MADALAND


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Actualités, Madagascar, Economie, Tissu industriel intérieur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
rogerpfaff

avatar

Masculin Nombre de messages : 288
Age : 63
Localisation : strasbourg
Date d'inscription : 24/12/2005

MessageSujet: Actualités, Madagascar, Economie, Tissu industriel intérieur   Lun 8 Mai - 1:36

Économie

Textile : des entreprises traversent d’énormes difficultés
samedi 6 mai 2006




Les effets conjugués de la crise du pétrole, de la dépréciation monétaire et d’un système fiscal pénalisant font beaucoup de mal au tissu industriel. L’industrie en général et le textile en particulier traversent de nombreuses difficultés. Les effets conjugués de la crise du pétrole, la dépréciation de la monnaie malgache ainsi que l’absence totale d’une politique de protection de l’industrie locale étouffent les unités industrielles. Selon certaines sources, une importante usine franche du textile dans le Vakinankaratra serait actuellement sur le point de fermer ses portes. Ce qui, si l’information se confirme, entraînera la suppression de plusieurs centaines d’emplois, avec ce que cela suppose de conséquences néfastes sur le plan social.

Défavorisé
En fait, le cas de cette entreprise du Vakinankaratra n’est pas unique puisque d’autres entreprises franches ou de droit commun arrivent difficilement à s’en sortir. Le problème est d’ordre général puisque pour le textile par exemple, le secteur est défavorisé par le démantèlement de l’accord multifibre ainsi que la concurrence de plus en plus sérieuse de la Chine. Et ce, sans compter la fin imminente des accords AGOA. A cela s’ajoutent des problèmes liés à l’approvisionnement de matières premières et dus à une fiscalité pénalisante. En effet, même si les prix des matières premières ne sont pas très chers à l’importation, ils reviennent pratiquement au double, une fois arrivés à Madagascar en raison d’une cascade de taxes d’importation et de droits de douanes.

En somme, malgré les efforts déployés par les autorités compétentes, l’industrie malgache continue à se heurter à de nombreux problèmes. Comme on le dit toujours, le potentiel est énorme mais demeure insuffisamment exploité pour un certain nombre de raisons. Sauf pour quelques entreprises qui percent en raison de leur importante surface financière, et parfois d’un coup de pouce de la part de l’administration, l’industrie agroalimentaire malgache connaît des problèmes se rattachant au conditionnement et à l’emballage, à l’approvisionnement en qualité et en quantité de matières premières dont les coûts sont gonflés par les taxes.

Asphyxiées
Mais surtout, les industries sont de plus en plus asphyxiées par le coût excessivement élevé de l’énergie. Sur ce point d’ailleurs, la hausse prochaine prévue par la Jirama ne fera encore qu’aggraver la situation dans la mesure où le coût énergétique est pris en considération par les investisseurs pour leur décision d’investissement. Au pire, si la Jirama continue d’augmenter ses tarifs, ce sont les entreprises existantes qui risquent de se délocaliser vers d’autres pays plus compétitifs. De même, les coûts des transports qui viennent d’être révisés à la hausse, en raison de la flambée des carburants (voir notre article d’hier) constituent un autre élément en défaveur du développement industriel. Malgré tout cela, la volonté affichée des autorités pour parvenir à un secteur privé compétitif donne de l’espoir. Espoir qui, malheureusement risque de s’estomper si une crise venait encore à survenir avec les élections présidentielles qui approchent et les ambitions démesurées de c ertains politiciens qui ne cherchent qu’à semer le trouble.

R.Edmond
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rogerpfaff

avatar

Masculin Nombre de messages : 288
Age : 63
Localisation : strasbourg
Date d'inscription : 24/12/2005

MessageSujet: Re: Actualités, Madagascar, Economie, Tissu industriel intérieur   Lun 8 Mai - 1:43

Économie

Les prix subiront une hausse considérable en mai
vendredi 21 avril 2006




Mahefa Rakotomalala
Port Louis

Les prix à la pompe vont connaître une sérieuse hausse avec la flambée des cours mondiaux du brut. Les pétroliers annoncent une autre hausse du prix des carburants d’ici quelques semaines. Le taux reste inconnu mais un avertissement a été lancé : ce sera plus important que les précédents.
L’information vient de la compagnie Galana. Déjà initiateur de la dernière révision des tarifs du carburant il y a moins d’un mois, le leader d’une des sociétés de distribution pétrolière à Madagascar annonce une autre hausse au mois de mai. Courageux, Jean Jacques Jung, son directeur général, ne s’est pas dérobé à la question posée à ce sujet en marge d’une manifestation sportive organisée par Galana samedi.
"Vu le cours mondial du pétrole et la dépréciation de la monnaie, il est certain que nous serons obligés de réviser à la hausse les prix à la pompe", a-t-il répondu. "La prochaine cargaison, achetée au prix actuel sur le marché international, arrive ce jour à Toamasina. De nombreux calculs doivent encore être faits mais selon mes premières appréciations, l’augmentation sera sûrement plus significative que les précédentes", a-t-il souligné.
Un nouveau coup de massue attend donc les consommateurs juste après les fêtes de Pâques. Le même scénario a été déjà vu en début d’année lorsque les augmentations dues à la hausse des taxes sur les produits pétroliers prévues par la loi des finances sont devenues effectives. Aujourd’hui encore, une révision des redevances pour le fonds d’entretien routier est également annoncée, mais pour l’heure, les compagnies affirment "qu’elles n’ont pas encore été officiellement notifiées d’une telle décision".
Pour ce qui est de la prochaine hausse, elle sera répercutée sur les prix à la pompe au moment où la dernière importation arrivera sur le marché. "Cela dépend du stock dont dispose chaque compagnie. Pour Galana, je pense qu’elle pourra maintenir les prix actuels au moins jusqu’à la fin du mois. Mais je ne peux pas me prononcer pour les autres", souligne Jean Jacques Jung.
Évidemment, l’annonce a été faite par le responsable d’une seule compagnie mais les autres sont également dans les mêmes conditions. En fait, par souci de rentabilité pour le transport jusqu’au port de Toamasina, les quatre compagnies pétrolières du pays coordonnent leur calendrier d’approvisionnement et affrètent le même bateau. "Forcément, nous sommes obligés d’acheter au même prix en amont", remarque Jean Jacques Jung.
La hausse sera plus conséquente que les précédentes.Pour le reste, ce sont les autres coûts de la distribution qui peuvent faire la différence entre les prix à la pompe de chaque compagnie. Parmi eux figurent, par exemple, le salaire du personnel, le coût du transport (camion ou ferroviaire) ou bien les différents services offerts dans les stations. La dernière fois, Galana a pris seule l’initiative d’augmenter ses tarifs, moins de 48 heures plus tard, les autres compagnies ont suivi et les prix à la pompe ont fini par s’aligner.

"Ã- Madagascar, le marché du carburant est très sensible à la différence de prix à la pompe même si elle n’est que de l’ordre de quelques centimes d’ariary. La dernière fois, nous étions obligés d’opérer une petite baisse pour pouvoir s’aligner aux autres compagnies", souligne le directeur général de Galana.
Le scénario catastrophe se précise donc pour l’année 2006. En quatre mois, les prix du carburant ont augmenté trois fois. Pour les pétroliers, on s’achemine vers une année extrêmement difficile et les résultats des trois premiers mois en témoignent.
Évidemment, ce sont toujours les consommateurs qui encaissent tous les coups. La hausse annoncée plus forte des prix du carburant cette fois risque d’être fatale pour le coût de la vie en général. à commencer par le transport qui pourrait déclencher la hausse de prix des autres produits. à ce rythme, le taux d’inflation de 8,5% prévu pour cette année risque d’être difficilement maintenu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Actualités, Madagascar, Economie, Tissu industriel intérieur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel est le palmier d'intérieur idéal?
» Isolation intérieur sur murs en parpaings
» création d'un bassin d'intérieur besoin de conseil
» bassin d'intérieur
» Isoler un mur chauffant par l'intérieur.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MADALAND :: *******DIVERS******* :: ACTUALITES-
Sauter vers: