MADALAND


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le cyclone Clovis touche Manakara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Le cyclone Clovis touche Manakara   Jeu 4 Jan - 1:51

D'une année sur l'autre, nos côtes subissent les attaques des cyclones , et Manakara une fois de plus est touchée d'après les infos matinales de l'Express du 4 janvier 2007




Citation :
Cyclone Clovis

Les côtes de Manakara écornées par les vagues
La tempête tropicale Clovis a frappé fort la côte Sud-est. A Manakara par exemple, les fortes vagues ont fini par ronger les côtes, exposant la ville à une marée haute. Les dégâts sont, par ailleurs, assez importants.

Détérioration du bord de mer à Manakara, des maisons décoiffées, des troncs d'arbres arrachés... Ce sont autant de plaies laissées par la tempête tropicale modérée Clovis dans le Sud-est de l'Ile.

Clovis ravage tout sur son passage. Les dégâts matériels sont déjà considérables, 20 heures après l'entrée de cette tempête tropicale modérée dans le district de Nosy Varika. Les villes situées sur la côte Sud-est, en l'occurrence celles des régions Vatovavy-Fitovinany et Atsimo-andrefana, semblent être les plus touchées.
"Nous avons appris que les vents violents, ayant accompagné Clovis, ont décoiffé plusieurs bâtiments érigés dans cette partie de l'île, dont la résidence du chef du district de Mananjary", déclare Jacky Roland Randimbiarison, secrétaire exécutif du Conseil national de secours (CNS), hier, en début de soirée.
Les plages de Manakara sont abîmées. "Les vagues violentes constatées, surtout mercredi dans la matinée, ont creusé le bord de la mer", raconte un habitant de ce chef-lieu de la région Vatovavy-Fitovinany.
Des troncs d'arbres, qui n'ont pas résisté aux vents violents, jonchent les rues et ruelles du Sud-est de l'Ile. Pis, la ville de Nosy Varika est actuellement inaccessible en voiture, à cause du mauvais état de la route. C'est pour cette raison que le CNS y a envoyé une vedette de sauvetage pour assurer la circulation des biens et des personnes.
"Pour le moment, aucun chiffre précis ne nous est parvenu, poursuit le secrétaire exécutif du CNS. De même, aucun décès n'a été enregistré. Jusqu'ici, les rapports fournis par le comité régional de gestion des risques et des catastrophes indiquent que Manakara, Mananjary et Nosy Varika... sont les districts les plus touchés".

Quasi stationnaire
Hier, Clovis est resté quasi stationnaire au niveau de Nosy Varika. "La tempête tropicale modérée continue de s'affaiblir, mais elle entraîne encore des pluies abondantes, accompagnées de coups de vent atteignant 100 km à l'heure", communique Newsman Ndinizara, prévisionniste à la direction des exploitations météorologiques à Ampasampito.
Bien que Clovis affecte le temps qu'il fait dans la capitale, il n’y a encore aucune menace de danger d'inondation dans la plaine d’Antananarivo. Les niveaux des rivières demeurent bas. Le bulletin hydrologique de la plaine d'Antananarivo, diffusée mercredi, a indiqué qu'à l’échelle d’Anosizato, le niveau de l’Ikopa a été de 0,05 mètre.
"Les eaux montent et continueront de monter dans les prochaines 12 heures. La cote d’alerte au niveau de cette station est de 3 m", rassure un agent de l'Autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d'Antananarivo (Apipa).
A l’échelle de Bevomanga, le niveau de l’Ikopa a été de 1,22 m. Il est stationnaire et le restera dans les prochaines 12 heures. A l’échelle d’Ampitatafika, le niveau de la Sisaony a été de -0,39 m et à l’échelle d’Ambohidroa, celui de la Mamba est resté à 1,24m.

Avis d’alerte et de menace
Les avis d'alerte lancés à l'endroit de plusieurs districts sont restés valables, du moins au moment où nous mettons sous presse.
Mahanoro, Marolambo, Vatomandry, Antanambao-Manampotsy, Anosibe an'Ala, Nosy Varika, Mananjary, Ifanadiana, Ambohimahasoa, Fianarantsoa I et II, Ambalavao, Ambositra, Fandriana, Manandriana, Ikongo, Manakara, Vohipeno, Farafangana, Vondrozo, Ivohibe, Iakora, Midongy-atsimo, Vangaindrano, Befotaka, Ambovombe, Amboasary et Tolagnaro se sont trouveés en situation de danger imminent.
Des avis de menace ont été lancés à l'endroit de Toamasina I et II, Ambatondrazaka, Brickaville, Moramanga, Antanifotsy, Antsirabe I et II, Betafo, Ambatofinandrahana, Ikalamavony, Ihosy, Betroka, Bekily, Beloha et Tsihombe.
Anjozorobe, Manjakandriana, Ambatolampy, Antananarivo, Ambohidratrimo, Arivonimamo, Faratsiho, Miarinarivo et Soavinandriana ont reçu des avis d'avertissement.

Henintsoa Andriamiarisoa
Date : 04-01-2007
source : http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=4160
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Le cyclone Clovis touche Manakara   Ven 5 Jan - 1:06

C'est la dernière info du journal l'Express du 05 janvier 2007
http://www.lexpressmada.com/index.php?p=display&id=4189




__________________________________________________
Citation :
Intempéries
Des milliers de sinistrés de Clovis dans le Sud-est
Le cyclone Clovis laisse un mauvais souvenir dans le Sud-est. Sur l’ensemble de la région, il a laissé des milliers de sinistrés et de sans-abri. Les dégâts matériels sont inestimables même si pour le moment, on ne fait pas état de pertes humaines.

Les vents violents et les pluies torrentielles engendrés par la tempête tropicale modérée Clovis ont fait plus de 1 000 sans-abri.

Le bilan provisoire ne cesse de s'alourdir. Plus de deux milliers de sinistrés sont enregistrés dans le Sud Est de l'île deux jours après le passage de la tempête tropicale modérée Clovis. De même les dégâts matériels sont considérables à Nosy Varika, Manakara et Mananjary, les districts les plus touchés par Clovis.
"Jusqu'à maintenant, près de 1060 sinistrés sont provisoirement recensés rien que dans le district de Nosy Varika par lequel Clovis est entré le 3 janvier. Dans le district de Manakara, ce nombre s'élève à 400", communique Jacky Roland Randimbiarison, secrétaire exécutif du Conseil national de secours (CNS).
A Mananjary, les dégâts ne sont pas des moindres. "Le bilan provisoire fait état de 600 sinistrés dans ce district", note Fridolin Caleb, chef de district de Mananjary. "Malgré tout, aucun décès n'a été déploré jusqu'ici", fait savoir le secrétaire exécutif du CNS.
C'est le district de Nosy Varika qui a le plus payé un lourd tribut aux fortes précipitations engendrées par Clovis. Le dernier rapport du CNS datant du 4 janvier fait étant de 298 maisons décoiffées et de 150 autres détériorées ou submergées.
Parmi ces maisons figurent la cité des fonctionnaires. Pis, les fils de certains poteaux de la Jirama et les émetteurs de la télévision nationale et de Telma n'ont pas résisté aux rafales de vent. Les informations diffusées par le CNS indiquent aussi que le bac reliant Nosy Varika à Mahanoro est submergé et par conséquent inutilisable.
"De ce fait, la population locale est isolée dans la mesure où elle ne peut suivre les informations diffusées à la télé. Par ailleurs, elle n'a pas la possibilité de communiquer avec leurs familles et amis", note un instituteur vivant dans un village du district de Nosy Varika.
Les fortes précipitations qui se sont abattues dans le Sud Est ont inondé des hectares de rizières et champs cultivables situées dans les districts de Nosy Varika, Mananjary, Farafangana ou encore Manakara.
"Etant donné cette situation, la période de soudure risque d'être difficile. D'autant que la plupart des paysans n'ont pas encore procédé au repiquage", avance Fridolin Caleb, chef de district de Mananajary.
Pourtant, une grande partie de ces payans sont actuellement devenus des sans-abris suite à la détérioration, voire la destruction de leur maison. Certains sinistrés de Mananjary sont provisoirement logés au Tranompokonolona ou chez des familles. D'autres sont dans la rue.
"Vu cette situation, nous lançons un appel aux autorités compétentes pour que des tentes nous soient offertes", exhorte Fridolin Caleb.

La tempête tropicale dissoute à Mananjary
Clovis n'est plus qu'un mauvais souvenir. Après s'être transformée en perturbation tropicale, cette tempête tropicale modérée, qui s'est formée le 29 décembre, a été dissoute dans le district de Mananjary, jeudi à 15 heures.
C'est ce que mentionne le dernier bulletin météorologique diffusé par la direction des exploitations météorologiques. "Etant donné cette situation, tous les avis d'avertissement, de menace et de danger imminent lancés à l'endroit de 27 districts de Madagascar sont levés", fait savoir Hubert Andriamparison, prévisionniste auprès du service de la météorologie.
"Néanmoins, les habitants des régions Analamanga et Vakinankaratra et ceux de la province de Fianarantsoa doivent rester vigilants devant la crue des rivières", ajoute-t-il.
Clovis est sorti en mer jeudi 4 janvier, à trois heures du matin. Il a fait un retour en zone à 9 heures locales avant de se dissiper dans le district de Mananjary. Malgré tout, les prévisions météorologiques indiquent une précipitation dans les jours à venir.

Henintsoa Andriamiarisoa
Date : 05-01-2007
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naly
VAOVAO
VAOVAO
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 07/11/2006

MessageSujet: Re: Le cyclone Clovis touche Manakara   Lun 8 Jan - 11:56

Et il continue de pleuvoir dans tout le pays. De nombreuses régions sont dans l'eau, à Farafangana la mer est entrée dans la ville et la Manampatrana est sortie de son lit. A Tuléar, un bout de route a été emporté par la mer et les fondations de la digue de la Fierenana sont rongées par les eaux.

Mais ce n'est pas fini. Une nouvelle perturbation tropicale, qui s'appellera Dora si elle devient un cyclone, est en formation dans le Canal de Mozambique, et se trouvait à 140 km de Morombe, il y a 2 heures. Les régions de Morondava, Belo/Tsiribihina, Morombe, Ihosy, Sakaraha, Tuléar, Ampanihy, Ambovombe, Tsihombe, etc. sont déjà en avis d'alerte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R@koto
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 5876
Localisation : dans la brousse
Date d'inscription : 27/09/2005

MessageSujet: Re: Le cyclone Clovis touche Manakara   Lun 8 Jan - 12:06

On vient d'apprendre dans l'Express de Mada de ce lundi que Farafangana est sous les eaux


Citation :
Fortes précipitations
Farafangana et Mahabo dans l'eau
Deux villes du Sud Est et du Sud Ouest de Madagascar sont actuellement inondées suite à la crue des rivières.

Les dégâts laissés par le cyclone Clovis ne cessent de s'alourdir. A l'heure actuelle, deux villes du Sud Est et du Sud Ouest de Madagascar pataugent dans l'eau suite aux pluies torrentielles de ces derniers jours.
Il s'agit de Farafangana, chef-lieu de région Atsimo Antsinanana, et Mahabo, une commune rurale de la région Menabe dans le Sud Ouest.
L'inondation de Farafangana fait suite au débordement de la rivière de Manampatrana en crue depuis le passage du cyclone dans cette partie de l'île la semaine dernière. " Dans ce cadre, le quartier Anosinakoho et les bas quartiers situés à proximité de la rivière s'avèrent être les plus submergés", déclare Christian Razanabahiny, chef de la région Atsimo Antsinanana.

Curage de l'embouchure
Pour Mahabo, l'inondation résulte de la défaillance de la rivière de Morondava traversant la ville. Selon un habitant de la commune, "une partie de la digue de protection longue de 200 mètres s'est effondrée. La partie Sud de la ville risque d'être sous l'eau, voire d'être rayée de la carte en l'absence d'une intervention rapide".
A l'heure actuelle, la plupart des riverains de la rivière de Morondava ont temporairement trouvé refuge chez des familles ou amis, abandonnant ainsi leur maison. Pour Farafangana, "les sinistrés sont actuellement placés au niveau des écoles primaires publiques", note le chef de région Atsimo Antsinanana.
Samedi, le chef de district de Farafangana a donné des indications à ses collègues. C'est ainsi qu'une décision de placer les femmes et les enfants au niveau des zones en hauteur est sortie.
Les études des urbanistes de Farafangana démontrent que "le bréchage de l'embouchure, actuellement bouchée et ne permettant pas à la rivière de Manampatrana de se déverser dans la mer, est l'unique solution pour favoriser sa rivière".
D'après les "Ampanjaka", une telle action ne peut se faire que le lundi. Ainsi, le curage de l'embouchure se fera-t-il ce lundi 8 janvier suivant les us et coutumes de la région Atsimo Antsinanana.
Les membres du comité régional de gestion des risques s'activent à évaluer les dégâts matériels et recenser les sinistrés. Ceci, en vue de demander les aides d'urgence au Conseil national de secours (CNS).
"En attendant l'arrivée des secours d'urgence, le stock de positionnement composé de 100 tonnes de riz et de 12 tonnes de légumineuses sera distribué aux sinistrés", poursuit le chef de région Atsimo Antsinanana.

Henintsoa Andriamiarisoa
Date : 08-01-2007
source :http://www.lexpressmada.com/display.php?p=display&id=4259
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robinson
V.I.P.
V.I.P.
avatar

Masculin Nombre de messages : 1186
Localisation : France SUD
Date d'inscription : 29/08/2005

MessageSujet: Indlala   Ven 16 Mar - 11:44

Indlala frappe au Nord-Est


Le cyclone “Indlala” est entré à Antalaha hier. Il a enchaîné sur Maroantsetra et se dirige vers le centre du pays. Il emmène des rafales de vent de 165 km/h. Les dégâts sont déjà importants. L’électricité est coupée à Antalaha et Maroantsetra.

Outre la coupure d'électricité, les risques d'inondation refont de nouveau surface dans le littoral Est avec le passage d’Indlala.

Indlala malmène le littoral Est de la Grande île. Certaines villes des régions de la Sava et Antsiranana sont privées d'électricité et sont sans moyen de communication depuis mercredi.
D'autres font face à un risque d'inondation.
“Antalaha et de Maroantsetra ne disposent plus d'électricité et sont coupés du monde, car injoignables par téléphone à cause des fils coupés ou des poteaux arrachés du sol par les vents violents”, fait savoir Jacky Roland Randimbiarison, secrétaire exécutif du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNRGC).

Dans la région Sava, Sambava est dans le noir depuis mercredi soir. Ses habitants sont privés d'eau. “La Jirama a dû abattre trois poteaux en bois supportant des fils à haute tension pour la préservation de la sécurité publique”, explique Edouard Andrianzalinaivo, chef du district de Sambava.
Malmenées par le vent, ces infrastructures étaient sur le point de s'effondrer. La direction régionale de la Jirama a procédé à l'installation des poteaux en béton depuis hier. Malgré tout, l'eau et l'électricité n'ont pas encore été rétablies.
Risque d'inondation

Le district d'Ambanja fait face à un risque d'inondation suite aux fortes précipitations. “La rivière de Sambirano est en crue. Elle risque de sortir de son lit si la pluie continue. Cette situation a astreint les riverains de la rivière à déménager”, confie André Totozandry, un habitant d'Ambanja.
Pour le moment, les statistiques officielles ne sont pas encore disponibles. Le bilan provisoire du BNRGC fait état de plusieurs cases en “falafa”, en tôles et en dur privées de toit ou effondrées, à Antalaha. Il en est de même pour Maroantsetra qui compte déjà des sinistrés.
Pour Sainte-Marie, Antsiranana et Andapa, les rafales et les pluies diluviennes inquiètent. "Les cases typiques de Sainte-Marie, si chères aux photographes touristiques, ont frémi depuis mercredi alors que le centre du cyclone était localisé à 150 km au Nord Est d'Antalaha, tellement le vent était violent”, raconte Geneviève S, une touriste actuellement en vacances à Sainte-Marie.
Les cours sont temporairement suspendus dans toutes les écoles de la Circonscription scolaire (Cisco) de Soanierana Ivongo à 350 km de Toamasina. “Cette mesure a été prise pour la sécurité des enfants et du personnel enseignant. Les cours reprendront dès que le temps s'améliorera”, affirme Samuel Emmanuël, chef Cisco de Soanierana Ivongo.
Selon ce chef Cisco, actuellement bloqué à Toamasina, des rafales de vent accompagnées de pluies torrentielles ont marqué le temps à Soanierana Ivongo, depuis mercredi.
La plupart des habitants du littoral Est affirment avoir l'habitude de faire face aux cyclones. Néanmoins, la réhabilitation des dégâts semble beaucoup les inquiéter. “Les coûts de la reconstructrion nous inquiètent. D'autant que nous ne pouvons pas pêcher, alors que les rentrées d'argent sont maigres à cause de la basse saison touristique”, se lamente Germain, pêcheur et guide touristique à l'île de Sainte-Marie.

Avis d'alerte toujours en vigueur
La côte Est n'est pas encore sortie de l'auberge. Hier à 16 heures, la forte tempête tropicale Indlala était restée quasi-stationnaire dans la ville de Maroantsetra. Le bulletin de la météorologie indique qu'elle continue à s'affaiblir.
Malgré tout, les pluies abondantes et les vents forts persistent encore au niveau des zones proches de son centre. Ainsi, les avis d'avertissement, de menace et de danger imminent lancés à l'encontre de plusieurs districts de la Grande île restent toujours en vigueur. Les pêcheurs des côtes ne doivent pas sortir en mer. Les vagues seront déferlantes entre Vatomandry et Analalava.
Le danger est imminent dans les districts de Sambava, Antalaha, Andapa, Maroantsetra, Mananara Avaratra, Soanierana Ivongo et Sainte-Marie.
Les districts de Nosy Be, Ambanja, Ambilobe, Analalava, Antsohihy, Port-Bergé, Mampikony, Tsaratanana, Anjozorobe, Ambohidratrimo, Manjakandriana, Antananarivo, Andramasina et Anosibe An'Ala ont reçu un avis d'avertissement.
De leur côté, Antsiranana I et II, Vohémar, Vavatenina, Fénérive-Est, Toamasina I et II, Bealanana, Befandriana, Mandritsara, Andilamena, Amparafaravola, Ambatondrazaka, Moramanga, Brickaville et Vatomandry ont fait l'objet d'un avis de menace.

Express de Madagascar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://spaces.msn.com/members/aquisianben06/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cyclone Clovis touche Manakara   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cyclone Clovis touche Manakara
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 31 Clovis x griffon 3 ans en FA ... de Mornac 16...OK tout!
» Madagascar frappé par le cyclone Ivan
» clovis cane corso
» Le chateau de la Touche Trebry
» mon pr "vibre" quand je le touche.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MADALAND :: *******DIVERS******* :: ACTUALITES-
Sauter vers: