande île.

Dimanche, 6 tonnes de ces fruits qualifiés par les Européens de « fruits de Noël » ont été embarqués à l’Aéroport d’Ivato à destination de l’Europe, ce moyen sera utilisé jusqu’au 24 novembre, date d’ouverture officielle de la campagne. Durant cette période, les exportateurs, petits et grands, envisagent d’envoyer par voie aérienne 60 tonnes de litchis, à part les 40.000 tonnes qu’est le quota annuel à expédier par bateau vers la France. Les exportateurs se plaignent toutefois de la cherté des frêts aériens au départ de Madagascar par rapport à ceux des autres pays concurrents. Si Madagascar paye le kg à 2,80 euros soit 7291 Ar, l’Afrique du Sud, La Réunion, Maurice payent par contre le kg à moins d’1 euro. La raison est la subvention étatique. Ce qui est loin d’être le cas pour la Grande île. Malgré tout, Madagascar demeure le premier exportateur de litchis en Europe. Nombre d’exportateurs ont profité de l’occasion pour exporter leurs produits parce que s’ils attendent la période de campagne et qu’ils envoient leurs produits par avion : rallier Madagascar - Marseille prendra 12 à 15 jours. Par contre par avion, la durée n’est que de 3 jours. Pour cette campagne, 3 bateaux embarquant 5 tonnes de litchis chacun à son bord effectueront une première livraison.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Lun 26 Nov - 1:37

la campagne 2007 est ouverte d'après l'Express du 26 11 07

on va se régaler cette année !
source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=13077

Citation :
Récolte
Ouverture de la campagne du litchi à Toamasina
La récolte de litchi a officiellement débuté samedi à Toamasina. L’insuffisance des pluies a influé sur le calibre des fruits, mais on espère pouvoir exporter 22 000 tonnes de litchis cette année.


L’observation des normes d’hygiène, certifiées par l’Union européenne, est un plus pour l’image des produits malgaches à l’exportation.
Toamasina vit au rythme de la campagne du litchi depuis samedi à 18 heures. Embouteillage monstre à l’entrée de la ville sur la RN 5, des longues queues de voitures devant les stations de suffrage, la campagne de litchi a mobilisé des milliers de personnes et constitue l’événement économique de l’année pour toutes les régions Atsinanana et Analanjorofo. Le prix du kilo au niveau des stations a démarré à 700 ariary.
Dès 18 heures samedi, les stations ont commencé à s’animer. Les exportateurs doivent charger le premier bateau conventionnel (réfrigéré) qui accoste déjà au port de la ville et qui doit appareiller dès mardi à destination de Marseille avec 5 000 palettes de litchis, soit près de 4,5 tonnes de litchis à bord.
Quatre autres bateaux d’une capacité de 6 000 à 8 000 tonnes sont déjà en rade pour être chargés dans les semaines qui suivent. Trente-trois exportateurs sont agréés pour participer à l’exportation.
L’insuffisance de la pluviométrie a encore joué un mauvais tour à la campagne du litchi cette année. Le calibre des fruits atteint à peine une moyenne de 28 mm, ce qui n’est pas le plus compétitif sur le marché de l’exportation. Un tri méticuleux a dû être mis en place à la livraison des fruits par les collecteurs. « C’est difficile mais on doit faire avec », déclare Faly Rasamimanana, président de la Plateforme de concertation de la filière litchi (PCL), principale maître d’œuvre de l’organisation de la campagne.
Côté organisation, de nombreux changements ont été observés notamment l’agrément obligatoire pour les collecteurs qui doivent désormais être titulaires d’un contrat avec un exportateur.
Les exigences des normes d’hygiène ont apporté de nombreuses modifications au niveau des stations de soufrage notamment celles certifiées Eurep Gap par l’Union européenne. Il y a, par exemple, les dispositifs pour le lavage des mains, le port d’équipement sanitaire et sécuritaire par le personnel, etc.
« La certification Eurep gap constitue une plus value pour nos produits car c’est une garantie de qualité pour les consommateurs. Elle devra donc contribuer au développement et à la pérennisation de la filière », souligne un responsable de la société Sodiat export.
Près de 22 000 tonnes de litchis, au total, doivent être exportés cette année. Une nette amélioration a été constatée au niveau de l’organisation de la campagne même si les efforts doivent toujours être poursuivis notamment au niveau de l’organisation du transport.

Mahefa Rakotomalala
Date : 26-11-2007
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madaphile
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin Nombre de messages : 253
Age : 74
Localisation : Hautes Alpes
Date d'inscription : 08/11/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Lun 26 Nov - 10:19

Je frémis quand j'en vois depuis deux semaines dans les rayons de Leclerc, absolument pas murs, d'une affreuse couleur caca d'oie, à 13 euros le kg ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Lun 26 Nov - 11:02

Alliance Internationale de Femmes de France et de Madagascar
propose des letchis charnus et juteux


ARRIVAGE DIRECT ET UNIQUE POUR VOTRE NOEL

Passez vos commandes dès maintenant
dernier délai le 10 décembre 2007



25 euros : Le carton de 3 kilos

AIFM bonjour: 06 17 25 48 39

MAIL : aifm@free.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélodie
FONDATRICE
FONDATRICE
avatar

Féminin Nombre de messages : 1845
Age : 37
Localisation : Mon corps en France, Le reste à Mada
Date d'inscription : 03/08/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Lun 26 Nov - 22:19

j'en ai gouté hier à Leclerc et c'était sans plus!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Mar 27 Nov - 22:15

les meilleurs fruits sont en route Mélodie

une info de Tribune de ce jour : http://www.madagascar-tribune.com/Les-primeurs-ont-bien-debute,3191.html

Citation :
Campagne du letchi

Les primeurs ont bien débuté
mardi 27 novembre 2007


Go, à 6h du matin. L’heure du démarrage de la collecte a été respectée, notamment en ce qui concerne la région de l’Est de Madagascar. Un panier de 20 à 23 kg de letchis est cédé à Ar. 5000, voire Ar. 7000. Jusqu’ici,1006 collecteurs ont rempli les conditions requises pour ce faire, à Toamasina, dont 226 sont à la fois collecteurs et planteurs. Ces derniers ont bénéficié de formation, sous financement du « Millenium Challenge Account ». D’autre part, 34 opérateurs exportateurs peuvent s’adonner à leur travail, 8 d’entre eux ont reçu la primeur d’envoyer leurs cargaisons par voie aérienne, soit quelque 140 tonnes de letchis.Dès ce jour, mardi, le premier bateau partira avec 7000 tonnes de letchis à son bord. Cinq bateaux ont reçu l’aval de la plate-forme pour l’exportation, ayant chacun à son bord en moyenne 6000 tonnes à 9000 tonnes. De ce côté-là, le letchi est pris entre Ar. 700 et Ar.1200 le kilo, selon la qualité et la grosseur du fruit.Selon les estimations sur place, la production n’a pas été assez bonne, par manque de pluie, cette saison. De toutes les façons, EuroepGap veille au respect des normes internationales, en particulier en ce qui concerne les exportations vers l’Europe, comme l’Allemagne, la Suisse …

Recueilli par Volana R.



Et sans oublier les petits soucis

Citation :
Exportateurs de litchis

Handicapés par le délestage
jeudi 22 novembre 2007, par Alphonse M.


Les exportateurs de litchis sont désormais dans l’expectative. Faute d’énergie, la campagne 2008 qui débutera ce samedi à 18 heures, risque de sombrer de nouveau. Une véritable menace pèse sur cette filière. Depuis quelques mois, la ville de Toamasina où se trouve le seul port d’embarquement, est frappée par un délestage tournant. De 17 à 21 heures, le Grand port de l’Est est victime de coupure de courant . Or, les exportateurs de litchis travaillent sans relâche (24 heures sur 24) pendant 10 jours. Outre la question sécuritaire, les opérateurs œuvrant dans la filière litchis ont besoin d’énergie pour le traitement des produits avant l’embarcation sans oublier l’éclairage. Devant ce danger imminent, les opérateurs ont déjà alerté la Jirama depuis presque une année, mais force est de constater que la situation reste inchangée. Aucune amélioration n’a été constatée. Hier, lors de son intervention à l’Assemblée nationale, le député de Fénérive-Est et non moins ancien ministre des Postes et Télécommunication, Mahazaka Clermont, a également attiré l’attention de l’exécutif sur le danger qui menace cette filière. En clair, à quelques jours du début de la campagne, la région produtrice de litchis risque d’être complètement coupée du port de Toamasina. La route menant vers le nord de la province de Toamasina sera coupée au PK 35, selon cet élu, dans les prochains jours.

Ar.14 milliards en jeu

La capitale Betsimisaraka connaîtra dès demain une ambiance particulière. Plusieurs dizaines de voitures en provenance d’Antananarivo, des collecteurs... débarqueront à Toamasina. Selon la prévision, 20 000 tonnes de litchis seront exportés cette année et 31 sociétés remplissant les conditions requises sont autorisées à œuvrer dans cette filière. Durant cette campagne, près de 14 milliards d’ariary seront générés par cette filière, d’après les spécialistes. Mais, tout sera torpillé par l’insuffisance voire le manque d’énergie fournie par la Jirama. Aucune solution n’est en vue, pour l’instant. A Tsimbazaza, le ministre responsable s’est contenté d’annoncer que le nouveau groupe électrogène ne sera opérationnel qu’au mois de janvier prochain. A ce rythme, on craint une perte sèche de plusieurs milliards d’ariary, non seulement pour les opérateurs, mais aussi pour les paysans et les transporteurs ainsi que l’Etat. Le délestage continue de faire des victimes...


source : http://www.madagascar-tribune.com/Handicapes-par-le-delestage,3103.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Mer 28 Nov - 7:45

c'est la grogne depuis hier et d'après une info de l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=13154

Citation :
Exportation
Grogne des collecteurs de litchis


Les collecteurs se plaignent du prix trop bas auquel les exportateurs achètent le litchi. Certains ont même décidé de plier bagage dès la quatrième journée.


Le calibre des litchis a été affecté par le retard de la pluie cette année.
Les collecteurs de litchis haussent le ton. Le prix auquel le kilo du produit est acheté par certains exportateurs a chuté jusqu'à 500 ariary lundi, après avoir démarré à 700 ariary et atteint 1200 ariary à la troisième journée. Un prix que les collecteurs jugent dérisoire par rapport à la recherche de qualité qui leur est demandée.
D'après Lala Rivojaona, président national du collège des collecteurs, certains collecteurs ont déjà décidé de se retirer de la campagne. «Cette situation pénalise les quelques 3000 collecteurs recensés dans les régions Atsinanana et Analanjirofo. Les mesures qui nous sont imposées entraînent des charges importantes. Il faut que chaque partie assume sa part de responsabilité, si on veut développer cette filière», déclare-t-il.
Selon Faly Rasamimanana, président de la Plateforme de concertation de la filière litchi, la mauvaise qualité des produits est à l'origine de cette chute du prix du litchi, malgré une production abondante. «Les exportateurs sont obligés d'être prudents, par rapport au prix à l'exportation», explique-t-il.
Les producteurs sont les plus touchés par ce mauvaix prix du litchi. D'après Lala Rivojaona, si le collecteur doit vendre à 500 ariary, il doit acheter au niveau des producteurs autour de 200 ariary. «Il faut encore ajouter à cela le coût du transport qui a sérieusement augmenté cette année. A titre d'information, la location d'une 404 bachée qui n'a qu'une capacité de 900 kilos est à 240 000 ariary», argumente-t-il.
D'après Faly Rasamimanana, le prix du litchi a commencé à grimper à 700 ariary depuis hier. «Moi-même, j'ai acheté à 700 ariary», affirme-t-il.
Trois bateaux réfrigérés conventionnels ont quitté le port de Toamasina jusqu'à mercredi. Ils ont une capacité totale de 14 000 palettes.

Mahefa Rakotomalala
Date : 28-11-2007
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Lun 7 Jan - 19:28

premier bilan de la campagne letchis par Clicanoo , le journal de la Réunion

source : http://www.clicanoo.com/index.php?id_article=172691&page=article


Citation :
Océan Indien
Madagascar : Le letchi a un goût amer
CLICANOO.COM | Publié le 7 janvier 2008
Alors qu’à La Réunion la saison des letchis bat toujours sont plein, dans la région Sud Est de Madagascar les tout derniers ont été dégustés fin décembre. La récolte n’a pas eu le succès escompté et les producteurs sont déçus.
1 réaction de lecteurs

Le garab doit peser 20 kg et pour le vendre, Sohali doit faire cinq kilomètres à pied depuis son village jusqu’à celui de Lokomby. Ce panier, fait en arbre du voyageur, la jeune femme de 29 ans le porte sur la tête. C’est lourd, mais Sohali espère bien gagner 4 000 Ariary (environ 1,50 euro) en vendant ses letchis sur le marché. Ici, le kilo se vend 1 000 Ariary, soit 0,40 euros. Ce n‘est pas grand-chose mais avec 1 000 Ariary, on peut faire manger trois personnes à la maison. La récolte ayant débuté en novembre, les arbres ont déjà presque tous perdu leur parure flamboyante. Dans la région de Manakara, la saison est non seulement très précoce mais aussi très courte. Dans le petit village d’Ambohistsara, situé à cinq kilomètres au nord de Lokomby, la récolte du letchi exige la participation de tout le village. Les jeunes hommes sont grimpeurs et peuvent monter jusqu’à 20 mètres pour récolter le précieux fruit rouge. Tout cela sans aucune protection. “Cette année, il n’y a pas encore eu d’accident”, précise Lody, 18 ans, qui participe depuis quatre ans à la récolte en tant que grimpeur. “Moi, je n’ai pas peur et puis j’aime grimper car on goutte les fruits avant tout le monde !”, ajoute le jeune homme avec un grand sourire. Quand ils montent, les grimpeurs sont munis d’un gony relié à un fil pour le redescendre, une fois les fruits récoltés. Quelques mètres plus bas, les femmes attendent que les hommes fassent tomber les litchis pour en remplir les garabs. Les paniers sont ensuite emportés sur leur tête vers le marché le plus proche ou bien jusqu’au camion du collecteur. À Ambohistsara, l’ambiance est au rendez-vous. On rigole, on chante et surtout on n‘oublie pas de goutter les letchis, car la récolte est surtout l’occasion de réunir tout le village. Cette année en plus, les fruits sont arrivés en quantité : 20 à 30 garabs ont été remplis quotidiennement. Pourtant, la satisfaction n’est pas au rendez-vous.

DÉCEPTION

“Je suis déçue, lance Féline Razafinadrasoa, la responsable de la récolte de letchis à Ambohitsara. Avant, il y avait cinq voitures qui venaient collecter nos fruits pour l’exportation et cette année, il n‘y en a eu qu’une”. Elle appuie ses dires en montrant du doigt les letchis en train de pourrir sur les arbres faute d’acheteurs. Germain Botomily fait le même constat : “J‘ai trente pieds de letchis mais cette année, il n’y a pas eu d’acheteur. Je n’ai pu vendre que la moitié de ma récolte. C’est la faute de l’association”. Cette dernière n’est autre que la coopérative de Lokomby : la Kolohareina qui fédère 118 associations de petits producteurs de fruits, légumes et épices. Elle collabore depuis 2005 avec une société d’exportation basée à Manakara avec qui elle a signé un contrat. Mais pour Claude Rufin, le vice-président national de la Kolohareina à Lokomby, le contrat n‘a pas été respecté en 2007. “Le contrat stipulait que 500 tonnes de letchis seraient collectées auprès des associations paysannes. Mais ils ont fait appel à d’autres collecteurs et n‘ont pris chez nous que 115 tonnes”. Et le vice-président d’ajouter que certains producteurs se sont vus refuser les 2/3 de leurs garabs, sans pouvoir écouler le reste.

DES NORMES DE PLUS EN PLUS STRICTES

“Parfois les collecteurs ne regardaient que le contenu d’un seul garab et si la couleur ne leur plaisait pas, ils refusaient les 20 chargements entiers”, déplore Féline Razafinadrasoa. En fait, la vente pour l’exportation est ce qui rapporte le plus aux petits producteurs. Si les 20 kg de letchis coûtent 1 000 Ariary sur le marché local, ils sont payés le double quand ils sont destinés à l’exportation. Mais aujourd’hui, les normes sont de plus en plus sévères et rares sont les producteurs dont les fruits répondent à ces exigences. “Les exportateurs exigent que le diamètre du fruit n’excède pas les 30 millimètres, souligne Claude Rufin. Leur couleur doit aller du jaune au rouge et le taux de sucre doit être également conforme à l’exigence de l’exportateur. Ici, en brousse, on prend le fruit comme il vient !”. Mais ce n’est pas tout. Pour satisfaire l’exportateur, les letchis doivent également être produits et récoltés dans des conditions sanitaires particulières. En effet, il faut délimiter les parcelles pour empêcher les zébus d’approcher les arbres et équiper chaque parcelle de latrines et de poubelles pour les besoins des ouvriers. Des exigences loin d’être respectées dans cette région de Madagascar où l’on ne comprend pas pourquoi il faut tant de précautions. Du côté de la société d’exportation accusée de n’avoir pas respecté le contrat, on explique : “Nous avons dû faire appel à d’autres collecteurs car la récolte a été retardée en raison des fortes pluies. Les letchis de ces associations paysannes n‘étaient pas mûrs au moment où nous devions envoyer les premiers fruits en Europe”, précise le directeur d’une des deux agences d’exportation de Manakara. Cette année, 700 tonnes des letchis sont parties de Manakara pour être exportées par voie maritime depuis le port de Tamatave. Ce n’est pas beaucoup au regard des quelque 16 200 tonnes récoltées dans la région de Tamatave, mais la région de Manakara manque d’infrastructures portuaires. Même si les fruits sont réputés pour être meilleurs et plus précoces, les exportateurs préfèrent se tourner vers la région de Tamatave où l’on en trouve en quantité et où il est plus facile de les exporter.

CONFITURE OU FRUITS SÉCHÉS

À Noël, quand certains avaient déjà dégusté leurs premiers letchis, d’autres pensaient à la prochaine récolte. Fin 2007, le petit fruit rouge aura eu un goût amer, n’ayant pas rapporté le bénéfice attendu. Mi-décembre, certains arbres étaient encore chargés et l’on ne savait que faire de ces fruits. Les producteurs espèraient encore écouler leur stock sur le marché local. Chaque jour, des camions descendaient de la capitale Antananarivo, pour collecter les letchis et les acheminer dans tout le pays. “Mais ça ne suffira pas, prédisait Claude Rufin. Alors nous essayons de donner aux gens des moyens pour transformer le fruit. Avec lequel nous pouvons faire de la confiture ou bien du litchi séché”. Le projet est envisageable mais il doit encore mûrir.

Zélie Ezzahira



Les grimpeurs peuvent monter jusqu’à 20 m, sans protection pour récolter les letchis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Jeu 6 Mar - 21:56

vendredi 7 mars à la télévision

la folie litchis à Tamatave

A partir de 20h50 sur Thalassa et sur FR3


Citation :
Madagascar : la folie litchis


Un reportage de Régis Michel et Frédéric Tonolli
Une production France 3 Thalassa / Pacifico

A Madagascar, pour la course aux litchis, tous les coups sont permis..
Tamatave est le principal port de Madagascar mais un petit port à l’échelle du monde. Son activité est faible tout au long de l’année. Deux semaines par an, un vent de folie souffle pourtant sur les quais de la capitale de l’Est. Entre fin novembre et début décembre, une poignée de bateaux frigorifiques viennent en effet se mettre à quai pour le chargement des litchis.
Madagascar est le premier exportateur de ce fruit très prisé des occidentaux lors des fêtes de fin d’année. La zone de production s’étend tout le long de la côte est de l’île. En quelques jours seulement, il s’agit de récolter, transporter, traiter, conditionner et charger plus de 20000 T de fruits. Ces derniers doivent arriver sur les marchés européens à la veille de Noël, pas avant mais surtout pas plus tard. A Madagascar tous ceux qui en ont les moyens et le courage participent à ce business. Des familles de la capitale, migrent pendant quelques semaines vers Tamatave pour se lancer dans ce commerce simple mais risqué. On s’ improvise collecteur, transporteur ou simple intermédiaire.
Sur les quais c’est une autre course qui est engagée. Elle oppose les groupes d’importateurs européens qui affrètent les navires. Le premier qui arrivera à Marseille l’emportera.

petit extrait : http://www.thalassa.france3.fr/index-fr.php?page=emission
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Langevine974
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Féminin Nombre de messages : 1211
Age : 59
Localisation : Ile de la Réunion
Date d'inscription : 21/11/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Jeu 6 Mar - 22:17

Merci Rakoto, je vais guetter quand l'emission va passer à la Réunion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Langevine.uniterre.com
mélanie.49
VAOVAO
VAOVAO
avatar

Féminin Nombre de messages : 20
Age : 32
Localisation : maine et loire chez mes parents sinon près de st nazaire pour la saison estivale
Date d'inscription : 17/02/2008

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Jeu 6 Mar - 23:10

les litchis c'est délicieux mais faut pas en abuser!!!! le problème c'est quand on est gourmand pour s'arreter! après la journée de rando les pauses s'imposent!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Langevine974
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Féminin Nombre de messages : 1211
Age : 59
Localisation : Ile de la Réunion
Date d'inscription : 21/11/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Ven 7 Mar - 7:52

Ce n'est qu'une fois dans l'année !!!! alors faut en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Langevine.uniterre.com
jipi zanatany
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin Nombre de messages : 770
Age : 68
Localisation : bordeaux leognan
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: jipi   Ven 7 Mar - 12:18

bjr
moi quand je commence je ne sais plus m arreter une fois fin nov dans le train de manakara j en ai tellement mange que je me suis ecorche toutes les levres (il faut dire que pour aller plus vite j arrache au debut la peau avec les dents)
dans le train en arrivant a manakara il y avait parterre dans le wagon au moins 5cm d epuchure de litchis mais j etais pas le seul je vous rassure
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.abm.fr
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Ven 24 Oct - 0:26

la campagne 2008


une info du journal l'Express du 24 octobre 2008

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=21759

Citation :
Exportation
Le litchi malgache recule en Europe
Madagascar ne dispose pas d'un outil efficace pour suivre de près l'évolution des besoins en exportation. La filière litchi peut être victime de cette carence.


La qualité et la grosseur du litchi malgache ne plaident pas en sa faveur.


[/color]«Nos produits sont toujours devancés par la concurrence ». L'ensemble des participants à l'atelier sur la stratégie de promotion des exportations, qui a pris fin hier au Colbert, était unanime sur ce constat.
Les opérateurs de la filière litchi, en particulier, ont pris pour exemple l'arrivée précoce et inattendue des produits sud-africains sur le marché européen. Mais il y en a bien d'autres comme la filière vanille qui n'a pas vu venir la montée en puissance de la vanilline depuis 2004.
Contrer la menace
« Madagascar a exporté du litchi bien avant l'Afrique du Sud, et voilà que ce pays nous dépasse largement aujourd'hui. Le produit malgache a du mal maintenant à percer sur le marché européen où il dominait auparavant », déplore Riana Rasamimanantsoa, expert national au sein du programme Cadre intégré.
La menace sud-africaine a commencé à se préciser depuis la campagne 2006. En 2007, le litchi venu du pays de Mandela est arrivé en Europe presque un mois avant celui de Madagascar. Côté qualité, la différence est également palpable aussi bien sur la couleur que sur le calibre des fruits. Et cette année encore, cette avance devrait se confirmer davantage. « A ce rythme, l'Afrique du Sud risque de faire mal aux produits malgaches dès l'année prochaine. Nous devons trouver une solution pour contrer cette menace », déclare un responsable proche du milieu des exportateurs.
Le cas de la filière litchi n'était qu'un exemple cité durant cet atelier. Mais le même scénario est vécu par l'ensemble de nos filières d'exportation, comme la vanille, mais aussi la crevette et même les produits artisanaux. C'est justement pour y faire face que l'idée d'une cellule de veille a germé.Son rôle principal est de puiser les informations sur l'évolution du marché, les prix et les concurrents.
Au niveau des producteurs, les formations sur les nouvelles technologies et l'accès aux données seront renforcés par la mise en place des Centres régionaux d'incubation d'entreprise (Cerdic) et des Centres régionaux de l'artisanat malgache (Ceram). Quatre filières ont été jugées prioritaires pour bénéficier d'un appui. Il s'agit du tourisme, de l'artisanat, des huiles essentielles et des fruits et légumes.

Lantoniaina Razafindramiadana
Date : 24-10-2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pimprenelle
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Féminin Nombre de messages : 463
Age : 52
Localisation : Dans le Sud !
Date d'inscription : 16/02/2007

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Ven 24 Oct - 13:06

On va encore créer des organismes avec des noms ronflants, qui vont avoir des subventions de partout, avec des techniciens et des "spécialistes" payés à prix d'or...mais qui ne donneront aucune solution concrète aux problèmes...
comme d'hab...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
jipi zanatany
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin Nombre de messages : 770
Age : 68
Localisation : bordeaux leognan
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: jipi   Ven 24 Oct - 13:27

je suis tout a fait du meme avis que toi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.abm.fr
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Jeu 6 Nov - 22:36

dernières nouvelles

Express du 06 11 2008

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=22061
Citation :


Questions à… Simon Rakotondrahova
« Le litchi primeur est déjà exporté »
Cet exportateur précise les préparatifs pour la campagne de litchi.



• Quand la prochaine campagne de litchi
débute-t-elle ?
Dans la zone de Manakara, la campagne a déjà commencé cette semaine, et un premier envoi par avion de litchis primeurs a eu lieu. Pour pouvoir collecter un volume significatif de fruits à maturité, la date d’ouverture de la campagne pour la zone de Brickaville, Vatomandry et Toamasina Sud pourrait se situer entre le 11 et le 14 novembre. Le début des cueillettes dans les zones de Vavatenina, Fénérive-est et Toamasina nord est programmé entre le 20 et le 22 novembre.

• Où en sont les préparatifs auprès du groupement des exportateurs ?
Actuellement, les audits d’agrément des stations de traitement et de conditionnement de litchi de Toamasina sont en cours, ainsi que la formation des collecteurs. La délivrance de l’agrément de stations habilitées à opérer pendant la campagne se fera vers la fin de cette semaine.

• Pouvez-vous évaluer le volume d'exportation
cette année ?
Concernant le volume d’exportation de cette année, l’offre n’arrive pas à suivre la demande si nous parlons de la logistique maritime. En fait, pour cette campagne, les exportateurs souhaiteraient exporter à peu près 800 conteneurs, soit 16 000 palettes, en plus des chargements d’environ 7 200 palettes chacun de deux bateaux conventionnels.

• Serons-nous plus compétitifs face à nos concurrents, notamment l'Afrique du Sud ?
Depuis des années, Madagascar demeure le premier pays exportateur de litchi vers l’Europe en détenant plus de 70% de part de marché. Ces deux dernières années, le litchi de Madagascar a également gagné en qualité par rapport à celui de notre voisin sud-africain. En effet, des efforts ont été déployés par les opérateurs dans ce sens, notamment par la mise aux normes des stations de traitement et de conditionnement en vue de répondre à l’évolution des exigences des marchés.

Propos recueillis par

Lantoniaina Razafindramiadana
Date : 06-11-2008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Mar 19 Mai - 18:43

du nouveau pour la campagne 2009 dans l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=26547

Citation :


Filière litchi

Le label Horeb prêt à l'exportation


La campagne du litchi, qui débutera au mois de novembre, sera placée sous le label Horeb. Les préparatifs commencent déjà.

Grand pas de la filière litchi. Le premier label dénommé Horeb est fin prêt à l'exportation. À plusieurs mois de la campagne, les opérateurs ont débuté les préparatifs dans les deux régions productrices, à savoir Analanjirofo et Atsinanana. Des campagnes de sensibilisation auprès des producteurs sur l'hygiène à propos des fruits, et sur l'entretien des plants de litchi, ont été réalisés auprès des producteurs la semaine dernière. Des films et des marionnettes ont été utilisés comme support pour faire passer le message.
En partenariat avec l'ONG « Jeunesse en mission », le promoteur Faly Export a entrepris la formation de leaders qui vont assurer l'encadrement des paysans. Par ailleurs, un projet de création de latrines a été conclu avec l'ONG Saint-Gabriel. « Ce partenariat consiste en la mise en place de latrines démontables auprès des points de collecte, afin que les fruits à exporter restent sains », explique Charles Albert Raveloson, secrétaire exécutif régional DioranoWash, responsable de l'ONG Saint-Gabriel. Des maisons de santé ont été érigées dans différentes zones pour assurer la santé des producteurs.
Redressement de la filière
Répondant à des critères d'hygiène, d'organisation, de restauration de l'environnement et de biodiversité, le label Horeb a été créé pour redorer le blason de la filière pour mieux faire face à la concurrence. « Depuis deux ans, le litchi malgache est vendu à moitié prix par rapport à celui de l'Afrique du Sud. Non seulement, il est classé comme tout-venant mais est aussi réputé comme ne répondant pas aux normes sanitaires », témoigne Faly Rasamimanana, un exportateur promoteur du label.
« Horeb a été créé pour renverser la situation par le changement de comportement des producteurs, et pour promouvoir la filière », continue-t-il. Dans le cadre du développement de la filière, des calibreurs sont remis aux producteurs par le Projet pour la promotion des revenus ruraux ( PPRR). 20 000 nouvelles plantations sont aussi prévues pour cette année.

Lantoniaina Razafindramiadana
Date : 19-05-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Mer 3 Juin - 19:11

et encore dans l'Express


source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=26887

Citation :
Faly Rasamimanana


« Le litchi a une image positive avec le label »

Cet exportateur de litchis parle du lancement du label Horeb à l'export.

• Quel est le bilan de la dernière campagne de litchi ?
- Au cours des deux dernières années, période très difficile pour le litchi malgache, nous avons exporté 24 000 tonnes. Mais nos produits étaient classés dans la catégorie du tout venant. Les fruits n'étaient pas calibrés et leurs couleurs n’étaient pas identiques. De ce fait, le prix du litchi malgache se trouvait très en-dessous de celui de l'Afrique du Sud, soit 50 centimes au lieu d’un euro le kilo. De plus, 5 à 10% du volume exporté était rejeté.

• Cette année, le litchi placé sous le label Horeb sera mis à l'export pour renverser la situation. Pouvez-vous expliciter ce label ?
- Ce label est le résultat de trois années de réflexion et de maintes stratégies. La structure est basée essentiellement sur des leaders issus des zones cibles. Même ces producteurs-leaders sont formés par une ONG spécialisée en matière de leadership, partenaire de Faly Export , le promoteur depuis quatre ans. 2009 sera une année-butoir pour le label. Son lancement constitue une grande première dans l'histoire du litchi.

• Quelles sont les spécificités du label ?
- Ce label est fondé sur une politique qualité, mise en place par la rédaction d’un manuel de procédures effectué après une analyse des risques, depuis la production jusqu’à la commercialisation. Il est ensuite suivi par des mesures d’accompagnement afin d’accroître les ressources des ménages grâce à d’autres activités, entre autres le tourisme solidaire avec une ONG italienne. Tous les partenaires formateurs ont une vocation unanime, celle d’apporter un changement de comportement pour un développement durable et une activité pérenne. D’où l’aisance de communication, de compréhension et de mise en place de cette politique qualité.

• Quels sont les avantages que l'on peut en tirer ?
- Comme avantage, on peut voir la professionnalisation, la conscientisation, et la responsabilisation de tous les acteurs. De plus, toutes les structures sont en place pour l’accomplissement des objectifs. Il s’agit de donner au consommateur une image positive, nouvelle et sans fraude du produit de Madagascar. Seuls les producteurs convaincus et formés sont sélectionnés pour atteindre l’objectif commun, tout en améliorant leur qualité de vie. Dans la protection de la biodiversité, nous initions diverses actions avec le Programme pour la promotion des revenus ruraux, dont le reboisement et la restruration et la restauration du sol par l’utilisation de compost.

Propos recueillis par

Lantoniaina Razafindramiadana
Date : 03-06-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Mer 16 Sep - 23:53

16 septembre dans l'Express

source : http://www.lexpressmada.com/display.php?p=display&id=29546

Citation :

Filière litchi
Retard probable de la campagne


La campagne de litchi risque de connaître un léger retard cette année. Le froid et l'insuffisance de la pluviométrie a entraîné un décalage de la période de floraison des arbres à litchi dans les zones de production de Toamasina. Du coup, les professionnels pensent déjà que cette situation aura des influences sur l'évolution des fruits. La date d'ouverture de la prochaine campagne risque d'être retardée.
« Il est possible que le litchi soit mûr plus tard cette année et je pense que la campagne ne s'ouvrira que vers la fin du mois de novembre », précise Faly Rasamimanana, directeur géneral de Faly Export.
La date d'ouverture de la campagne de litchi est très stratégique. Elle détermine le moment de l'arrivée du litchi malgache sur le marché européen. D'une manière générale, le bateau met près de trois semaines pour y parvenir, près d'une semaine avant le marché de Noël. Un retard de l'ouverture de la campagne fera la courte échelle à ses concurrents dont l'Afrique du sud. La quantité exportée devra aussi être limitée car le temps d'écoulement en Europe sera plus court.
Mahefa Rakotomalala
Date : 16-09-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Lun 5 Oct - 21:57

dans l'Express du 05 octobre 2009

source : http://www.lexpressmada.com/display.php?p=display&id=30013

Citation :
Filière litchi
La baisse d'exportation contestée
Un projet visant à réduire la quantité de litchis à exporter est en cours d'étude. L'objectif est d'améliorer le prix de ce produit mais les producteurs le contestent.

Régulariser le marché. Certains exportateurs estiment que la baisse de l'offre constitue la seule solution pour améliorer le prix du letchi malgache. Cependant, cette mesure est contestée par des membres du groupement. Une autre alternative doit être envisagée.
« L'idée de baisser la quantité à l'exportation n'est pas partagée unanimement.
La baisse reste donc, pour le moment, au stade de
projet. Nous devons chercher d'autres solutions pour améliorer la commercialisation du letchi malgache », indique Faly Rasamimanana, président du groupement.
Selon les données fournies auprès du groupement des exportateurs de litchis de Madagascar, la demande sur le marché européen s'établit à 850 palettes par jour. Or, l'offre atteint les 28 000 palettes. Les prix sont par conséquent bradés, pouvant descendre jusqu'à 10 centimes d'euro le container. Le prix moyen s'affiche à 40 centimes. Les opérateurs estiment que ce prix devrait être au minimum de 75 centimes à 1 euro.
Miser sur la qualité
Afin de se démarquer dans la rude concurrence, des opérateurs lancent leurs propres iniatives, ayant comme objectif de maintenir la confiance des consommateurs, quant à la qualité. Le label HOREB, basé sur l'hygiène, l'organisation, la restauration de l'environnement et de la
biodiversité, met en place des manuels de qualité pour toute la chaîne, allant de la production au conditionnement. « Ces manuels de qualité sont distribués à tous nos partenaires,
et à tous les niveaux de production », explique le responsable du développement rural auprès de Faly Export, promoteur du projet.
En ce qui concerne les exportations vers les États-Unis, le projet est pour le moment suspendu.

Lantoniaina Razafindramiadana
Date : 05-10-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   Dim 11 Oct - 12:07

dans l'Express du 11 octobre 2009

source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=30153



Citation :
Analanjirofo
Le litchi à Ar 300 le kg auprès des producteurs
Un atelier régional pour la filière litchi a décidé quelques mesures dans l’intérêt des acteurs du secteur. Outre les prix planchers, on veillera à la bonne présentation du produit.

Les producteurs de litchi se rebiffent. «Il n’est plus question de subir des pertes dans la filière litchi. Nous trouverons tous les moyens pour que le prix ne descende pas en-dessous de 300 ariary le kilo », soutient un producteur de Fénérive-Est. « Cette saison nous devrons être solidaires afin de pouvoir parvenir à survivre sans intermédiaire perturbant le marché», précise-t-il. Un atelier dans ce sens a eu pour cadre les locaux du resto Doany de Fénérive-Est la matinée du 7 octobre.
Esprit de solidarité
Lors de cette réunion, le chef de région d’Analanjirofo affirme que l’écoulement des produits sera avant tout bien sécurisé tant sur le plan qualitatif que la conservation des fruits. Le kilo du litchi destiné à l’exportation sera fixé à 800 ariary au minimum.
«La région fournira de caissettes aux collecteurs pour une bonne présentation du produit sur les marchés locaux. Ce principe sera strictement pratiqué dans toute l’étendue d’Analanjirofo et d’Atsinanana. Tout produit emballé autrement fera l’objet d’illégalité», s’exprime Saina Michel, chef de région d’Analanjirofo, venu avec son staff.
Ainsi, ces caissettes seront l’emballage officiel du produit issu des deux régions sur les marchés. Elles auront chacune une capacité de 10 kilos et porteront les logos d’Atsinanana et d’Analanjirofo.
Cette saison, une commission spéciale est mise sur pied et se chargera de tout contrôle de la filière. «Il n’y aura plus de nombreux barrages de contrôle. Un seul suffira pour que les fruits ne pourrissent pas à force de les traîner par-ci par-là», fait remarquer Calixte Sampy, directeur du développement régional d’Atsinanana.
A l’issue de l’atelier, tous les acteurs de la filière litchi (paysans, transporteurs, exportateurs et collecteurs) promettent de prendre toutes les mesures possibles afin de préserver leurs intérêts respectifs. Sans oublier que cette tendance inclue avant tout un esprit de solidarité et d’équipe pour un développement du domaine du professionnalisme des deux régions concernés.
A noter que le volet girofle, dont la production cette année descend largement du normal, est évoqué pendant cette entrevue. Cela entraînera une grande hausse du prix, jusque dans les 4 500 ariary le kilo contre 3 400 ariary l’année dernière.

Hery Fils Andrianandraina
Date : 10-10-2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Souvenir d'une campagne letchis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Souvenir d'une campagne letchis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» [↑] Nouvelle Campagne Anti fourrure de la Fondation Brigitte Bardot
» Les Royaumes d'Acier - Campagne - par Arkadhim
» Un Mulot dans la campagne...
» Le campagne
» Rêve de Dragon (suite campagne)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MADALAND :: *******L'ILE EN PHOTOS******* :: Recettes Locales-
Sauter vers: